Vous aviez emmené ce qu'il fallait : crème visage, lotion corps, spray pour les gosses... Tous les matins, malgré les jérémiades, c'était séance d'enduisage de la tête aux pieds pour tout le monde. Pourtant, le coup de soleil a fini par arriver. La faute à la protection pas adaptée - pas assez ou trop forte, ce qui donne un faux sentiment de sécurité -, au produit mal appliqué, à la peau mal préparée. Cette année, où qu'on aille, l'opération zéro brûlure est déclenchée.
...

Vous aviez emmené ce qu'il fallait : crème visage, lotion corps, spray pour les gosses... Tous les matins, malgré les jérémiades, c'était séance d'enduisage de la tête aux pieds pour tout le monde. Pourtant, le coup de soleil a fini par arriver. La faute à la protection pas adaptée - pas assez ou trop forte, ce qui donne un faux sentiment de sécurité -, au produit mal appliqué, à la peau mal préparée. Cette année, où qu'on aille, l'opération zéro brûlure est déclenchée. L'AVANT. Bien sûr, personne n'aime exposer ses chairs blanchâtres le premier jour des vacances. Pour éviter de céder à la tentation d'en faire trop pour booster son hâle, préparez votre peau avant de partir avec un autobronzant - impossible de virer " carotte " aujourd'hui - dont vous pourrez doser l'intensité en applications successives. Pour ceux et celles qui ne supportent pas l'odeur de ces produits - plus particulièrement de la réaction d'oxydation sur la peau de l'un des composants qui entraîne la pigmentation - des BB creams ou des huiles teintées pour le corps peuvent aussi faire l'affaire. L'INDICE. Sachez tout d'abord que lorsque l'on parle de SPF, il s'agit d'un indice de protection contre les rayons UVB. Il signifie, en gros, que si l'on peut rester au soleil 10 minutes sans brûler, avec un indice 15, le temps d'exposition peut être multiplié d'autant. Du moins en théorie. Car les UVB ne sont pas les seuls à faire des dégâts. La protection contre les UVA correspond à peu près à un tiers de la protection UVB si l'on retrouve sur l'emballage les lettres UVA entourées d'un petit cercle. Donc pour notre indice 15, on ne peut plus multiplier le temps d'exposition que par 5 pour contrer les méfaits des UVA. Mais ce n'est pas tout. Même avec un indice élevé, certains rayons pénètrent le film protecteur et atteignent la peau. Cette transmission ne diminue pas de manière linéaire. Si 18 % des rayons passent au travers d'une crème SPF 6, on passe à 3 % pour un SPF 30 et on ne descend qu'à 1,7 % SPF 50+. Conclusion : le protection totale n'existe pas et l'indice 50+ ne fonctionne que s'il est correctement et régulièrement appliqué. L'APPLICATION. Cela peut ressembler à un argument commercial pour faire vendre plus de crèmes mais il est vrai que l'on n'en met jamais assez. Lorsque les indices sont testés en laboratoire, l'étude porte sur une surface de peau bien déterminée et sur-encrémée à raison de 2mg/cm2 ! Pour prétendre au même niveau de protection il faudrait mettre l'équivalent de 30 ml à chaque application ! Soit un doigt entier de produit ou quinze vaporisations pour un spray sur chacune des onze parties du corps prédéfinies (visage, épaules, torse, dos, ventre, bras, haut des jambes et zone chevilles-pieds). Dites-vous aussi que la plupart de ces crèmes ont en prime des vertus hydratantes. Plus vous en mettrez, plus vous éviterez le coup de soleil et plus votre peau sera douce et repulpée à la fin de l'été. LA TEXTURE. Pour vous donner envie de mieux vous protéger, des formules 100 % plaisir ne cessent d'arriver sur le marché. Elles sont fraîches, soyeuses et délicieusement parfumées. C'est le cas notamment de la nouvelle gamme Nuxe et du dernier soin visage Sunleÿa de Sisley. La tendance est aux brumes toucher sec - Biotherm, Ambre Solaire Garnier, Nivea, Vichy - qui se vaporisent en un clin d'oeil sans graisser la peau. Chez Vichy toujours, on trouve même une mousse aérienne parfum Petit Gervais dont la couleur pêche permet de repérer facilement les zones oubliées sur la peau des enfants, premiers consommateurs visés par ce produit ludique. Beaucoup d'huiles non collantes, à indice élevé, proposent aussi d'autres sensations d'application. A noter encore, la technique unique d'enfermement des filtres dans des liposomes chez Louis Widmer qui garantit une meilleure dispersion de ceux-ci au sein de la couche cornée et une protection renforcée. L'APRÈS. Du côté des après-soleils aussi, les textures rafraîchissantes et brumes apaisantes ont la cote - Bioderma, Payot... - mais aussi les soins accélérateurs de bronzage comme la crème After Sun Terracotta de Guerlain, qui hydrate la peau en profondeur, grâce aux huiles végétales et au beurre de cupuaçu qu'elle contient, mais booste aussi son hâle via les actifs de caroubier qui réveillent la production de mélanine. Et pour se laver, on opte pour des produits qui sentent bon l'été comme le gel énergisant Sol Da Bahia de Lancaster ou la lotion après-soleil de Nivea à utiliser sous la douche. PAR ISABELLE WILLOT