Dans un message posté ce dimanche sur son blog, la chanteuse se dit "triste et dégoûtée" du rachat de Big Machine, son ancien label, par Scooter Braun. Braun est le producteur de grandes stars internationale de la musique, comme Ariana Grande, Justin Bieber ou encore Kanye West. Et d'après Taylor Swift, c'est aussi celui qui est l'origine du harcèlement qu'elle a subi ces dernières années. "Pendant des années, j'ai subi un harcèlement incessant venant de lui", raconte la chanteuse. "Comme la fois où Kim Kardashian a orchestré et illégalement enregistré notre conversation téléphonique, pour ensuite la faire fuiter, et puis que Scooter a réuni deux de ses clients [à savoir Justin Bieber et Kanye West] pour m'intimider à ce sujet." "Ou encore quand Kanye West a réalisé un clip 'revenge porn' où l'on voit mon corps nu", détaille la chanteuse. "J'ai toujours souhaité pouvoir posséder mon propre travail", explique Taylor Swift. Or, aujourd'hui, la chanteuse se sent "dépouillée de l'oeuvre de sa vie". Pire encore, son héritage musical "repose dans les mains de quelqu'un qui a essayé de le détruire".

Taylor Swift a visiblement aussi beaucoup de rancoeur à l'encontre de Scott Borchetta, l'ancien propriétaire du label, qui l'a vendu à Scooter Braun. "C'est le pire qui pouvait m'arriver", s'attriste-t-elle. "Voilà ce qui arrive quand on signe un contrat à 15 ans, avec quelqu'un pour qui le mot 'loyauté' n'est clairement qu'un concept contractuel". Dans son message, Taylor Swift accuse Justin Bieber d'avoir participé à ce harcèlement. Le chanteur canadien a immédiatement réagi, en s'adressant à Taylor Swift via Instagram.

View this post on Instagram

Hey Taylor. First of all i would like to apologize for posting that hurtful instagram post, at the time i thought it was funny but looking back it was distasteful and insensitive.. I have to be honest though it was my caption and post that I screenshoted of scooter and Kanye that said “taylor swift what up” he didnt have anything to do with it and it wasnt even a part of the conversation in all actuality he was the person who told me not to joke like that.. Scooter has had your back since the days you graciously let me open up for you.! As the years have passed we haven’t crossed paths and gotten to communicate our differences, hurts or frustrations. So for you to take it to social media and get people to hate on scooter isn’t fair. What were you trying to accomplish by posting that blog? seems to me like it was to get sympathy u also knew that in posting that your fans would go and bully scooter. Anyway, One thing i know is both scooter and i love you. I feel like the only way to resolve conflict is through communication. So banter back and fourth online i dont believe solves anything. I’m sure Scooter and i would love to talk to you and resolve any conflict, pain or or any feelings that need to be addressed. Neither scooter or i have anything negative to say about you we truly want the best for you. I usually don’t rebuttal things like this but when you try and deface someone i loves character thats crossing a line..

A post shared by Justin Bieber (@justinbieber) on

L'interprète de "Baby" s'est d'abord excusé pour son "post Instagram blessant". "À l'époque, je trouvais ça drôle. Mais aujourd'hui, je trouve ça détestable et insensible." Il a ensuite rapidement changé de ton en s'attaquant au message de la star américaine. "Mais publier cela sur les réseaux sociaux, c'est injuste. Que cherchais-tu à accomplir avec ce post ?", interroge Justin Bieber. "J'ai l'impression que tu cherchais simplement à t'attirer de la sympathie, en sachant qu'en publiant ça, tes fans allaient harceler Scooter." "Quoi qu'il en soit, je sais une chose, c'est que Scooter et moi t'aimons", poursuit le chanteur. "Le seul moyen de résoudre ce conflit est la communication. Et je suis sûr que Scooter, comme moi, préférerait te parler et résoudre ce conflit. Ni l'un ni l'autre n'avons quoi que ce soit de négatif à dire à ton sujet, nous ne te souhaitons vraiment que le meilleur". Le manager au milieu de ce "clash" ne s'est quant à lui pas encore exprimé publiquement.