Le point de départ de cet intérieur : un logement situé dans un bâtiment Art déco de caractère, au coeur de Bruxelles. Désirant y aménager un pied-à-terre conforme à ses goûts, la propriétaire du bien décida de lancer une vaste opération de rénovation des lieux et fit appel, pour ce projet, à Daphné Daskal et Stéphanie Laperre, associées dans le même cabinet d'architecture d'intérieur, à Uccle (lire par ailleurs).
...

Le point de départ de cet intérieur : un logement situé dans un bâtiment Art déco de caractère, au coeur de Bruxelles. Désirant y aménager un pied-à-terre conforme à ses goûts, la propriétaire du bien décida de lancer une vaste opération de rénovation des lieux et fit appel, pour ce projet, à Daphné Daskal et Stéphanie Laperre, associées dans le même cabinet d'architecture d'intérieur, à Uccle (lire par ailleurs). L'équation de base était plutôt complexe. La future habitante voulait conserver le caractère des lieux, tout en y aménageant toutes les fonctions de base : entrée, salon, salle à manger, cuisine, deux chambres et deux salles de bains... " Nous disposions d'une surface de 150 mètres carrés tout de même... Mais nous devions générer une réelle sensation de fluidité dans l'espace en le décloisonnant ", résume en quelques mots Daphné Daskal. Pour répondre à ces desiderata, les conceptrices imaginèrent un ingénieux système permettant de moduler les pièces par de hautes portes coulissantes . " Nous nous sommes efforcées de créer des ouvertures et des fermetures qui transforment l'endroit, en espérant que notre cliente, à son tour, aimerait jouer avec ces possibles transformations... ", racontent-elles. Illustration de cette solution : la cuisine, située dans un coin du séjour, peut être isolée et disparaître entièrement une fois ces éléments amovibles tirés. Indépendamment de ce travail sur ces volumes modulables, le duo de créatrices est intervenu sur les couleurs. Pour renforcer la sensation d'espace et mettre en évidence le mobilier et les oeuvres qui occupent l'endroit, elles ont ainsi misé sur une enveloppe neutre, aux tons clairs. Les murs sont dès lors traités de la manière la plus discrète possible, dans un blanc à peine cassé qui réverbère la lumière. D'autres teintes permettent également de distinguer les différents lieux de vie. Si globalement, sols et plafonds sont sobres, des jeux d'ombres et de lumière et des contrastes de textures caractérisent les volumes et magnifient les meubles et objets choisis. Aux parois minimalistes répondent donc des matières chaudes et précieuses, des marbres de type travertin - dans la salle de bains ou dans la cuisine -, des lambris en bois de peuplier et des tapis trouvés (et tissés) sur les pentes de l'Himalaya... Le mobilier, lui, est constitué de modèles aux lignes pures mais puissantes et nerveuses, qui diffusent autour d'elles élégance et modernité. C'est ainsi que des meubles iconiques de la seconde moitié du XXe siècle - comme le buffet d'Arne Vodder, un fauteuil de Borge Mogensen, de petites tables de Gio Ponti, un canapé de Vladimir Kagan... - se marient avec des créations plus récentes. Celles-ci constituent une illustration de ce que le XXIe siècle a produit de meilleur : meubles de Ron Arad, oeuvre d'Anish Kapoor, sculpture de Tony Cragg... L'ensemble prend de ce fait des allures de galerie d'art, tout en offrant aux habitants un logis dégagé et lumineux où règne une rassurante impression de chaleur et de raffinement.PAR LUXPRODUCTIONS - TEXTE : ROBERT COLONNA D'ISTRIA / PHOTOS : JEAN-FRANÇOIS JAUSSAUD