Pour présenter la collection printemps-été 2021, la maison a opté pour un défilé dans son lieu traditionnel, temps fort de toute Fashion week à Paris.

Cette saison le défilé a été filmé en amont par le réalisateur néerlandais Anton Corbijn, auteur notamment de "Control" sur la vie du chanteur de Joy Division Ian Curtis, et diffusé mardi en ligne dans le cadre de la semaine de la haute couture virtuelle.

"Je savais que nous ne pourrions pas organiser de grand défilé, qu'il nous faudrait inventer autre chose... alors j'ai eu l'idée d'un petit cortège qui descendrait les escaliers du Grand Palais et passerait sous des arceaux de fleurs. Comme une fête de famille, un mariage", a expliqué la créatrice de Chanel Virginie Viard dans un communiqué de presse.

Mariée et album vintage

L'ambiance est loin des performances millimétrées et chronométrées d'autrefois. Des mannequins s'assoient sur des chaises vides, en gardant la distance avec les égéries.

Un album pour présenter la collection est également réalisé par Anton Corbijn dans une esthétique vintage en noir et blanc, comme celui de vieilles photos de famille.

La mariée, dernier look des défilés haute couture, entre en scène à cheval comme issue d'une photo d'il y a un siècle, en longue robe en crêpe satin à traîne brodée de papillons en strass et de perles.

Pour elle, les souliers bicolores à double bride de cette collection se transforment en bottes cavalières. Des jupes à volants accompagnées d'un boléro ou amovible en dentelle libérant le jeu des jambes suggèrent aussi une idée de danse.

Les incontournables tailleurs jupe ou pantalon d'une coupe épurée sont près du corps et allongent la silhouette. Une queue de cheval basse ou un carré court sont les coiffures à adopter l'été prochain.

Mensurations "fille d'à côté"

La maison a invité de nouveau cette saison la mannequin néerlandaise Jill Kortleve, qui revendique ses mensurations de "fille d'à côté", loin de la minceur habituelle des mannequins.

En robe longue en tweed rose et noir ouvert sur les jambes, elle est au premier rang de la photo de famille. Sa présence est une chose rare sur les podiums, surtout pour la haute couture où les exigences pour les mensurations sont encore plus strictes.

Une petite révolution aussi pour la maison dont la fondatrice Gabrielle Chanel abhorrait les courbes et choisissait les mannequins qui lui ressemblaient.

Le précédent directeur artistique Karl Lagerfeld décédé en 2019, assurait pour sa part que "personne" ne voulait "voir des femmes rondes" sur les podiums et le débat sur la diversité n'intéressait que "de grosses bonnes femmes assises avec leur paquet de chips devant la télévision", pour qui les mannequins minces "sont hideux".

Pour présenter la collection printemps-été 2021, la maison a opté pour un défilé dans son lieu traditionnel, temps fort de toute Fashion week à Paris. Cette saison le défilé a été filmé en amont par le réalisateur néerlandais Anton Corbijn, auteur notamment de "Control" sur la vie du chanteur de Joy Division Ian Curtis, et diffusé mardi en ligne dans le cadre de la semaine de la haute couture virtuelle. "Je savais que nous ne pourrions pas organiser de grand défilé, qu'il nous faudrait inventer autre chose... alors j'ai eu l'idée d'un petit cortège qui descendrait les escaliers du Grand Palais et passerait sous des arceaux de fleurs. Comme une fête de famille, un mariage", a expliqué la créatrice de Chanel Virginie Viard dans un communiqué de presse. L'ambiance est loin des performances millimétrées et chronométrées d'autrefois. Des mannequins s'assoient sur des chaises vides, en gardant la distance avec les égéries. Un album pour présenter la collection est également réalisé par Anton Corbijn dans une esthétique vintage en noir et blanc, comme celui de vieilles photos de famille. La mariée, dernier look des défilés haute couture, entre en scène à cheval comme issue d'une photo d'il y a un siècle, en longue robe en crêpe satin à traîne brodée de papillons en strass et de perles. Pour elle, les souliers bicolores à double bride de cette collection se transforment en bottes cavalières. Des jupes à volants accompagnées d'un boléro ou amovible en dentelle libérant le jeu des jambes suggèrent aussi une idée de danse.Les incontournables tailleurs jupe ou pantalon d'une coupe épurée sont près du corps et allongent la silhouette. Une queue de cheval basse ou un carré court sont les coiffures à adopter l'été prochain. La maison a invité de nouveau cette saison la mannequin néerlandaise Jill Kortleve, qui revendique ses mensurations de "fille d'à côté", loin de la minceur habituelle des mannequins.En robe longue en tweed rose et noir ouvert sur les jambes, elle est au premier rang de la photo de famille. Sa présence est une chose rare sur les podiums, surtout pour la haute couture où les exigences pour les mensurations sont encore plus strictes. Une petite révolution aussi pour la maison dont la fondatrice Gabrielle Chanel abhorrait les courbes et choisissait les mannequins qui lui ressemblaient.Le précédent directeur artistique Karl Lagerfeld décédé en 2019, assurait pour sa part que "personne" ne voulait "voir des femmes rondes" sur les podiums et le débat sur la diversité n'intéressait que "de grosses bonnes femmes assises avec leur paquet de chips devant la télévision", pour qui les mannequins minces "sont hideux".