Jusqu'au 14 Novembre: 1--Passer à table

Au cours des dix-huit mois écoulés, nous n'avons fait qu'un avec notre intérieur au gré des (re)confinements. De quoi inspirer 43 architectes, artistes et designers belges et internationaux, qui traduisent des objets du quotidien en plateau de table pour la nouvelle exposition du MAD, Objects of Fascination.

L'occasion de découvrir les créations fantaisistes en aluminium du cabinet d'architectes belge 51N4E, des Portugais Fala Atelier ou encore du label italien Piovene Fabi. Un livre est également disponible.

Objects of Fascination, MAD Brussels, 10, place du Nouveau Marché aux Grains, à 1000 Bruxelles. mad.brussels

FREDERIK VERCRUYSSE/SPAZIO NOBILE
© FREDERIK VERCRUYSSE/SPAZIO NOBILE

Jusqu'au 14 Novembre: 2--OUVRIR la fenêtre

La galerie bruxelloise Spazio Nobile accueillera les clichés du photographe belge Frederik Vercruysse, qui pense chaque image comme une fenêtre ouverte sur le réel et l'imaginaire. Un cadre où l'espace figuratif est réinventé à l'aide d'images analogiques poussées à bout, où la plaque de verre du photographe du siècle dernier devient le fil rouge d'un voyage poétique qui se joue de la lumière et de la perception.

C'est la première expo personnelle de ce créateur qui déjoue avec son travail notre perception des choses.

Windows, Spazio Nobile Gallery, 142, rue Franz Merjay, à 1050 Bruxelles. spazionobile.com

NICOLAS STOLARCZYK POUR LE BOUDOIR DE SIMONE / MUSÉE HORTA
© NICOLAS STOLARCZYK POUR LE BOUDOIR DE SIMONE / MUSÉE HORTA

Jusqu'au 14 novembre: 3--REncontrer le maître

C'est une première, cinq créateurs habillent le Musée Horta de leur papier peint inédit. Le duo Chevalier-Masson, Christoph Hefti, Nicolas Stolarczyk et Pierre Marie ont eu carte blanche pour décorer les pièces de cette maison familiale qui condense les principes chers à l'architecte.

Ancrés dans leur contemporanéité, avec leur esthétique propre, ils ont créé des papiers peints, main dans la main avec l'atelier d'Offard à Tours, qui travaille à la planche, comme on le faisait au XVIIIe siècle. Les murs du fumoir, du bureau de Victor Horta, de la chambre et du boudoir de sa fille Simone se retrouvent irrigués par leurs visions, qui se jouent des archétypes sinusoïdaux. C'est beau et ludique. Et c'est éphémère, puisque ensuite, tout sera détapissé, selon le principe même du décor à ne surtout pas figer. Pour mieux reculer les murs, malgré la solennité du lieu.

Reculer les murs, Musée Horta, 27, rue Américaine, à 1060 Bruxelles.

hortamuseum.be

Au cours des dix-huit mois écoulés, nous n'avons fait qu'un avec notre intérieur au gré des (re)confinements. De quoi inspirer 43 architectes, artistes et designers belges et internationaux, qui traduisent des objets du quotidien en plateau de table pour la nouvelle exposition du MAD, Objects of Fascination. L'occasion de découvrir les créations fantaisistes en aluminium du cabinet d'architectes belge 51N4E, des Portugais Fala Atelier ou encore du label italien Piovene Fabi. Un livre est également disponible.Objects of Fascination, MAD Brussels, 10, place du Nouveau Marché aux Grains, à 1000 Bruxelles. mad.brussels La galerie bruxelloise Spazio Nobile accueillera les clichés du photographe belge Frederik Vercruysse, qui pense chaque image comme une fenêtre ouverte sur le réel et l'imaginaire. Un cadre où l'espace figuratif est réinventé à l'aide d'images analogiques poussées à bout, où la plaque de verre du photographe du siècle dernier devient le fil rouge d'un voyage poétique qui se joue de la lumière et de la perception.C'est la première expo personnelle de ce créateur qui déjoue avec son travail notre perception des choses.Windows, Spazio Nobile Gallery, 142, rue Franz Merjay, à 1050 Bruxelles. spazionobile.com C'est une première, cinq créateurs habillent le Musée Horta de leur papier peint inédit. Le duo Chevalier-Masson, Christoph Hefti, Nicolas Stolarczyk et Pierre Marie ont eu carte blanche pour décorer les pièces de cette maison familiale qui condense les principes chers à l'architecte. Ancrés dans leur contemporanéité, avec leur esthétique propre, ils ont créé des papiers peints, main dans la main avec l'atelier d'Offard à Tours, qui travaille à la planche, comme on le faisait au XVIIIe siècle. Les murs du fumoir, du bureau de Victor Horta, de la chambre et du boudoir de sa fille Simone se retrouvent irrigués par leurs visions, qui se jouent des archétypes sinusoïdaux. C'est beau et ludique. Et c'est éphémère, puisque ensuite, tout sera détapissé, selon le principe même du décor à ne surtout pas figer. Pour mieux reculer les murs, malgré la solennité du lieu. Reculer les murs, Musée Horta, 27, rue Américaine, à 1060 Bruxelles. hortamuseum.be