Blanc désir égéen

Blanc désir égéen
Murs, pergolas et mobilier immaculés se confrontent au bleu de la piscine, de la mer, du ciel...

Rien ne différencie le Cavo Tagoo de l'archétype des habitations anciennes qui peuplent les villages des Cyclades. En harmonie avec la tradition insulaire réinterprétée à la lumière du présent, l'hôtel, accroché sur la falaise, est constitué de plusieurs bâtisses chaulées en blanc, reliées les unes aux autres par un dédale d'escaliers comme les ruelles de Mykonos. Dès que le taxi vous lâche devant l'entrée, vous sentez que le séjour sera un ensemble de moments privilégiés. L'enfilade, blanc sur blanc, des salons vous y invite. Vous êtes en front de mer dans un décor idéal, l'oeil saturé du bleu du ciel, de la mer et de la piscine à débordement. Une carte postale dans laquelle vous vous installez avec le plaisir déconcertant que procurent le luxe, le calme et la plénitude. On se sent immédiatement apaisé et l'on comprend pourquoi on a choisi de se ressourcer ici, après des longs mois de labeur en ville. Pour être dans une bulle, libéré des turpitudes de la planète.

Le séjour ressemble à une interminable lune de miel, encouragé par les soins prodigués au spa, la sieste entre ombre et soleil, un cocktail de fruits toujours à portée de soif et les dîners aux chandelles. Le sortilège est tel qu'on en oublie le défilé des scooters sur la route côtière en contrebas. La décoration plus épurée que minimaliste joue sur les matériaux bruts : la pierre, le bois, les canisses, la chaux. Pas une faute de goût. On reconnaît les canapés, les sièges, les vases en céramique signés Paola Navone pour Gervasoni, les jarres à huile locales. Signe particulier dans les chambres : les touches de couleurs méditerranéennes, ici et là un éclat doré réveillent l'espace dilaté de lumière. Toutes ont le privilège d'une terrasse plongeant sur la mer, les suites s'agrémentent d'une piscine privée. Chacune jouit d'une parfaite intimité.

Vos voisins sont un couple de jeunes Japonais just married, une famille d'Américains, deux jolis garçons italiens en goguette et des Grecs en week-end. L'ambiance est cosmopolite et raffinée, le scénario vraiment relaxant. À 600 mètres de là, Mykonos déballe ses plages, son coude à coude dans les ruelles et les enseignes de luxe à chaque porte, ce qui n'est pas non plus désagréable pour s'y distraire.

Par Geneviève Dortignac/Photos: Henri Del Olmo

Hôtel Cava Tagoo, à Mykonos, Classic room à partir de 250 euros. Golden suite à partir de 1250 euros. +30 22 89 02 01 00

grecehp-jpg11947758490361194775846588_LW_v2

Murs, pergolas et mobilier immaculés se confrontent au bleu de la piscine, de la mer, du ciel...

hotel-jpg11947758490361194775846620_LW_v2

vue-jpg11947758490361194775846684_LW_v2

En terrasse, un canapé dessiné par Paola Navone.

chambre-jpg11947758490361194775846700_LW_v2 © Henri del Olmo

Leçon de style : un ciel de lit couleur or, des sièges de Charles Eames, et des poufs en guise de table de nuit.

chambre2-jpg11947758490361194775846556_LW_v2

Seuls quelques éléments bruts, comme la charpente et la paroi en pierre du lobby viennent ponctuer cette harmonie.

chambrebleu-jpg11947758490361194775846572_LW_v2 © Henri del Olmo

Le baldaquin en bandes de gros galon crée des jeux d'ombres et de lumière. 2. En terrasse, un canapé dessiné par Paola Navone

sdb-jpg11947758490361194775846636_LW_v2

Des vasques en bois, évocation de la Méditerranée éternelle.

terrassegrece-jpg11947758490361194775846652_LW_v2

terrassegrece2-jpg11947758490361194775846668_LW_v2

Le bar, ombragé par un auvent en corde.