"Je crois que cela fait partie de la réflexion qu'il doit y avoir, et des discussions sont en cours", a dit M. Trudeau dans un entretien à la chaîne de télévision canadienne Global.

"Nous ne sommes pas encore sûrs quelles seront les décisions, les dispositions finales et ce sont là des décisions qui leur reviennent", a ajouté M. Trudeau en faisant référence au couple princier.

Les Canadiens "sont tout à fait d'accord" pour que le couple princier vive à temps partiel au Canada, mais "il y a encore beaucoup de discussions à avoir sur quel type de coûts cela implique", a-t-il déclaré.

"Nous n'avons pas pris le temps de réfléchir à cette question", a déclaré pour sa part le ministre canadien des Finances Bill Morneau, interrogé plus tôt sur des informations de presse britannique selon lesquelles Justin Trudeau aurait assuré à la reine Elizabeth II que son pays prendrait en charge les coûts liés à la sécurité du prince et de son épouse au Canada.

"Nous allons bien sûr toujours nous assurer, qu'en tant que membre du Commonwealth, nous jouions un rôle", a-t-il cependant précisé.

Un couple se promène sur la plage à proximité de la résidence supposée du Prince harry et de son épouse Meghan., reuters
Un couple se promène sur la plage à proximité de la résidence supposée du Prince harry et de son épouse Meghan. © reuters

Jusqu'à 1,2 millions d'euros par an

Le quotidien Daily Mail a évoqué une contribution canadienne s'élevant à 500.000 livres (583.000 euros) par an.

Des médias canadiens ont estimé les coûts liés à la protection du couple et de leur fils Archie à environ 1,7 million de dollars canadiens (1,2 million d'euros) par an.

Les contribuables canadiens participent traditionnellement à la prise en charge de la sécurité des membres de la famille royale lors de leurs déplacements au Canada.

Le prince Harry et son épouse ont fait part mercredi de leur volonté de prendre le large et de gagner de l'argent sans totalement tourner le dos à la monarchie.

A regret, la reine d'Angleterre Elizabeth II a consenti lundi à laisser son petit-fils et son épouse voler vers leur "nouvelle vie", en leur accordant une "période de transition" entre le Royaume-Uni et le Canada.

"Je crois que cela fait partie de la réflexion qu'il doit y avoir, et des discussions sont en cours", a dit M. Trudeau dans un entretien à la chaîne de télévision canadienne Global."Nous ne sommes pas encore sûrs quelles seront les décisions, les dispositions finales et ce sont là des décisions qui leur reviennent", a ajouté M. Trudeau en faisant référence au couple princier.Les Canadiens "sont tout à fait d'accord" pour que le couple princier vive à temps partiel au Canada, mais "il y a encore beaucoup de discussions à avoir sur quel type de coûts cela implique", a-t-il déclaré."Nous n'avons pas pris le temps de réfléchir à cette question", a déclaré pour sa part le ministre canadien des Finances Bill Morneau, interrogé plus tôt sur des informations de presse britannique selon lesquelles Justin Trudeau aurait assuré à la reine Elizabeth II que son pays prendrait en charge les coûts liés à la sécurité du prince et de son épouse au Canada."Nous allons bien sûr toujours nous assurer, qu'en tant que membre du Commonwealth, nous jouions un rôle", a-t-il cependant précisé.Le quotidien Daily Mail a évoqué une contribution canadienne s'élevant à 500.000 livres (583.000 euros) par an.Des médias canadiens ont estimé les coûts liés à la protection du couple et de leur fils Archie à environ 1,7 million de dollars canadiens (1,2 million d'euros) par an.Les contribuables canadiens participent traditionnellement à la prise en charge de la sécurité des membres de la famille royale lors de leurs déplacements au Canada.Le prince Harry et son épouse ont fait part mercredi de leur volonté de prendre le large et de gagner de l'argent sans totalement tourner le dos à la monarchie.A regret, la reine d'Angleterre Elizabeth II a consenti lundi à laisser son petit-fils et son épouse voler vers leur "nouvelle vie", en leur accordant une "période de transition" entre le Royaume-Uni et le Canada.