La marque de luxe a fait savoir, dans un communiqué transmis jeudi à Women's Wear Daily (WWD), qu'elle ne commercialiserait aucun produit "qui comporte des références directes à Michael Jackson".

La collection automne-hiver homme dessinée par Virgil Abloh était dédiée au chanteur de Thriller. En guise d'invitation, le designeur, premier Afro-Américain à diriger la création d'une grande maison de luxe française, avait envoyé un gant couvert de cristaux comme ceux du chanteur pop. Virgil Abloh avait même écrit un long hommage au chanteur -- "icône de son enfance et sa vie d'adulte", un garçon qui a "grandi dans des quartiers pauvres de l'Indiana, qui est devenu le symbole de l'unité planétaire".

Sollicité par l'AFP, Vuitton n'a pas transmis le communiqué qu'elle a fait parvenir à deux médias: WWD, considérée comme la bible de la mode, et le quotidien britannique The Telegraph.

"Je suis conscient qu'à la lumière du documentaire, le défilé provoque des réactions émotionnelles", a affirmé Virgil Abloh à WWD. "Je condamne fermement toute forme d'abus, de violence ou violation des droits de l'homme concernant des enfants".

Pour revoir cette collection présentée en janvier à Paris

L'acte 2 de Virgil Abloh pour Louis Vuitton

© Mondadori

Diffusé début mars sur la chaîne américaine HBO, le documentaire d'une durée de quatre heures donne la parole à deux hommes qui évoquent des abus sexuels subis de la part du chanteur pendant des années, alors qu'ils étaient mineurs.

Ces allégations de pédophilie surviennent près d'une décennie après la mort par overdose du chanteur. Elles ont incité des stations de radio, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande à ne plus programmer de titres de Michael Jackson.

Ce n'est pas la première fois que Michael Jackson est accusé de pédophilie. Mais le format du documentaire, avec de longs témoignages précis en caméra, qui se corroborent l'un l'autre, éclaire l'artiste sous une lumière plus crue que jamais.