La scène, qui a eu lieu samedi, au lendemain des attentats de Paris, a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux, créant une polémique et des appels au boycott de l'enseigne de prêt-à-porter espagnole.

La cliente, portant un hijab (foulard islamique), s'était vu interdite d'entrée dans un magasin Zara, situé à Plaisir dans l'ouest parisien. "Le vigile lui a demandé d'enlever son voile, ce que la cliente a refusé et qui est tout à fait normal" au vu de la loi française, a déclaré mardi Jean-Jacques Salaün, directeur général de Zara France.

Pour rappel, la loi française interdit la dissimulation du visage dans les lieux publics ne porte que sur les voiles intégraux, de type burqa ou niqab. Le port du hijab ne relève pas de cette interdiction.

"C'était une initiative malheureuse de la part d'un vigile. Ce genre d'attitude n'existe pas chez Zara et il n'y a jamais eu aucune consigne du groupe en ce sens", a-t-il assuré.

Le responsable a ajouté qu'une "enquête est en cours", chez Zara et au sein de vigiles. "En attendant, le vigile et la responsable du magasin ont été sanctionnés et mis à pied".

Le responsable de Zara France a expliqué avoir appelé la cliente concernée pour s'excuser au nom du groupe et condamner cette action, sitôt qu'il a eu vent de l'incident. "Des excuses que cette dame a acceptées", a-t-il précisé.