L’ère Glenn Martens: 2022, une année faste pour le créateur belge

Jean Paul Gaultier X Glenn Martens haute couture, printemps-été 22. © Imaxtree

En 2022, le créateur belge Glenn Martens a de nombreuses choses à célébrer. Présent aux défilés de la Semaine de la mode masculine avec Y/Project, à la Fashion Week parisienne pour Jean Paul Gaultier et à Milan pour Diesel, il est de tous les podiums – et acclamé à chaque fois.

« J’ai appris l’importance de la joie de vivre avec Jean Paul Gaultier », aime raconter Glenn Martens. A la sortie de ses études à l’Académie des beaux-arts d’Anvers, il se voit immédiatement proposer un contrat dans cette maison fraçaise, où il est chargé des collections Homme. Le Belge collabore ensuite, en free-lance, pour des labels tels que Honest By, Weekday et Hugo Boss, découvrant ainsi d’autres facettes du métier. Après trois saisons intenses et difficiles avec son propre label, le créateur natif de Bruges devient directeur artistique de Y/Project en 2013, une petite maison qu’il rend incontournable en un rien de temps.

En janvier dernier, son défilé Y/Project, sur l’interminable piste d’une ancienne gare de fret de la porte de la Chapelle, fut l’un des temps forts de la Fashion Week. Une semaine plus tard, il confirmait encore son talent lors de son premier défilé haute couture, en tant qu’invité de son ancien patron, Jean Paul Gaultier. Depuis l’an dernier, ce dernier propose en effet chaque saison à un créateur de collaborer avec les petites mains de ses studios. Pour l’occasion, Glenn Martens a puisé dans l’histoire de la griffe, entre divas, rayures marines et déclinaisons de rose poudré rappelant Madonna dans les nineties. Notre compatriote a ajouté des torsions asymétriques, sorties tout droit de son imagination, aux silhouettes corsetées indissociables de la marque française. « J’ai réinventé ses moments emblématiques à ma façon », déclarait-il dans Vogue. Une approche qui n’a pas manqué de séduire aussi Diesel, dont il est directeur artistique depuis l’an dernier. Une nomination intelligente de la part du géant du jeans puisque le Belge s’amuse avec le denim depuis longtemps.

Une année faste donc, d’autant que Glenn Martens présidera également, en octobre prochain, le Festival de mode de Hyères, un concours réputé pour les jeunes créateurs. Il y a quelques années, il confiait dans nos pages que « la mode est une fête ». En 2022, c’est en son honneur qu’elle devrait être célébrée.

Glenn Martens
Glenn Martens© arnaud lajeunie

Partner Content