Marion Cotillard, troublante, en Lady Grey

© Dior

Dior a dévoilé le quatrième volet de sa saga Lady Dior réalisé, cette fois, par Cameron Mitchel avec, toujours, en guest-star, Marion Cotillard.

Dior a dévoilé le quatrième volet de sa saga Lady Dior réalisé, cette fois, par Cameron Mitchel avec, toujours, en guest-star, Marion Cotillard.

Vêtue d’un somptueux corset rouge et coiffée d’un immense chapeau à plumes façon Joséphine Baker, la comédienne interprète une danseuse de cabaret jetant son dévolu sur un homme qui redécouvre la passion rien qu’en déposant son regard sur elle. Ambiance troublante à souhait, ce dernier court-métrage laisse le spectateur sans voix, face à une multitude de questions.


Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Ce film clôture ainsi la saga Lady Dior réalisée par de grands noms du cinéma et mettant en valeur, sur une année, la maroquinerie de la célèbre maison de mode française. Récapitulatif.

Lady Noire, le premier volet de la saga tourné à Paris était réalisé par Olivier Dahan (La Môme). On y voyait Marion Cotillard, femme fatale des années 50, au centre d’une intrigue policière à la manière hitchcockienne.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Pour la seconde campagne, l’actrice se transforme en Lady Rouge, mettant en scène ses talents de chanteuse. Sous la directive de Jonas Akerlund, Marion Cotillard rejoint le gang des actrices-chanteuses en interprétant « The Eyes of Mars », chanson écrite par Franz Ferdinand. On y retrouve une femme beaucoup plus audacieuse succédant ainsi à la femme fatale du premier volet.

Le contenu intégré souhaite enregistrer et/ou accéder à des informations sur votre appareil. Vous n’avez pas donné l’autorisation de le faire.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Dans le troisième volet de cette saga, on reconnaît très vite l’univers de David Lynch avec ses symboles, ses côtés irréels et cauchemardesques. L’intrigue se déroule à Shanghai avec une Lady Blue complètement déphasée qui ne parvient pas à atteindre le monde réel. Une atmosphère pesante sur un fond sonore des plus mystérieux. Le sac symbolisant le passage du fantasme au réel, cet avant-dernier volet met le spectateur en haleine jusqu’à la dernière minute. Avec ce dernier volet Lady Grey des plus énigmatiques, le voilà encore plus troublé.

Magdaléna Kolaj

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content