Dimanche, il sera temps de dire adieu une bonne fois pour toute à Don Draper et à tout l'univers ciselé jusque dans les petits coins d'une série devenue en quelques années un véritable phénomène de société. Ce n'est certes pas à la bande des Mad Men que l'on doit la naissance, au début des années 2000, d'un courant baptisé newstalgie, mais elle l'a à coup sûr amplifié. Il est vrai aussi qu'on n'a jamais trouvé mieux que des crises en rafales pour booster le refrain bien connu du " c'était mieux avant ". Rayon style d'abord, qu'il s'agisse de pudiquement " revisiter les codes " d'une maison historique ou de lancer ...