Serrée entre la mer Adriatique et le haut-plateau calcaire du Carso, Trieste est une miette jetée entre la Slovénie et la Croatie. "Elle semble toujours située sur un pli de carte, repliée sous un ourlet, un trou perdu dans un coin", évoque l'auteure et historienne galloise Jan Morris dans son ouvrage Trieste ou le sens de nulle part. Contrairement à sa rivale Venise, synonyme de destination finale, la cité italienne s'incarne comme une ville de transit. Pourtant, ce "no man's land urbain", chef-lieu de la région de Frioul-Vénétie Julienne, est la quintessence même de ce qu'on appelle la "Mitteleuropa", le coeur de l'Europe. Grand port sur l'Adriatique, elle a un destin exceptionnel, celui que l'on retrouve dans les romans des nombreux écrivains qui ont chanté son charme mélancolique: Italo Svevo dans La conscience de Zeno, Paul Morand dans Venises, James Joyce, Claudio Magris, Boris Pahor, le poète Umberto Saba, et même Jules Verne qui y ouvre son roman Mathias Sandorf. Une destinée exceptionnelle croisant celle de la Belgique, puisqu'une de nos princesses, Charlotte, fille de Léopold 1er, y a passé des moments déterminants de son existence au château Miramare, comme épouse de l'archiduc Maximilien d'Autriche et belle-soeur de Sissi.
...