Derrière le podcast, il y a le " pod " d'iPod et le " cast " de broadcast, soit " diffuser ". Né il y a une dizaine d'années, ce mode de consommation à la carte de fichiers audio a pris de l'ampleur avec la popularisation des smartphones. S'il fait le bonheur des radios traditionnelles qui accrochent plus d'auditeurs grâce à cette flexibilité technologique, le système a surtout donné naissance à des plates-formes indépendantes, objets vocaux d'un nouveau genre.
...

Derrière le podcast, il y a le " pod " d'iPod et le " cast " de broadcast, soit " diffuser ". Né il y a une dizaine d'années, ce mode de consommation à la carte de fichiers audio a pris de l'ampleur avec la popularisation des smartphones. S'il fait le bonheur des radios traditionnelles qui accrochent plus d'auditeurs grâce à cette flexibilité technologique, le système a surtout donné naissance à des plates-formes indépendantes, objets vocaux d'un nouveau genre. " L'apéro du Captain, le pionnier, est un retour aux libres antennes des années 80, à l'instar de ce qu'on a connu avec Doc et Difool. C'est ce qui a constitué les codes du podcast : on dirait des copains qui prennent l'apéro, c'est aussi un peu comme les conditions du live de Nulle part ailleurs et autres émissions que l'on ne retrouve plus à la télévision ", s'enthousiasme Sébastien Moricard, qui signe un Guide des Youtubers, publié chez Castelmore et qui, pour son édition 2018, consacre de nombreuses pages aux podcasts. Un signe qui ne trompe pas quant au développement du secteur, tout comme le fait que les géants Audible ou encore Deezer draguent les podcasteurs." Dernièrement, cinquante nouvelles plates-formes étaient créées chaque année, avec beaucoup de thématiques... et ça s'amplifie encore. Il y a un mode de consommation inédit qui se construit au gré des habitudes de notre époque. On peut les écouter dans le métro, le temps d'un trajet en voiture, en faisant le ménage ", note l'auteur de ce " Michelin des podcasts ". En janvier dernier, Valérie Tribes a inauguré Chiffon, émission dédiée à la mode. " Je voyais bien à quel point les podcasts sont un contre-pouvoir aux Etats-Unis. Là-bas, il y en a sur tout, même sur les gâteaux au chocolat. Je me disais que ça allait arriver en France. " Avec deux micros cravate connectés à un iPhone et portée par la liberté de ton qu'elle sentait possible via ce nouveau medium, elle s'est lancée dans l'aventure, investissant par la voix un milieu pourtant tourné vers le visuel : " Quand l'on parle de tennis à talons ou de Uggs, tout le monde sait ce que c'est. Pas besoin de photo. C'est pour ça aussi que je demande aux gens de se décrire dans chaque épisode ; on peut facilement imaginer les tenues. " La problématique du moment : si le secteur bouillonne, le modèle économique se cherche toujours dans nos contrées où le sponsoring est moins ancré dans les moeurs qu'outre-Atlantique. Il y a néanmoins fort à parier que ces objets sonores, sortes de nouveaux blogs ou chaînes YouTube, trouveront la voie de la " professionnalisation ". Les médias traditionnels développent leurs projets (comme le très bon Transfert, de Slate ou Arte Radio) et certains anciens du milieu font leurs cartons pour se tourner vers le podcast. Pascale Clark (ex-France Inter) et Candice Marchal (ex-France Télévisions) viennent ainsi de lancer BoxSons, plate-forme accessible sur abonnement, tandis que l'ancien directeur des nouveaux médias à Radio France, Joël Ronez, a choisi de tenter de séduire les moins de 35 ans avec Binge Audio, spécialisé dans la pop culture. " On est sur une courbe de croissance et la phase de maturité est loin devant nous. Là, il y a des années de démultiplication, on voit que les podcasts se structurent, avec des labels qui en agrègent plusieurs. Il y a des écosystèmes qui sont en train de se créer ", analyse Sébastien Moricard. Valérie Tribes, de son côté, réfléchit déjà au lancement d'autres podcasts autour du lifestyle, convaincue qu'à l'image de ce qui se passe aux Etats-Unis, l'art de vivre va venir nous susurrer ses prochains secrets à l'oreille, en français cette fois.