Madame de Sévigné nous l'enseignait déjà au XVIIe siècle : " Prenez du chocolat, écrivait-elle, afin que les plus méchantes compagnies vous paraissent bonnes. " Amer constat que celui-là. Et pourtant tellement vrai. Le chocolat, en effet, n'a plus à démontrer ses vertus éminemment apaisantes, euphorisantes, pour ne pas dire orgasmiques. Certains aiment d'ailleurs à lui conférer des propriétés carrément thérapeutiques en cas de déprime soudaine, ce que les médecins rechignent toujours à considére...

Madame de Sévigné nous l'enseignait déjà au XVIIe siècle : " Prenez du chocolat, écrivait-elle, afin que les plus méchantes compagnies vous paraissent bonnes. " Amer constat que celui-là. Et pourtant tellement vrai. Le chocolat, en effet, n'a plus à démontrer ses vertus éminemment apaisantes, euphorisantes, pour ne pas dire orgasmiques. Certains aiment d'ailleurs à lui conférer des propriétés carrément thérapeutiques en cas de déprime soudaine, ce que les médecins rechignent toujours à considérer comme tel. Et pourtant. Aux Etats-Unis, près de Harrisburg, le très sérieux hôtel Hershey réputé pour son centre de remise en forme n'a pas hésité à inclure récemment le chocolat dans sa gamme de soins traditionnellement aquatiques. Au menu de ses nouveaux programmes santé, on peut désormais trouver un " whipped cocoa bath " (un bain à bulles chocolaté) ou encore un " chocolate fondue wrap " (un enveloppement du corps dans une mixture composée, entre autres, de chocolat fondu). Que les gourmands se calment tout de suite : il est vivement déconseillé d'ingurgiter le moindre gramme de ces substances alléchantes sous peine d'effets secondaires non désirés. En revanche, le chocolat associé à cette balnéothérapie singulière aurait de réelles vertus bienfaisantes : cette délicieuse douceur renferme en effet de la théobromine, une substance organique censée stimuler la tonicité du muscle cardiaque. Hé oui! Au-delà de l'hypothétique vertu médicale de ces bains au cacao moussant, l'effet de mode semble désormais lancé au sein de la communauté thermale puisqu'un autre institut de beauté new-yorkais a lui aussi décidé d'inclure le chocolat au sommaire de ses programmes de remise en forme. Après le vin associé depuis peu de temps aux expériences régénératrices du corps et de l'esprit, voici donc le chocolat promu nouveau gadget de dynamisation gastronomique. Mais il y a pire : à Dallas, l'hôtel Crescent Court distille une série impressionnante de soins aromatiques dont ce " Bali Spice Boreh Ritual " où une pâte de riz et d'épices pétries à la main ( sic) est destinée à recouvrir le corps du cobaye. Il me vient dès lors une idée : après l'époque glorieuse de notre chère ville de Spa, pourquoi ne pas relancer notre tourisme thermal en imaginant quelques nouveaux soins apaisants comme des bains de gueuze pétillants ou des mixtures à base de frites écrasées? On trouvera toujours bien un diététicien complice pour nous vanter les vertus thérapeutiques de ces spécialités locales sur nos peaux fatiguées... Frédéric Brébant