C'est presque un cliché quand on parle d'Italie, mais il règne là-bas une douceur de vivre sans pareil. On aime y manger, se promener à l'ombre des ruelles médiévales, se poser sur une terrasse le long de la mer ou simplement admirer les oliviers qui garnissent un décor sauvage. Mais on comprend pourquoi la créatrice belge Ellen Verbeek y a débusqué son petit coin de paradis: il y a (au moins) mille choses remarquables à découvrir dans cette région qui arbore aussi bien des richesses culturelles que naturelles. Une terre précieuse, puisque les touristes ne l'ont pas encore envahie, préférant continuer à arpenter inlassablement la Toscane, la Latium, la Ligurie ou les Cinque Terre.
...

C'est presque un cliché quand on parle d'Italie, mais il règne là-bas une douceur de vivre sans pareil. On aime y manger, se promener à l'ombre des ruelles médiévales, se poser sur une terrasse le long de la mer ou simplement admirer les oliviers qui garnissent un décor sauvage. Mais on comprend pourquoi la créatrice belge Ellen Verbeek y a débusqué son petit coin de paradis: il y a (au moins) mille choses remarquables à découvrir dans cette région qui arbore aussi bien des richesses culturelles que naturelles. Une terre précieuse, puisque les touristes ne l'ont pas encore envahie, préférant continuer à arpenter inlassablement la Toscane, la Latium, la Ligurie ou les Cinque Terre. Le chef-lieu s'appelle Ancône et il est situé sur le promontoire de Monte Conero donnant directement sur la mer. Pour le visiter, on part de la superbe cathédrale de San Ciriaco reconnaissable à sa façade en marbre blanc et rose, on y observe les ruines de l'ancienne Acropole, puis on descend vers le port pour admirer les vestiges de l'amphithéâtre romain, ses fresques d'une beauté folle et ses inévitables bains thermaux. La bonne nouvelle, c'est que tout cela n'est qu'un début, puisque Ancône n'est que la partie urbaine d'un iceberg verdoyant, à savoir le Parc régional du Conero, dominé par de grands maquis méditerranéens, des belles campagnes et des villages pour dégotter légumes frais, lavande ou miel. Les plus aventureux partiront également à la recherche des plages cachées dans les creux des falaises, dont certaines sont accessibles uniquement à la nage... Autres cités à ne surtout pas manquer: Urbino et Pesaro. La première est fréquemment surnommée "la petite Florence" par ses habitants qui n'en sont pas peu fiers... mais qui feront très vite comprendre aux visiteurs que leur ville possède des atouts bien à elle. Pour s'en faire une idée limpide, direction le centre médiéval et Renaissance classé par l'Unesco, où trône un Palais des Doges qui resplendit de l'extérieur comme de l'intérieur. Quant à Pesaro, ville natale du compositeur Gioachino Rossini, elle attire à la fois les mordus d'opéra du monde entier, mais aussi les férus d'architecture romaine, de palais, d'églises ou de musées parcourant plusieurs siècles d'Histoire. Si la région possède un charme intemporel, c'est aussi parce qu'elle est farouchement accrochée à ses traditions. Ellen Verbeek nous l'expliquait: on vient notamment dans les Marches pour se chausser. Mais d'autres artisans font la réputation des lieux. Ainsi, du côté de Montappone, on fabrique de jolis chapeaux depuis près de 400 ans. A Campofilone, on maîtrise la préparation des maccheroncini comme nulle part ailleurs: depuis le XVe siècle, ces petits macaronis sont façonnés selon une recette rigoureuse, à savoir dix oeufs par kilo de farine, ni plus ni moins. Le joli bourg fortifié d'Offida, lui, n'a pas reçu par hasard le surnom de "cité des dentellières": ces dernières sont à l'oeuvre sur le seuil de leurs portes en bois, et certaines nonagénaires manient leurs fuseaux avec une dextérité et une vitesse qui laissent sans voix... Ailleurs, ce sont des plages sablonneuses, des petits ports paisibles, des terrasses ombragées et des falaises blanches qui dessinent un littoral lumineux. Partout sur son passage, le visiteur sera également surpris par la gentillesse des habitants, qui savent très bien pourquoi les peintres, les poètes, les pêcheurs ou les paysans vivent ici en harmonie depuis tant de lustres. Ils savent à quel point il fait bon vivre dans l'éblouissante petite ville d'Ascoli Piceno (dont la Piazza del Popolo est considérée comme l'une des plus belles d'Italie) et n'ignorent pas qu'il faut un jour s'aventurer parmi les reliefs des montagnes de Sibillini afin de découvrir de jolis lacs tout en marchant sur les traces d'une étrange prophétesse. Ils savent que les grottes de Frasassi, découvertes il y a tout juste 50 ans, forment un réseau impressionnant de cavernes jalousé dans toute l'Europe. Ils sont au courant, aussi, que Macerata n'est pas seulement remplie de théâtres ou de musées insolites - dont celui du carrosse - , mais que la jeunesse y profite d'une véritable dolce vita sur le campus de l'une des plus anciennes et des plus belles universités d'Italie. Non seulement ils savent tout cela, mais en plus, ils prennent plaisir à en parler avec les curieux qui veulent bien s'attabler avec eux...