Instinctivement, on se disait bien qu'il devait y avoir un lien entre la beauté de la peau et sa capacité à s'autodéfendre contre les agressions, qu'il s'agisse de facteurs externes comme la sécheresse, la pollution, les rayons UV, ou internes, liés à l'âge ou au stress. De là à imaginer qu'un produit cosmétique puisse agir sur le système immunitaire cutané, il y a un fameux pas... franchi par Shiseido après vingt années de recherches. Le géant japonais lance en effet cet automne un soin inclassable dans la catégorie de ce que l'on pourrait appeler les " facilitateurs ". Autrement dit un fluide universel qui n'est ni tout à fait un sérum, ni une " simple " lotion préparatrice et qui propose une sorte de " remise à niveau " de la peau, quels que soient son âge, son ethnie ou son type.
...

Instinctivement, on se disait bien qu'il devait y avoir un lien entre la beauté de la peau et sa capacité à s'autodéfendre contre les agressions, qu'il s'agisse de facteurs externes comme la sécheresse, la pollution, les rayons UV, ou internes, liés à l'âge ou au stress. De là à imaginer qu'un produit cosmétique puisse agir sur le système immunitaire cutané, il y a un fameux pas... franchi par Shiseido après vingt années de recherches. Le géant japonais lance en effet cet automne un soin inclassable dans la catégorie de ce que l'on pourrait appeler les " facilitateurs ". Autrement dit un fluide universel qui n'est ni tout à fait un sérum, ni une " simple " lotion préparatrice et qui propose une sorte de " remise à niveau " de la peau, quels que soient son âge, son ethnie ou son type. Plutôt que de se focaliser sur le traitement d'un problème, cette approche novatrice préfère envisager d'abord la peau dans sa globalité, l'idée derrière cette philosophie étant plus de se dire que si tout fonctionne bien, en particulier les mécanismes de défense immunitaire, les défauts se corrigeront d'eux-mêmes. Et même, dans le meilleur des cas, n'apparaîtront jamais. Prévenir avant d'avoir à guérir serait donc le mantra de ce geste beauté à intégrer le plus tôt possible dans sa routine. " Le but de Shiseido est de créer des produits qui maintiennent l'homéostasie, autrement dit l'équilibre de la peau, et j'ai toujours été persuadé que l'immunité était la clé qui permettrait d'y parvenir ", détaille Junichi Hosoi, docteur en pathologies épidermiques spécialisé dans l'étude des cellules de Langerhans. Ces sentinelles de l'immunité cutanée forment un réseau complexe qui couvre l'ensemble de l'épiderme, ce qui leur permet de détecter toute forme d'attaque et d'enclencher la chaîne des mécanismes de défense. Un rôle qu'elles peuvent jouer entre autres grâce aux enzymes apaisantes qui recouvrent leur surface. L'efficacité de ces dernières diminuant avec l'âge et le stress, les laboratoires Shiseido ont mis au point un complexe d'actifs qui cible ces cellules et rebooste l'expression de ces enzymes. Les essais réalisés in vitro ont pu mettre en avant une amélioration de 64 % des fonctions défensives des cellules de Langerhans lorsque le complexe Ultimune était appliqué. Des mesures in vivo ont montré que, après six semaines d'application, les fonctions défensives des cellules augmentaient, que le sujet soit âgé de 20 ou 50 ans, mais surtout que l'usage quotidien du concentré permettait de ramener les fonctions des peaux matures à un niveau équivalent aux plus jeunes. Des résultats bluffants qui se manifestent aussi à l'oeil nu dès la première application, les individus interrogés estimant leur visage repulpé grâce à le texture riche et condensée, rapidement absorbée mais laissant un voile hydratant. Sans équivalent sur le marché, ce soin devra trouver sa place dans les routines de plus en plus sophistiquées qui incluent parfois des produits et des méthodes d'application spécifiques à certaines zones du visage. Suivant ainsi les préceptes asiatiques, Shiseido recommande bien sûr de préparer la surface en commençant par un nettoyage soigneux suivi d'une lotion adoucissante - un produit encore très peu répandu en Europe - chargé d'assouplir la couche cornée pour la rendre plus perméable. C'est donc ici qu'il conviendra d'intercaler Ultimune. Viendront ensuite les soins dits classiques - sérum, crème, contour des yeux - adaptés aux besoins cutanés, soit pas moins de six étapes avant même de penser à se maquiller... A l'inverse, le concentré lancé en juillet dernier par Clinique entend plutôt simplifier le rituel puisqu'il propose ni plus ni moins de se substituer aux sérums spécialisés grâce à une formule " intelligente " capable de détecter ce dont la peau a besoin - besoins qui d'ailleurs ne se voient pas toujours de l'extérieur - et de ne diffuser au final que les éléments qui permettront d'engager une action réparatrice. Un cocktail à la fois universel - un même produit peut être utilisé pour tous les âges et les types de peau - et sur mesure puisque les ingrédients non requis restent en veille. Le secret ? Un savant mélange, soutenu par trente-sept brevets, qui associe des agents apaisants présents pour aider toutes les peaux à se régénérer une fois calmées et des composants à forte activité, capables de cibler si nécessaire les taches brunes, le teint brouillé, le manque d'éclat, les rides et ridules ou le relâchement cutané. Un tout-en-un donc, particulièrement bienvenu quand les problèmes éventuels ne sont pas encore (trop) apparents, qui s'utilise de manière optimale deux fois par jour entre le programme de nettoyage Basic 3 Temps - savon, lotion exfoliante, lotion hydratante - et le soin hydratant choisi avec un SPF pendant la journée. Toujours au rayon sérums, les autres nouveautés de la rentrée - auxquelles il conviendrait d'ajouter les désormais classiques reformulations de best-sellers comme le Concentré de Longévité Orchidée Impériale de Guerlain, le sérum Lift Affine Visage de Clarins ou l'Essence Sublimage de Chanel - se positionnent plutôt comme des extensions de lignes existantes, visant à élargir l'offre de la franchise de base. Chez Estée Lauder, la gamme premium Re-Nutriv comprendra bientôt l'élixir Ultimate Diamond - en réalité, il s'agit même d'un duo de deux concentrés qui ne se mélangent que lors de l'application afin d'assurer au mieux la stabilité chimique de ses compositions délicates -riche en ingrédients aussi précieux que rares. Dans le premier tube de couleur dorée, on retrouve un extrait de truffe diamant noir, utilisée ici pour sa capacité naturelle à activer les cellules de la peau et à favoriser du coup la production de collagène et d'élastine. S'ajoute à cela de l'or pur 24 carats qui, combiné à d'autres anti- irritants, adoucit la peau. Le tube de couleur platine renferme quant à lui le top des actifs affinants afin de réduire l'apparence des pores, de lisser la surface de la peau et d'en magnifier la texture. Le coup d'éclat immédiat - particulièrement bienvenu lorsque l'on applique l'élixir le matin - est garanti par la présence de perles des mers du Sud et d'illuminateurs capables de défroisser et d'uniformiser les traits en un seul geste. Un effet bonne mine justifiant que ce soin d'exception soit appliqué en fin de routine, juste avant l'étape du maquillage. Davantage dans la droite ligne du reste de la gamme dont ils partagent d'ailleurs les mêmes actifs stars, les nouveaux sérums Le Lift de Chanel et concentré-élixir Absolue L'Extrait de Lancôme viennent réellement renforcer l'action des crèmes initialement lancées. Véritable " perfusion " cosmétique, le sérum Le Lift de Chanel contient en prime du Resvératrol-12, une molécule star de la lutte anti-âge difficile à stabiliser - ce qui explique sans doute qu'elle se sente mieux dans une texture de ce type que dans une émulsion classique - qui, au contact des enzymes de la peau, va libérer progressivement ses actifs pendant douze heures, relançant ainsi en cascade la synthèse des fibres de collagène et d'élastine et améliorant l'architecture globale de la peau. Lui aussi formulé à partir du pressé de cellules natives de Rose Lancôme - soit un concentré d'actifs de rose obtenu grâce à un procédé biotechnologique de " cocooning " de cellules végétales - l'élixir-concentré de la maison se démarque d'abord par sa texture extrêmement sensuelle qui contribue à faire de chaque instant de cette routine hors normes un moment d'exception. Car comme pour chacun des produits de cette gamme plus que premium, Lancôme a pris soin de développer des outils de massage uniques - en l'occurrence ici un pétale allongé - proposés avec une gestuelle plaisir toute simple, inspirée par le savoir-faire des esthéticiennes travaillant dans son institut parisien. Sa galénique métamorphe se transforme pour mieux fusionner sur la peau : le gel lacté, rond et fondant, glisse en douceur pour laisser en surface un voile à la transparence subtilement irisée. Dès la première application, la peau devient factuellement plus douce - le dispositif de mesure note 26 % d'amélioration immédiate pour 48 % au bout de huit semaines - et les rides aussi sont lissées. Quatre semaines d'application biquotidienne suffisent pour que la luminosité du teint soit elle aussi améliorée de 45 %. Dernière innovation, et non des moindres, le nectar de la gamme Prestige de Dior cible tout particulièrement les besoins de la peau pendant les phases de régénération qui accompagnent, si tout va bien, un sommeil réparateur. Forts des résultats mis au jour par une étude scientifique menée par l'Université de Los Angeles qui démontre qu'il existe bel et bien un lien entre vieillissement cutané accéléré et nuits trop courtes, les laboratoires Dior ont mis au point un extrait infusé obtenu à partir des bourgeons de première éclosion de la Rose de Granville, qui permet de diminuer la production de protéine IL6 - un marqueur inflammatoire responsable du vieillissement - et de doper le potentiel régénératif des cellules. En prime, ce nectar de nuit contient un vecteur dit " mille-feuille " qui, au lieu de propulser tous les actifs d'un coup une fois le sérum appliqué, va les libérer lentement tout au long de la nuit grâce à sa structure en feuillets superposés qui sont véhiculés l'un après l'autre. Aérienne et fraîche au toucher, la formule s'avère pourtant très nourrissante. Quant au panel test composé pour moitié de femmes souffrant de troubles du sommeil et présentant un teint moins éclatant, des traits tirés et une peau moins pulpeuse que les autres, il a permis de démontrer qu'au bout de huit semaines d'application, les effets du manque de sommeil sur la peau disparaissaient au point que celle-ci finit par présenter la même qualité que l'épiderme des bonnes dormeuses. De quoi créer la (bonne) surprise devant son miroir le matin. PAR ISABELLE WILLOT