Son expo, elle l'a titrée Libertés, au pluriel, pour mieux englober " la démocratie, la République, la liberté expression, la liberté d'agir pour le bon et le regard sur l'autre, mais vraiment le regarder ". La créatrice française Bouchra Jarrar est allée à la rencontre d'une vingtaine de personnalités " engagées " dans le cinéma, les arts et les lettres et les a photographiées à la lumière naturelle, cherchant à...

Son expo, elle l'a titrée Libertés, au pluriel, pour mieux englober " la démocratie, la République, la liberté expression, la liberté d'agir pour le bon et le regard sur l'autre, mais vraiment le regarder ". La créatrice française Bouchra Jarrar est allée à la rencontre d'une vingtaine de personnalités " engagées " dans le cinéma, les arts et les lettres et les a photographiées à la lumière naturelle, cherchant à s'approcher au plus près, " atteindre le coeur ", dit-elle. Ainsi Ladj Ly, Rachida Brakni, Abd Al Malik, Christiane Taubira, Maïwenn ont répondu à son invitation.Ils ont en commun d'être des enfants de l'immigration, ce que Bouchra Jarrar partage avec eux, elle aime répéter, elle aime se répéter qu'il est " important de regarder d'où l'on vient, d'observer notre cheminement et de voir ce que l'on peut faire pour les autres ".Elle fut formée à l'Ecole nationale supérieure des arts appliqués Duperré, choisit la mode comme on part à l'aventure, fit ses débuts chez Jean Paul Gaultier puis épaula Nicolas Ghesquière chez Balenciaga avant de se lancer seule à son nom, en 2009, avec l'appellation Haute Couture et d'être nommée directrice artistique chez Lanvin en 2016, le temps d'une année mouvementée. Elle s'est depuis concentrée sur la photo, accompagnant la chanteuse Keren Ann sur son dernier album " Bleue " dont elle a conçu l'identité visuelle.Si ici, pour ces Libertés chéries, Bouchra Jarrar privilégie le noir et blanc, c'est pour sa rigueur géométrique, cette bichromie contrastée qui permet de montrer l'essentiel, de " mettre instinctivement en relief l'âme de quelqu'un ". En solo, juste elle et lui ou elle et elle, bercés par la lumière du jour, elle rêvait de les révéler " comme on ne les a jamais vus ", leur demandant juste d'être relâchés, complètement, en un hommage au " bon par le prisme du beau ".Libertés, à la Galerie Cinéma Anne-Dominique Toussaint, 26, rue Saint-Claude, 75003 Paris. Jusqu'au 23 juillet 2019.