Imaginez le luxe. Vous êtes dans un aéroport, une gare ou le parc public d'une grande ville, l'ordinateur portable au bout des doigts, mais sans la moindre prise pour connecter votre précieuse machine. Pourtant, la magie opère et, en deux clics de souris, la grande toile Internet s'ouvre généreusement à vous. Librement. Gratuitement. Tout cela grâce à une bébête nommée Wifi, abréviation des termes anglais "wireless fidelity" et qui désigne une nouvelle technologie de connexion informatique sans fil. Chacun connaît cette expérience enfantine qui consiste à transformer deux boîtes de conserve en un téléphone sommaire mais toutefois performant (...

Imaginez le luxe. Vous êtes dans un aéroport, une gare ou le parc public d'une grande ville, l'ordinateur portable au bout des doigts, mais sans la moindre prise pour connecter votre précieuse machine. Pourtant, la magie opère et, en deux clics de souris, la grande toile Internet s'ouvre généreusement à vous. Librement. Gratuitement. Tout cela grâce à une bébête nommée Wifi, abréviation des termes anglais "wireless fidelity" et qui désigne une nouvelle technologie de connexion informatique sans fil. Chacun connaît cette expérience enfantine qui consiste à transformer deux boîtes de conserve en un téléphone sommaire mais toutefois performant ( photo). Bien! Comme quoi, avec un peu d'audace et quelques bouts de ficelle, on peut réaliser de grands rêves communicationnels. Même topo pour le Wifi! Bizarrement, c'est encore et toujours une boîte de conserve anodine qui est à l'origine de cette révolution cyber en pleine effervescence. Sans entrer dans les détails techniques de cette découverte qui bouleversera sans doute l'année 2003, un certain Jim Meehan s'est aperçu un jour qu'il pouvait capter des ondes sur son ordinateur portable avec une simple boîte de raviolis (vide) en guise d'antenne! Mieux, en utilisant une fréquence radio particulière (plus précisément la norme 802.11b), il s'est rendu compte qu'il pouvait se connecter gratuitement sur le Net sans devoir brancher la moindre prise. Le pied! En clair: plus besoin d'abonnement ni de fil encombrant! Grâce à ce système inédit, une borne relais suffit pour avoir accès au Web par la simple voie des airs. Car depuis le jour béni des raviolis, les petits génies de l'informatique ont transformé la boîte de conserve magique en un système beaucoup plus présentable. Ensuite, ils ont déployé de grandes antennes sur quelques bâtiments élevés de leur voisinage dans l'espoir de créer un véritable réseau "Internet gratuit". Enfin, presque gratuit, puisqu'il suffit de diviser le faible coût du matériel de base entre les nombreux surfeurs appartenant à une même communauté "wifiste". Communauté, le mot est lancé! Car le noble intérêt de cette invention spectaculaire repose précisément sur ce sentiment d'appartenance à un même projet. Un peu partout dans le monde, des réseaux sans fil se mettent aujourd'hui en place, de San Francisco ( www.bawug.org) à Paris ( www.paris-sansfil.net) en passant par Sydney ( www.sydneywireless.com) et même Louvain-la-Neuve ( http://wave.udev.org)! Chez nous, un véritable mouvement citoyen s'est d'ailleurs mis en place pour mieux faire connaître et installer davantage cette technologie de connexion sans fil ( http://reseaucitoyen.be). Plus fort: aux Etats-Unis, certains caressent déjà le rêve de déployer un seul et même réseau Wifi sur tout le territoire, histoire de pouvoir surfer librement, par la seule voie des airs, de la côte Est à la côte Ouest. Bref, après avoir installé le règne du téléphone sans fil, le XXI e siècle balbutiant pourrait bien consacrer prochainement le triomphe de l'Internet sans fil par la seule grâce du Wifi. Qu'on se le dise... Frédéric Brébant [{ssquf}]Retrouvez Frédéric Brébant chaque lundi matin, vers 9 h 45, dans l'émission "Bonjour quand même" de Jean-Pierre Hautier sur la Première (RTBF radio).