Ma semaine de vacances avec mon minus m'a permis de satisfaire ma curiosité. Première sensation : j'ai l'impression d'avoir mis le pied dans une autre dimension. Tout est blanc, immaculé. Le comptoir me fait penser à une pokéball monochrome. Première désillusion : le tarif s'est mis à la hauteur de l'expérience promise (10 euros pour les enfants et les seniors, 12,50 euros pour les adultes).

© Valentine Van Gestel

Nous avons une demi-heure à tuer avant la séance, on en profite pour s'installer à une table. Le bar a les allures d'un spot trendy : une Led colore d'un halo le haut de la salle, thé citron maison sur le comptoir, snacks "healthy" ou de renom (chocolat et madeleines Nihoul à se damner), verrines appétissantes signées Les Filles. C'est sobre, chic et design. Peut-être un brin trop aseptisé à mon goût. Moi qui aime les objets avec du vécu, une histoire.

Passage éclair par les toilettes avant le début du film. Le petit coin aussi se démarque des traditionnels W.C. de cinéma, ceux-ci scintillent d'une peinture dorée.

© Valentine Van Gestel

Retour dans l'espace épuré. Nous sommes seuls dans le couloir aux bords arrondis, j'immortalise le moment où mon fiston improvise un moonwalk dans ce lieu qui ressemble à une scène de George Lucas. Nous choisissons un siège double (soit un siège pour "amoureux" où l'accoudoir du milieu a disparu), avant de nous faire évacuer par un tandem à qui le fauteuil était... attribué ! Je l'ignorais, mais les tickets au White Cinema sont numérotés. Probablement une façon d'assurer, comme pour les vols en avion, une place de choix aux premiers arrivés. On se pose donc sur deux sièges inclinables. Sensation agréable.

Mais ce qui m'enchante le plus sera la vision parfaite de l'écran, malgré la présence d'une personne assise devant moi. Probablement "le" détail qui, à mes yeux, fait la différence. L'acoustique, elle, est nickel.

© Valentine Van Gestel

En repartant, je vois des personnes avachies au premier rang, qui bénéficient de repose-pieds pour profiter d'une projection en toute décontraction. Bon à savoir pour la prochaine fois : réclamer le fauteuil convoité et venir, non pas avec mon minus, mais avec un amoureux.

http://whitecinema.be