Les marchés de gros de fruits et légumes ont vu les packagings croître jusqu'à cinq fois et les supermarchés ont également enregistré des baisses significatives des achats de produits en vrac.
...

Les marchés de gros de fruits et légumes ont vu les packagings croître jusqu'à cinq fois et les supermarchés ont également enregistré des baisses significatives des achats de produits en vrac. Cette prudence est-elle justifiée? "Les plus grands hotspots possibles de particules virales lors d'une virée en magasin ne sont peut-être pas les fruits et légumes non emballés, mais d'autres surfaces de contact telles que les chariots, les portes des congélateurs et les touches aux caisses automatiques, réfute le professeur Chris Michiels du département de technologie alimentaire et microbienne de la KULeuven. Le consensus général parmi les scientifiques est que la transmission du Covid via l'alimentation est très peu probable. Depuis le début de la pandémie, aucune preuve de contamination par les aliments n'a été apportée. Je comprends l'inquiétude, mais cette tournure que prennent les choses est regrettable. La réduction des emballages en plastique ne faisait que commencer et risque maintenant de s'arrêter." Pour les consommateurs méfiants à l'idée de se fournir en articles non conditionnés dans des grandes surfaces hyperfréquentées, les chercheurs universitaires de l'enquête Corona Cooking Survey ont cependant noté une tendance plus positive. Grâce à l'attention portée au circuit court, plusieurs exploitations agricoles ont indiqué que leur chiffre d'affaires était jusqu'à quatre fois plus élevé que d'habitude. Après tout, consommer local permet d'éviter à la fois le suremballage et les denrées abîmées. On s'en souviendra pour les prochaines courses?