Avec son collègue Bert Voet et le photographe et graphiste Thomas De Bruyne, le journaliste Thijs Demeulemeester a réalisé un nouvel ouvrage intitulé Carchitecture, sur l'interaction entre les deux secteurs - "un projet d'amour", précise ce dernier. "Au XXe siècle, les architectes prêtaient une attention particulière à ce que faisait l'industrie automobile: des formes utilisées jusqu'à la méthode de production. Le Corbusier rêvait, par exemple, d'une habitation qui serait produite machinalement, et qui sortirait d'une chaîne de montage aussi facilement qu'une voiture. En outre, sa Maison Citrohan est un clin d'oeil pour le moins subtil à Citroën. Frank Lloyd Wright, quant à lui, était obsédé par la mécanique des véhicules et Jean Prouvé avait une réelle admiration pour ce milieu. C'était une sorte de fétiche pour beaucoup d'entre eux et leur rêve ultime était de créer un 'logis à conduire'."

De son côté, l'ouvrage se concentre sur des dizaines de maisons et d'autos qui paraissent former une étroite union. Mais ce lien est-il encore si fort de nos jours? "Vous remarquerez que l'architecture contemporaine tient de moins en moins compte de la voiture et que son importance est en déclin, admet l'auteur. Ainsi, les nouveaux immeubles, à Bruxelles, sont souvent construits sans place de parking. Ce livre est donc un Eldorado pour les nostalgiques. Et puis, je pense que l'amour pour les ancêtres, tout comme celui pour les vinyles, existera éternellement."

Carchitecture: Houses with Horsepower, Lannoo, 208 pages, 39,99 euros. lannoo.be

Avec son collègue Bert Voet et le photographe et graphiste Thomas De Bruyne, le journaliste Thijs Demeulemeester a réalisé un nouvel ouvrage intitulé Carchitecture, sur l'interaction entre les deux secteurs - "un projet d'amour", précise ce dernier. "Au XXe siècle, les architectes prêtaient une attention particulière à ce que faisait l'industrie automobile: des formes utilisées jusqu'à la méthode de production. Le Corbusier rêvait, par exemple, d'une habitation qui serait produite machinalement, et qui sortirait d'une chaîne de montage aussi facilement qu'une voiture. En outre, sa Maison Citrohan est un clin d'oeil pour le moins subtil à Citroën. Frank Lloyd Wright, quant à lui, était obsédé par la mécanique des véhicules et Jean Prouvé avait une réelle admiration pour ce milieu. C'était une sorte de fétiche pour beaucoup d'entre eux et leur rêve ultime était de créer un 'logis à conduire'." De son côté, l'ouvrage se concentre sur des dizaines de maisons et d'autos qui paraissent former une étroite union. Mais ce lien est-il encore si fort de nos jours? "Vous remarquerez que l'architecture contemporaine tient de moins en moins compte de la voiture et que son importance est en déclin, admet l'auteur. Ainsi, les nouveaux immeubles, à Bruxelles, sont souvent construits sans place de parking. Ce livre est donc un Eldorado pour les nostalgiques. Et puis, je pense que l'amour pour les ancêtres, tout comme celui pour les vinyles, existera éternellement."