...

"Envie d'un barbecue le soir du réveillon ? " m'a demandé par SMS une amie le jour avant la Saint-Sylvestre. "Le thème, c'est la Laponie. Il faut s'habiller chaudement, donc la tenue ne doit pas spécialement être élégante." Nous n'avons pas hésité une seconde. Et nous ne l'avons pas regretté, car nous avions rarement vécu un réveillon où des invités si différents se sont rapprochés aussi rapidement. Tout cela grâce aux braseros, aux chauffe-terrasses, à la musique et au délicieux barbecue. Le Salon Inside Out (anciennement Sfeer) a lui aussi brandi des slogans comme "Vivez dehors toute l'année".Un coup d'oeil aux nouveaux catalogues d'extérieur en dit assez long : les meubles de plein air sont sans cesse photographiés en intérieur ou dans des conditions climatiques moins bonnes. Les clichés habituels - comprenez le ciel bleu et la terrasse inondée de soleil avec vue sur la mer - sont toujours présents, mais les shootings se font également par temps maussade ou brumeux.Quelles tendances les fabricants de mobilier d'extérieur ont-ils sorties de leur chapeau ces dernières années ? Saskia De Mits, du magasin 't Huis van Oordeghem, a sélectionné les plus importantes. "Les gens recherchent de plus en plus la qualité et la tranquillité. Le mobilier peut être à nouveau plus chic et plus chaleureux, mais il doit surtout être agréable. "La tendance la plus remarquable de ces dix dernières années est sans doute la révolution des matières employées dehors. Avant, nous utilisions beaucoup le dralon (ndlr : fibres synthétiques). Maintenant, nous pouvons importer les luxueuses matières d'intérieur au grand air. L'époque des matières artificielles et non respirantes est révolue. Les étoffes d'extérieur ressemblent aux tissus d'intérieur, que ce soit par la sensation qu'elles laissent au toucher ou par leur structure. On dirait du lin naturel. Elles peuvent aussi être bordées d'un joli liseré. Ces petits détails font toute la différence, à tel point que le mobilier extérieur actuel ressemble au mobilier intérieur.Pour Saskia, les couleurs aussi ont leur importance. "Au début, tout était gris. Cela peut être élégant, mais quand le parquet, le mobilier et les accessoires sont gris, la monotonie risque de s'installer. Sur des photos en noir et blanc, on a l'impression de regarder le ciel. Ensuite, il y a eu la période blanche. Le blanc est gai, c'est aussi une couleur architecturale qui s'accorde à merveille avec les lignes droites et stylées. A présent, on peut avoir du mobilier plus coloré. Rien de criard, mais de subtiles nuances ton sur ton."Kevin Snyders, manager marketing chez Royal Botania, pense également qu'il est temps de laisser libre cours à la créativité. "L'extérieur doit répondre autant que possible au style intérieur, car il le prolonge. Cela s'exprime par une grande variété de couleurs, de modèles, de matières et de possibilités d'assemblage. Royal Botania offre par exemple le choix entre plus de septante étoffes et coussins d'extérieur assortis." Ce genre de mélange flou sera appelé blurring pour plus de facilité. Cette tendance représente plus que jamais l'avenir.Le design belge est bien classé à l'étranger, surtout les luminaires et le mobilier extérieur. Nos marques d'éclairage n'innovent peut-être pas beaucoup, mais nos géants du design extérieur ont réussi à affirmer leur identité. Tribù, Extremis, Royal Botania et Vincent Sheppard - pour n'en citer que quelques-uns - ont leur propre patte et ont pu se faire un nom bien audelà de nos frontières.Lode De Cock, fondateur de Tribù, s'est exprimé sur le succès fulgurant du mobilier extérieur belge à l'étranger. "La Belgique compte de bons acteurs en matière de décoration extérieure. Quelques designers très méritants viennent de notre pays, mais en ce qui concerne le mobilier d'intérieur, nous sommes en retard par rapport à l'Italie. C'est pourquoi nous avons tablé sur un autre marché : le secteur de la décoration d'extérieur. Nous ne nous sommes pas facilité la tâche, car ce domaine doit tenir compte de beaucoup plus de facteurs, par exemple la technicité et la météo.""Il n'existe pas de meilleur endroit que la Belgique pour tester le mobilier extérieur", affirme notre collègue, la journaliste Leen Creve. "Même la célèbre marque britannique Gloster vient mettre ses produits à l'épreuve chez nous." La Belgique est le pays par excellence où les quatre saisons peuvent se manifester en un jour, ce phénomène faisant plutôt figure de règle que d'exception."La plupart du mobilier extérieur est vendu entre Stockholm et Paris", approuve Saskia De Mits. Mais la Belgique est la grande gagnante. "Nos exportations représentent un cinquième de notre chiffre d'affaires. La Belgique reste le premier marché pour les meubles d'extérieur."De plus, le succès du mobilier belge obéit à une loi économique séculaire : plus le bien est rare (dans le cas présent : le beau temps), plus sa valeur est élevée. Comme le soleil est rare, nous voulons profiter du plus petit rayon qui pointe le bout de son nez. Lors des journées chaudes, les gens du Sud se rendent dans des cafés, ils recherchent la fraîcheur et l'air conditionné. Mais nous, nous allons prendre l'air dans notre jardin, car nous savons que le temps aura peut-être tourné deux heures plus tard.KARIN VAN OPSTAL