Par souci écologique - ne pas rajouter des objets dans la masse d'objets existante -, économique - ne pas acheter des objets ou outils donc l'usage n'est qu'occasionnel - ou social - créer du lien social et aider -, les initiatives se multiplient pour que la vie en société soit plus partageuse. Parce que partager c'est aussi créer du lien social, dans une époque où le repli sur soi est souvent devenu un réflexe, contre lequel il convient de lutter si on rêve d'une vie riche en rencontres et expériences. Pas besoin de partir loin pour se rencontrer, s'entraider, avancer. Coup de projecteurs sur trois initiatives qui prouvent qu'en partageant, on en est que plus riche.

Tournevie, l'outillothèque écologique née de la passion du bricolage

© DR

A l'origine de Tournevie, il y a des bricoleurs, touchés par "le virus de la réparation et du savoir-faire soi-même". Des makers comme on les appelle désormais, avides de partager leur passion. Mais se lancer dans l'univers du bricolage et de la construction quand on est novice demande, outre de la motivation, un large matériel, des outils très divers qui permettent de mener à bien un projet, de bout en bout. Quand on se retrouve face à une réparation ou restauration à effectuer aussi du reste. A moins d'être professionnels, ces outils ne sont pas faits pour être utilisés fréquemment, et pour être de bonne qualité, ont un coût. C'est là que l'idée de Tournevie est géniale. Son principe : donner accès à tous les outils possibles ou presque à tout un chacun, contre une participation dérisoire. Ainsi, en échange d'une cotisation modique, annuelle (40 euros) ou mensuelle (20 euros) - incluant une assurance couvrant les réparations sur le matériel rendu défectueux - , vous avez accès à tout l'inventaire d'outils de Tournevie, des disqueuses aux lunettes de protection, en passant par les outils multifonctions et autres perceuses et compresseurs.

Bricoleurs bénévoles en plein référencement des outils disponibles dans l'inventaire © DR

Outre les outils, l'équipe de Tournevie est très généreuse en conseils, idées, et il suffit de se rendre sur place pour comprendre que le bricolage peut s'avérer génial, pourvu qu'il soit bien mené, avec les outils adaptés.

En pratique, une fois devenu membre, vous réservez vos outils via l'inventaire de l'outillothèque (lien) et venez les retirer à l'atelier sur les heures d'ouverture. L'emprunt dure le plus souvent une semaine, mais peut être prolongé d'une autre semaine, si vous vous amusez à tel point que vous n'imaginez pas vous séparer de cet objet magique après seulement 7 jours.

Atelier Tournevie à Schaerbeeck © DR

Bonne nouvelle. Pour répondre à la demande et faciliter encore un peu plus la vie de ses membres, Tournevie jusqu'à présent basé à Molenbeek ouvrira à partir du 27 septembre une deuxième antenne à Ixelles. Pour irradier la capitale des ondes constructives et constructrices.

Rue Saint-Joseph 20, à 1080 Molenbeek-Saint-Jean

La Serre, Rue Gray, 171 et 200 à 1050 Ixelles

Pour les horaires d'ouverture pour les retraits, consultez le site www.tournevie.be

Usitoo, la bibliothèque d'objets

© DR

Besoin d'une paire de skis, d'une tondeuse, de chaises en pagaille, dont vous aurez un usage unique ou suffisamment sporadique pour ne pas avoir envie ni de vous encombrer ni d'investir ? Usitoo semble fait pour vous. Son objectif : vous permettre d'"utiliser les objets dont vous avez besoin sans les acheter". Simple, économique, durable, sans caution et avec livraison de proximité, cette "bibliothèque d'objets" vise à dépanner tout un chaque en quête d'objet domestique lié au sport, à la cuisine, au jardin, au loisir.

Qui dispose d'un barnum chez soi ? © DR

Cette société coopérative fonctionne via forfait mensuel ou paiement prépayé. Cet argent est converti en points que vous pouvez échanger contre les objets dont vous avez besoin, qui constituent une gigantesque bibliothèque d'objets. L'objet tant désiré est livré par Usitoo près de chez vous, dans un Usi-relais. Pas besoin de caution, et à peine de se déplacer. Quant à l'entretien et la réparation, ils sont pris en charge.

Cerise sur le gâteau, en échange de points, vous pouvez aussi échanger des objets dont vous n'avez plus usage, et qui viendra agrandir le panel de la bibliothèque. Ou "objetothèque".

Rue de Birmingham 102, 1070 Anderlecht

www.usitoo.be. Consultez ici la liste des usi-relais points de retraits possibles.

Peerby, la plateforme d'échanges entre voisins

"Dites moi ce dont vous avez besoin et je vous le trouverai". La plateforme Peerby se présente comme une "alternative à notre société de consommation de masse". Son objectif : mettre en relation des personnes et encourager la consommation collaborative. Le credo est triple : agir socialement, économiquement et écologiquement.

Peerby.com © DR

Comment ça marche concrètement ? Le principe de cette plateforme repose sur la proximité. A la recherche d'un livre, d'un escabeau, d'une yaourtière, d'une paire de béquilles, Peerby questionne ses membres dans un périmètre que vous aurez établi pour voir qui est d'accord de voler à la rescousse. L'inscription est libre et gratuite, tout comme la sollicitation ou proposition d'objets.

www.peerby.com

Et bien sûr, n'oubliez pas les bibliothèques, dont le principe de partage est le fondement même. Crée bien avant la mise en place grâce à internet de ces généreuses initiatives, les bibliothèques et médiathèques permettent, moyennant un abonnement annuel au prix souvent modique, d'accéder au prêt de milliers de livres, revues, ou encore dvd. De quoi alimenter les esprits avides de connaissances et enrichir le quotidien, de 0 à 150 ans. Une fréquentation qui s'avère aussi constructive, qu'économique, si l'on a des enfants.

>>> www.bibliotheques.be/