Renseignements

Consulat de Chine, 443-445, avenue de Tervuren, à 1150 Bruxelles. Tél. : 02 779 43 33. Service des visas, tél. : 02 771 33 09. Internet : www.cnta.com/lyen/index.asp ou www.amb-chine.fr
...

Consulat de Chine, 443-445, avenue de Tervuren, à 1150 Bruxelles. Tél. : 02 779 43 33. Service des visas, tél. : 02 771 33 09. Internet : www.cnta.com/lyen/index.asp ou www.amb-chine.fr Un passeport valable six mois après la date du retour ainsi qu'un visa sont nécessaires. Composer le + 86-10, suivi du numéro à huit chiffres. Le yuan vaut environ 0,11 euro. Printemps et automne sont les meilleures saisons pour partir : les précipitations sont faibles et la température oscille en général entre 20 et 30 °C dans la journée. On trouve une gamme de prix allant du simple au double pour cette destination, selon les périodes de l'année et les agences de voyages, sur de nombreuses compagnies européennes ( Aeroflot, Air France, Lufthansa, SAS, Alitalia, Finnair, British Airways, KLM...). Prix à titre indicatif : 800 euros (aller-retour). Lu Song Yan Hotel, établissement plein de charme, pour épouses et concubines, avec un décor à l'ancienne, ce qui, à Pékin, est devenu très rare. Comptez 60 euros la nuit pour une chambre double. 22, Banchang Lane Kuanjie, Dongeheng District, 100009. Tél. : + 86 10 64 04 04 36 et +86 10 64 01 11 16. E-mail : lsyhotel@263.net Le Jianguo Hotel est situé à proximité du quartier des Antiquaires, ce grand hôtel offre tout le confort classique. Comptez environ 85 euros la nuit pour une chambre double. 175, Yong An Road, Xuanwu District, 100050. Tél. : + 86 10 63 01 66 88. Fax : + 86 10 63 01 38 83. Evitez les restaurants à proximité des grands hôtels, qui proposent une cuisine standardisée. Préférez les petits établissements et les cuisines roulantes, que vous trouverez à chaque coin de rue. Les aliments proposés sont rigoureusement frais (les poissons, par exemple, frétillent dans des bassines à vos pieds), parfaitement sains et souvent délicieux. Comptez moins de 5 euros pour un repas. A Pékin, en moins d'une décennie, le nombre de maisons de thé est passé de quelques-unes à plus d'une soixantaine. Dans le quartier des Antiquaires, Gold Barn est une de ces charmantes adresses où la gentillesse de l'accueil le dispute au charmant décor. Ce lieu synthétise la nouvelle inclinaison des Pékinois pour cette sorte de maison privée où l'on s'installe un peu comme chez soi. Le soir, on dîne à la chandelle et le mobilier est à vendre. Quant à Eatea, située à proximité du temple de Confucius, c'est une authentique maison de thé assez vaste et joliment décorée. La cérémonie du thé y est assurée et c'est le lieu idéal pour partager un charmant tête-à-tête, à la nuit tombante. Les antiquités ne sont pas l'apanage des magasins spécialisés de Liulichang. Mais plutôt que de les acheter dans les Friendship Stores, où elles se trouvent assez aisément, rendez-vous le week-end au marché aux puces de Hongqiao, à la porte nord du temple du Ciel. La ville est par ailleurs réputée pour la résistance de ses cerfs-volants, mais en acheter un beau risque de coûter assez cher. En revanche, pour quelques yens, vous pouvez vous faire fabriquer un sceau dans la plupart des grands magasins, portant, au choix, votre nom phonétiquement transcrit en mandarin, quelques mots, un court poème. " Le Grand Guide de Pékin ", Bibliothèque du Voyageur, Gallimard ; " Scènes de Chine et recettes de cuisine ", par Hippolyte Romain, Minerva ; " Le Pousse-pousse ", par Lao She, Philippe Picquier. Pages réalisées par les Guides Gallimard. Coordination : Françoise de Maulde.