Quelque 19% des personnes interrogées ont ainsi accueilli un animal supplémentaire au cours des 12 derniers mois, tandis que 4% d'entre elles qui n'en possédaient pas encore ont fait l'acquisition d'un petit compagnon de vie.

Le sondage réalisé pour Tom&Co révèle que c'est la tranche la plus jeune de la population sondée (les 18-34 ans) qui a principalement craqué pour une boule de poils ou une bête à plumes (essentiellement). En tête des espèces les plus prisées pendant le confinement, on trouve les lapins et les rongeurs (83%), devant les chats (64%) et les chiens (63%).

Quant aux motivations à l'achat ou à l'adoption, elles sont multiples : 55% des personnes interrogées répondent que cette acquisition les rend heureux ; un Belge sur deux estime également que c'est pour combler la solitude (52%) pendant le confinement ; tandis que pour une personne sur trois, il s'agit d'occuper les enfants qui s'ennuient (31%) ou tout simplement un moyen pour déstresser (29%) en cette période compliquée.

Quelque 19% des personnes interrogées ont ainsi accueilli un animal supplémentaire au cours des 12 derniers mois, tandis que 4% d'entre elles qui n'en possédaient pas encore ont fait l'acquisition d'un petit compagnon de vie. Le sondage réalisé pour Tom&Co révèle que c'est la tranche la plus jeune de la population sondée (les 18-34 ans) qui a principalement craqué pour une boule de poils ou une bête à plumes (essentiellement). En tête des espèces les plus prisées pendant le confinement, on trouve les lapins et les rongeurs (83%), devant les chats (64%) et les chiens (63%).Quant aux motivations à l'achat ou à l'adoption, elles sont multiples : 55% des personnes interrogées répondent que cette acquisition les rend heureux ; un Belge sur deux estime également que c'est pour combler la solitude (52%) pendant le confinement ; tandis que pour une personne sur trois, il s'agit d'occuper les enfants qui s'ennuient (31%) ou tout simplement un moyen pour déstresser (29%) en cette période compliquée.