Le mannequinat fait office d'exception concernant les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes. C'est l'un des rares domaines dans lequel les femmes sont mieux payées que les hommes, en témoigne le classement Forbes des mannequins masculins les mieux rémunérés de l'année 2012-2013.

Le vainqueur, Sean O'Pry, un jeune Américain, a ainsi empoché 1,5 million de dollars sur l'année. Une somme qui paraît dérisoire en comparaison des 42 millions de dollars empochés par la Brésilienne Gisele Bündchen (première du classement Forbes féminin) durant la même période.

Autre différence entre les deux classements: les mannequins hommes de l'hémisphère nord prédominent tandis que dans le classement féminin, le Brésil, l'Australie ou la Chine sont les mieux représentés.

Comment expliquer de telles différences?

Selon Frédéric Godart, sociologue spécialiste de la mode interrogé par Les Inrocks, ces inégalités sont dues aux "normes culturelles". On attend des hommes qu'ils soient naturels, et on préfère que ce soit les femmes qui minaudent et posent. La mode demeure une industrie qui s'adresse en priorité aux femmes réservant la mode masculine à une élite.

Né en 1989 à Kennesaw, Georgia, Sean O'Pry a notamment travaillé avec Calvin Klein, Versace, D&G, Ralph Lauren, Michael, H&M, GapKors. Et, bonus, apparaît même dans le clip Girls Gone Wild de Madonna.

Le mannequinat fait office d'exception concernant les inégalités de salaires entre les hommes et les femmes. C'est l'un des rares domaines dans lequel les femmes sont mieux payées que les hommes, en témoigne le classement Forbes des mannequins masculins les mieux rémunérés de l'année 2012-2013. Le vainqueur, Sean O'Pry, un jeune Américain, a ainsi empoché 1,5 million de dollars sur l'année. Une somme qui paraît dérisoire en comparaison des 42 millions de dollars empochés par la Brésilienne Gisele Bündchen (première du classement Forbes féminin) durant la même période. Autre différence entre les deux classements: les mannequins hommes de l'hémisphère nord prédominent tandis que dans le classement féminin, le Brésil, l'Australie ou la Chine sont les mieux représentés. Comment expliquer de telles différences? Selon Frédéric Godart, sociologue spécialiste de la mode interrogé par Les Inrocks, ces inégalités sont dues aux "normes culturelles". On attend des hommes qu'ils soient naturels, et on préfère que ce soit les femmes qui minaudent et posent. La mode demeure une industrie qui s'adresse en priorité aux femmes réservant la mode masculine à une élite. Né en 1989 à Kennesaw, Georgia, Sean O'Pry a notamment travaillé avec Calvin Klein, Versace, D&G, Ralph Lauren, Michael, H&M, GapKors. Et, bonus, apparaît même dans le clip Girls Gone Wild de Madonna.