Une plante ce n'est pas que de la déco ou juste joli. C'est aussi bon pour le moral. Elle aiderait à se détendre, à être de meilleure humeur et à faire baisser le rythme cardiaque. Elle aurait aussi un effet antalgique en diminuant la sensation de douleur en détournant l'attention.

Lire aussi : Les plantes vertes, stars des réseaux sociaux... et des intérieurs

Exit le "food porn", ces photos de plats et autres spécialités gastronomiques, ce sont désormais les plantes qui ont la vedette sur les réseaux sociaux.

Dans une récente étude de l'université de Séville sur la nature en milieu urbain, il est ressorti que, pour trois personnes sur quatre, avoir eu au moins une plante a été positif pour leur bien-être psychologique durant le premier confinement (entre mars et juin 2020). 40 % ont aussi déclaré en vouloir plus. L'étude internationale portait sur pas moins 4.200 personnes de 46 pays. Par contre ces bienfaits ne sont valables que si la plante est en pleine forme. Et pour ce faire voici un petit guide pratique.

1 : On ne met pas n'importe quelle plante n'importe où

On évite le coup de coeur et l'achat compulsif. La plus jolie et solide des plantes placées dans un endroit qui ne lui plait pas va vite ne plus ressembler à rien. C'est pourquoi il faut d'abord savoir où l'on veut placer une plante et ensuite voir quelle plante conviendrait le mieux. Par exemple, certaines plantes ne supportent pas la lumière directe et d'autres craignent le chauffage comme la peste. Une fois que votre choix est arrêté, un bon réflexe est de "googler" la plante pour savoir comment la traiter au mieux.

2 : Bien choisir sa plante

On évite les plantes avec trop de feuilles flétries (bien qu'une feuille un peu moins belle est pardonnée). Pour voir si la plante est infestée de bestioles, on souffle sur la terre ou on presse un peu le pot.

., Getty Images
. © Getty Images

Si l'on est débutant, il est sage de rester modeste. On évite donc d'acheter des plantes rares et chères ou très difficiles à entretenir. Ces dernières demandent un peu d'expérience et risquent vite de mourir d'une pas très belle mort. Ce serait dommage pour la plante, votre égo et votre portefeuille.

Quelques plantes faciles, voire increvables :

Sanseveria ou "langue de belle-mère". Cette plante grasse est capable de supporter le plein soleil comme les faibles éclairages et de résister des semaines sans eau.

Le kentia. Cette plante que l'on retrouve souvent chez Ikea est très robuste et supporte plutôt bien le manque de luminosité.

LeScindapsus . Elle décore souvent les étagères et les rebords de fenêtre car elle pousse vite et ne demande pas beaucoup d'entretien.

Le Piléa, la fameuse plante crêpe. Facile à vivre, elle demande très peu d'entretien mais quand même un peu de lumière.

L'Aloé Vera est robuste, pousse vite et ne demande pas beaucoup d'eau. En plus elle soulage les brulures.

Le ceropegia ( "chaîne des coeurs") est une plante grasse parfaite pour décorer les étagères situées en plein soleil. Pas besoin non plus d'arroser souvent.

Le Zamioculcas (Bonheur-Printemps). Cette plante serait l'une des plus résistantes de toutes .

Mais aussi : Le chlorophytum ou plante-araignée, le tradescantia (aussi parfois appelé misère) et lépipremnum

Bonus : des plantes qui résistent au chauffage (pour l'hiver prochain) : l'Épine du Christ, la Saintpaulia, l'Aloé vera, le Cactus, le yucca.

3 : Une semaine de quarantaine et un nouveau pot

Lorsqu'on achète une nouvelle plante, on laisse la plante s'acclimater tranquillement seul dans son coin et sans l'arroser.

La plante n'arrive que très rarement dans un joli pot. Il vous faudra donc le rempoter après sa semaine d'acclimatation. Le choix du nouveau pot dépend de la taille des racines. Si elles occupent une bonne partie du pot, il est judicieux d'opter pour un pot d'un cinquième à un quart plus grand. Faites attention à ne pas prendre trop grand, sous peine d'avoir une terre trop humide. Pensez aussi à garnir le fond du pot d'une couche de billes d'argile.

4 : On change le terreau régulièrement

L'idéal est de le faire tous les ans. Un brin utopique pour la plupart des mortels, mais il est vrai qu'on ne devrait jamais laisser plus de trois ans une plante dans un même contenant. Après quelques temps, le terreau s'appauvrit et il se compacte ce qui pourrait provoquer l'asphyxie des racines.

iStock
© iStock

En renouvelant le terreau , on fournit de nouveaux nutriments et minéraux. Et ça tombe bien, cette période est le moment idéal pour le faire, car il ne fait ni trop chaud, ni trop froid (l'idéal étant une vingtaine de degrés). Pour les plus grandes plantes, on peut aussi changer uniquement la couche supérieure en la grattant. Enfin, on n'opte pour un nouveau pot plus grand uniquement si les racines touchent les parois.

On notera aussi que ce changement est une source de stress pour la plante et on évitera donc toute opération inutile comme hésiter entre quatre pots pour se décider pour un quatrième ou en tassant trop ou trop peu la terre. Une fois votre plante dans son nouveau pot, on lui donne de l'eau.

5 : On les nourrit

L'idéal est d'immerger une plante fraîchement rempotée durant une vingtaine de minutes dans l'eau, on laisse ensuite l'eau s'écouler. On conseille d'attendre un mois après le rempotage avant d'apporter de l'engrais. Cet engrais est surtout bénéfique durant la période de croissance qui s'écoule de début mars à fin septembre. De mi-octobre à fin février il est même inutile de les fertiliser les plantes de la maison. Celles-ci sont plongées dans un repos végétatif naturel dû à la diminution de la longueur du jour.

6 : Trop d'eau tue vos plantes

Souvent, les plantes meurent non pas par sécheresse, mais au contraire parce qu'elles ont reçu trop d'eau. Bien que le degré d'humidité idéal du terreau varie d'une plante à l'autre, il y a une constante : si la terre est trop mouillée, les racines vont pourrir et votre plante va mourir. Un arrosage adapté est donc la clé.

A titre indicatif, d'avril à fin septembre, on arrose une fois par semaine les plantes qui forment des troncs ou des tiges à écorce épaisse et deux fois par semaine toutes les plantes à tiges et feuilles tendres ainsi que les espèces à fleurs. D'octobre à mars, on réduit la fréquence d'arrosage par deux. L'eau doit aussi être à température tempérée (idéalement 25 degrés).

GETTY IMAGES
© GETTY IMAGES

On sait qu'une plante a soif lorsqu'elle perd de sa rigidité et que ses feuilles s'enroulent sur elles-mêmes. Un excès d'eau se traduit lui par un ramollissement des tiges et la formation de taches marron sur le bord des feuilles ou une chute brutale de feuilles encore vertes.

Une bonne idée est de placer vos plantes dehors quand il ne fait pas trop froid et qu'il pleut. Cette douche naturelle enlèvera la poussière et, si on écoute bien, les fera soupirer d'aise.

Une plante ce n'est pas que de la déco ou juste joli. C'est aussi bon pour le moral. Elle aiderait à se détendre, à être de meilleure humeur et à faire baisser le rythme cardiaque. Elle aurait aussi un effet antalgique en diminuant la sensation de douleur en détournant l'attention. Dans une récente étude de l'université de Séville sur la nature en milieu urbain, il est ressorti que, pour trois personnes sur quatre, avoir eu au moins une plante a été positif pour leur bien-être psychologique durant le premier confinement (entre mars et juin 2020). 40 % ont aussi déclaré en vouloir plus. L'étude internationale portait sur pas moins 4.200 personnes de 46 pays. Par contre ces bienfaits ne sont valables que si la plante est en pleine forme. Et pour ce faire voici un petit guide pratique. On évite le coup de coeur et l'achat compulsif. La plus jolie et solide des plantes placées dans un endroit qui ne lui plait pas va vite ne plus ressembler à rien. C'est pourquoi il faut d'abord savoir où l'on veut placer une plante et ensuite voir quelle plante conviendrait le mieux. Par exemple, certaines plantes ne supportent pas la lumière directe et d'autres craignent le chauffage comme la peste. Une fois que votre choix est arrêté, un bon réflexe est de "googler" la plante pour savoir comment la traiter au mieux. On évite les plantes avec trop de feuilles flétries (bien qu'une feuille un peu moins belle est pardonnée). Pour voir si la plante est infestée de bestioles, on souffle sur la terre ou on presse un peu le pot. Si l'on est débutant, il est sage de rester modeste. On évite donc d'acheter des plantes rares et chères ou très difficiles à entretenir. Ces dernières demandent un peu d'expérience et risquent vite de mourir d'une pas très belle mort. Ce serait dommage pour la plante, votre égo et votre portefeuille. Lorsqu'on achète une nouvelle plante, on laisse la plante s'acclimater tranquillement seul dans son coin et sans l'arroser. La plante n'arrive que très rarement dans un joli pot. Il vous faudra donc le rempoter après sa semaine d'acclimatation. Le choix du nouveau pot dépend de la taille des racines. Si elles occupent une bonne partie du pot, il est judicieux d'opter pour un pot d'un cinquième à un quart plus grand. Faites attention à ne pas prendre trop grand, sous peine d'avoir une terre trop humide. Pensez aussi à garnir le fond du pot d'une couche de billes d'argile.L'idéal est de le faire tous les ans. Un brin utopique pour la plupart des mortels, mais il est vrai qu'on ne devrait jamais laisser plus de trois ans une plante dans un même contenant. Après quelques temps, le terreau s'appauvrit et il se compacte ce qui pourrait provoquer l'asphyxie des racines.En renouvelant le terreau , on fournit de nouveaux nutriments et minéraux. Et ça tombe bien, cette période est le moment idéal pour le faire, car il ne fait ni trop chaud, ni trop froid (l'idéal étant une vingtaine de degrés). Pour les plus grandes plantes, on peut aussi changer uniquement la couche supérieure en la grattant. Enfin, on n'opte pour un nouveau pot plus grand uniquement si les racines touchent les parois. On notera aussi que ce changement est une source de stress pour la plante et on évitera donc toute opération inutile comme hésiter entre quatre pots pour se décider pour un quatrième ou en tassant trop ou trop peu la terre. Une fois votre plante dans son nouveau pot, on lui donne de l'eau. L'idéal est d'immerger une plante fraîchement rempotée durant une vingtaine de minutes dans l'eau, on laisse ensuite l'eau s'écouler. On conseille d'attendre un mois après le rempotage avant d'apporter de l'engrais. Cet engrais est surtout bénéfique durant la période de croissance qui s'écoule de début mars à fin septembre. De mi-octobre à fin février il est même inutile de les fertiliser les plantes de la maison. Celles-ci sont plongées dans un repos végétatif naturel dû à la diminution de la longueur du jour. Souvent, les plantes meurent non pas par sécheresse, mais au contraire parce qu'elles ont reçu trop d'eau. Bien que le degré d'humidité idéal du terreau varie d'une plante à l'autre, il y a une constante : si la terre est trop mouillée, les racines vont pourrir et votre plante va mourir. Un arrosage adapté est donc la clé. A titre indicatif, d'avril à fin septembre, on arrose une fois par semaine les plantes qui forment des troncs ou des tiges à écorce épaisse et deux fois par semaine toutes les plantes à tiges et feuilles tendres ainsi que les espèces à fleurs. D'octobre à mars, on réduit la fréquence d'arrosage par deux. L'eau doit aussi être à température tempérée (idéalement 25 degrés). On sait qu'une plante a soif lorsqu'elle perd de sa rigidité et que ses feuilles s'enroulent sur elles-mêmes. Un excès d'eau se traduit lui par un ramollissement des tiges et la formation de taches marron sur le bord des feuilles ou une chute brutale de feuilles encore vertes. Une bonne idée est de placer vos plantes dehors quand il ne fait pas trop froid et qu'il pleut. Cette douche naturelle enlèvera la poussière et, si on écoute bien, les fera soupirer d'aise.