Pourquoi le Belge Raf Simons met-il fin à sa marque: retour sur une aventure de 27 ans

© DR

Raf Simons quitte la scène après 27 ans. En tout cas, avec son propre label. 27 ans, c’est suffisant. Peut-être aussi que trop c’est trop. Il restera toutefois aux manettes créatives de Prada.

« Les mots me manquent pour partager à quel point je suis fier de tout ce que nous avons accompli », a confié Raf Simons via Instagram lundi soir. « Je suis reconnaissant pour le soutien incroyable de mon équipe, de mon personnel, de la presse et des acheteurs, de mes amis et de ma famille, ainsi que de nos fans dévoués et de nos fidèles. »

Fier et reconnaissant : Raf Simons a apparemment estimé qu’il était temps de clôturer sa marque, et donc d’en finir logiquement d’en finir avec Detlef BV, la société derrière la marque, qui porte le nom d’un des personnages principaux de Wir Kinder vom Bahnhof Zoo, plus connu sous le nom de Moi, Christiane F., (1981), un film clé dans la carrière de Simons.

La décision est inattendue. Certains membres de sa propre équipe en auraient été informés il y a quelques jours seulement.

« Toujours en avance sur son temps », a écrit Pieter Mulier sur Instagram.

« Il a influencé tout le monde pendant trois décennies. Heureux d’en avoir fait partie, les meilleures années de ma carrière, la meilleure école que j’ai eu le plaisir de diriger. » Pieter Mulier, le directeur artistique d’Alaïa, a en effet commencé comme stagiaire chez Simons, et l’a encadré pendant des années, de Jil Sander à Calvin Klein.

« Mon héros », a commenté Demna, de Balenciaga, parmi des milliers de commentaires – des remerciements, surtout – d’amis, de collaborateurs et de fans.

Simons lance sa marque en 1995 et défile pour la première fois à Paris pour l’hiver 1997, dans une petite école du 11e arrondissement. Un début international qui rencontre un succès immédiat, et des tiraillements et des bousculades devant l’entrée. Raf Simons travaille avec l’agence de relations publiques Totem de Kuki de Salvertes, qui avait également accompagné Walter Van Beirendonck par le passé. Suzy Menkes, rédactrice mode pour l’International Herald Tribune, alors comme la plus importante journaliste de mode au monde, était dans le public (nous aussi), appréciant la qualité de ce travail (idem).

Et Simons de devenir presque instantanément un incontournable des Fashion weeks homme.

Il s’est avéré être un showman né, le Cecil B. DeMille de l’avant-garde, et aussi un peu le Martin Margiela de sa génération. Proposant toujours des défilés époustouflants avec peu de moyens, souvent dans des lieux inattendus à Paris ou dans ses environs : des cours de récréation, des usines, ou encore à la Géode du parc de la Villette, recouverte de glaces, où les mannequins étaient conduits par des escalators, peut-être son meilleur spectacle.

Defile Raf Simons a la Geode, Paris

Il était, déjà à l’époque, un incorrigible romantique, obsédé par la jeunesse et la sous-culture. Uniformes d’écoliers, esthétique gabber, bande-son de Heroes de David Bowie (qui figure en bonne place dans le film de Christiane F.).

À l’instar d’Hedi Slimane, Raf Simons a façonné la mode masculine.

Il a fait défiler des adolescents vulnérables et maigres sur les podiums, ce qui était nouveau dans le monde de la mode masculine, où les « beefcakes » étaient la norme. Et il a inventé une nouvelle silhouette dès le départ – plus étroite et plus fine (ma garde-robe contient encore une veste de cette époque, fabriquée en Belgique : une veste de costume noire classique, parfaitement ajustée, a priori très classique, mais qui, à l’époque, a balayé tout ce qui se montrait sur les podiums ; elle est, quelque 25 ans plus tard, toujours d’actualité).

Lorsque Raf Simons a lancé son label, Slimane a fait ses premiers pas chez Saint Laurent, en tant que designer de la ligne masculine – avant même de développer la ligne masculine de Dior. Slimane a popularisé le costume skinny et le jean ditto, mais c’est bien Simons qui a donné l’impulsion.

Ses collections étaient encore confidentielles, surtout les premières années. En Belgique, on les trouvait simplement chez Stijl et Louis, mais à Paris, par exemple, elles étaient seulement disponibles chez Flower, une minuscule boutique tenue par un Japonais.

D’ailleurs, le Japon a longtemps été son plus grand marché, comme ce fut le cas pour de nombreux créateurs belges à l’époque (et l’est encore aujourd’hui : « Le Japon n’est pas ma plus grande zone de vente en termes de chiffres », nous confiait Jan Jan Van Essche la semaine dernière, mais j’y ai le plus grand nombre de points de vente »).

Raf Simons est toujours resté une petite marque, avec peu de moyens et peu d’employés – une dizaine – qui a souvent dû compter sur la « bonne volonté » et la passion pure pour survivre. Les vêtements sont également devenus de plus en plus chers. Raf Simons, pendant ce temps, faisait fortune chez Dior et Calvin Klein. Il pouvait se payer ses vêtements, même s’il préférait porter du Prada, mais les plus jeunes? Pas vraiment.

C’était l’enfer

En l’an 2000, Raf Simons avait déjà abandonné la mode depuis un an. Il a alors sauté deux collections. « J’avais une relation problématique avec la mode à cette époque », nous a-t-il confié dix ans plus tard. « Je veux, je ne veux pas, je veux, je ne veux pas ». Tout s’est passé trop vite. J’avais de gros doutes. Je partais de rien. Soudain, j’employais 17 personnes. Je ne me voyais pas courir après Dries (Van Noten) ou Ann (Demeulemeester). Je voulais une agence créative. Je n’avais plus d’appétit. J’ai arrêté. J’ai gardé quatre personnes pour faire quelque chose de créatif. Et après quelques mois, tout m’a beaucoup manqué. » Et il a fini par reprendre du service.

En 2011, le label traverse une nouvelle période difficile. Simons se sépare ensuite, après six ans, de son partenaire commercial italien qui s’occupait de la vente, de la production et de la distribution des collections, et qui avait également lancé la deuxième ligne, moins chère, RAF. « L’entreprise n’a jamais respecté ses engagements. L’année dernière, tout s’est accéléré. Les clients n’ont pas été payés, les choses ont mal tourné avec les livraisons. Tout le monde peut avoir des problèmes, mais il faut communiquer. Ils ne répondaient même plus au téléphone (…). J’ai fait appel à des avocats, et nous avons fini par faire rompre le contrat. « 

« C’était l’enfer, l’enfer », nous a-t-il confié en août 2011. « Mais je suis heureux d’avoir à nouveau le contrôle de mon destin. Je suis toujours debout. »

À cette période, Raf Simons est également directeur artistique de Jil Sander. « Vous mettez une énorme quantité d’énergie dans une marque comme celle-là », a-t-il déclaré à son sujet. « Ne serait-il pas préférable d’investir cette énergie entièrement dans mon propre label ? Ou bien dois-je continuer à faire deux choses ? (…) Je suis un homme simple. Mais à ce niveau, vous ne pouvez pas tout contrôler. Vous devez vous laisser aller. Je passe la moitié du temps à Milan, l’autre moitié à Anvers. Des collections, des collections, des collections : je ne pense à rien d’autre. Mais vous ne pouvez le faire que si vous avez quelqu’un pour s’occuper du reste. Il a trouvé cette personne en la femme d’affaires et ex-politicienne Bianca Quets Luzi (nominée dans la catégorie « Professionnel de l’année » des Belgian Fashion Awards cette année, qui seront décernés jeudi.)

Refaire surface

De Jil Sander, Raf Simons passe chez Dior, où il succéde à John Galliano comme directeur artistique des collections féminines. Il fait alors ses débuts avec un défilé de couture dans un manoir abandonné de Paris dont les murs étaient tapissés d’innombrables fleurs.

Premier defile de Raf Simons chez Dior

Il est alors devenu célèbre à travers le monde entier. Mais il quitte rapidement Dior, trouvant la charge de travail trop importante, et un peu plus tard, il déménage à New York, pour un passage très médiatisé chez Calvin Klein. Une collaboration qui implose plus tôt que prévu.

Mais voilà que Raf Simons refait surface, chez Prada. Son propre label semblait parfois souffrir du poids des multinationales pour lesquelles il était employé. Lorsqu’il travaillait pour Calvin Klein, il se contentait d’exposer à New York, réduisant ainsi l’impact du label dans le reste du monde. Il était alors en pleine forme, d’ailleurs : l’hiver 2018, toujours inspiré par Christiane F. et par Drugs, une pièce de Cookie Mueller et Glenn O’Brien, sur un podium transformé en table pour un festin décadent de fleurs, de fruits et de légumes, était mémorable. Avec l’été 2020 – nous étions alors installés sur des chaises de bureau recouvertes de plastique noir, sur une moquette rose, dans un immense hangar d’une lointaine banlieue – et, la saison suivante, l’hiver 2020 – Solar Youth dans un tunnel jaune vif – Raf Simons a prouvé qu’il n’avait rien perdu en créativité.

raf-simons-designer-belge
© Belga Images

Ses débuts chez Prada ont coïncidé avec la pandémie de covid. Et il a dû être extrêmement complexe d’assumer un travail aussi exigeant dans des circonstances extrêmement difficiles, de concevoir également ses propres collections et de trouver une nouvelle façon de les présenter, en l’absence de défilés.

L’affichage de ce contenu a été bloqué pour respecter vos choix en matière de cookies. En cliquant sur « Voir le contenu », vous acceptez les cookies. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur « Paramètres des cookies » en bas du site.
Voir le contenu

Pour faire court, les vidéos ont laissé peu de souvenirs. Un « défilé de rentrée » lors de la fashion week femme à Paris, sous les colonnes grecques du Palais Brogniart à Paris – l’ancien bâtiment de la Bourse – manquait de punch.

Son dernier défilé, à la mi-octobre à Londres, a quant à lui été reporté suite au décès de la reine Elizabeth II. Raf Simons avait prévu de le prolongé par une sorte de rave, inappropriée donc étant donné les circonstances.

Ce défilé aura finalement lieu quelques semaines plus tard, pendant la foire d’art contemporain Frieze. Les mannequins défilaient sur une scène surélevée. Une vidéo d’une danseuse était projetée au bout du podium. La collection était à nouveau mixte et Raf Simons a introduit une nouvelle « collab » – en intégrant une œuvre de l’artiste belge disparu Philippe Vandenberg.

Aujourd’hui le rideau tombe. Tout bien considéré, ce n’est pas forcément une mauvaise chose. Chaque marque de mode connaît des hauts et des bas, et au bout d’un moment, il devient compliqué d’atteindre le sommet. Vous ne pouvez pas rester au top éternellement, sauf si vous vous appelez Rei Kawakubo. EOu en Belgique, Dries Van Noten et Walter Van Beirendonck, qui sont parvenus à rester pertinents.

La plupart des contemporains de Raf Simons en Belgique ont quitté leur label : Véronique Branquinho se serait retirée dans la campagne portugaise. An Vandevorst de A.F. Vandevorst dirige l’école de mode florentine Polimoda et vit en tant qu’artiste de performance dans DNA Kollektif, avec Daniël Vanverre. Kris Van Assche, après dix ans chez Dior et un passage chez Berluti, couve de nouveaux projets. Olivier Theyskens et Stephan Schneider sont toujours actifs, mais moins au premier plan que par le passé.

Jusqu’à ce que vous tombiez

En arrêtant maintenant, Raf Simons permet à son label de rester « éternellement jeune » (peut-être aurait-il pu démissionner lorsque Rihanna et Ye, entre autres, se sont fait photographier dans ses blousons bombers vintage). Il reste également précieux : ses anciennes collections ont une valeur de collection. À 50 ans passés, il n’est peut-être plus la bonne personne pour diriger un label – son propre label, il est vrai – qui a toujours été axé sur la jeunesse. Et qui, à part quelques vieux, se soucie encore de Bowie de nos jours, ou de Christiane F. ?

S’arrêter est mieux que de se décomposer. Regardez ce qu’il est advenu de Morrissey, ou d’Elvis.

Et puis Raf Simons travaille toujours, chez Prada, une marque de mode pour adultes. Il y a longtemps que l’on murmure dans les coulisses de la mode que Miuccia Prada aimerait quitter le navire plus tôt que prévu. Peut-être Raf Simons jouera-t-il alors un rôle plus important chez le géant italien ? L’avenir nous le dira.

Miuccia Prada et Raf Simons, au final du défilé de juin 2022

Pour conclure, voici une citation de notre interview de 2011 :

« Lorsque vous avez votre propre label, vous devez décider à un moment donné : qu’est-ce que je veux vraiment faire avec ça ? Vous pouvez continuer jusqu’à ce que vous tombiez. Ou vous pouvez dire : ça suffit maintenant, j’ai dit ce que j’avais à dire. Mais alors, que faites-vous ? Je pense que c’est douloureux quand on se vend, et que l’on place quelqu’un que l’on n’aime pas vraiment soi-même. Je ne pense pas qu’il y ait un seul designer dans une telle situation qui dise: « Je ne regarde plus ». Sauf peut-être Martin Margiela. « 

Partner Content