Contrairement aux attentes, la deuxième vague de contaminations au coronavirus n'a pas paralysé les Belges chez eux. Le week-end dernier, au cours duquel les Belges reviennent normalement de vacances, était chargé.

C'est ce qui ressort d'une enquête de l'organisation d'assistance aux voyageurs : "L'année dernière, nous n'avons eu que 14 % de malchanceux à l'aller pendant le deuxième week-end d'août, cette année, ce chiffre est de 19 %", selon l'organisation d'assistance aux voyageurs.

Le premier "samedi noir" n'a pas été le jour le plus chargé des vacances d'été. En raison d'une combinaison de facteurs, c'est le samedi 11 juillet, avec 955 km d'embouteillages. VAB remarque aussi que le deuxième week-end d'août devient de plus en plus chargé ces dernières années. Cette année, le deuxième "samedi noir" a été encore plus chargé que le premier.

La France, destination star

Cette année, les Belges se sont rendus en grand nombre en France. C'est ce que montrent les statistiques de la VAB. A la mi-août, 53 % des pannes et 33 % des dossiers médicaux étaient ouverts en France. La Scandinavie et l'Europe de l'Est sont moins populaires. L'été dernier, les pannes ont été plus nombreuses dans ces pays. Cette année, leur nombre est en forte baisse : en Croatie de 51 %, en Slovénie de 61 %, au Danemark même de 76 %, en Norvège de 69 % et en Suède de 64 %, en raison des contrôles aux frontières de ces pays, les vacanciers ont souvent dû faire la queue pendant longtemps.

Le samedi le plus chargé

D'après l'enquête sur les vacances du VAB au début du mois de juin, il semble que les Belges prévoient de partir dispersés. Cependant, les chiffres montrent que beaucoup de Belges sont partis et sont revenus le samedi. C'était toujours le jour le plus chargé de la semaine avec 17% du nombre total d'appels, contre 15% l'année dernière. Le record de remplissage n'a pas été battu cet été : samedi dernier a été le moment le plus chargé avec quelque 820 km d'embouteillages. C'est plus que le même week-end l'année dernière (720 km) mais moins que le record du week-end de l'Ascension en 2019, où il y avait 1340 km d'embouteillages le 29 mai.

Contrairement aux attentes, la deuxième vague de contaminations au coronavirus n'a pas paralysé les Belges chez eux. Le week-end dernier, au cours duquel les Belges reviennent normalement de vacances, était chargé. C'est ce qui ressort d'une enquête de l'organisation d'assistance aux voyageurs : "L'année dernière, nous n'avons eu que 14 % de malchanceux à l'aller pendant le deuxième week-end d'août, cette année, ce chiffre est de 19 %", selon l'organisation d'assistance aux voyageurs. Le premier "samedi noir" n'a pas été le jour le plus chargé des vacances d'été. En raison d'une combinaison de facteurs, c'est le samedi 11 juillet, avec 955 km d'embouteillages. VAB remarque aussi que le deuxième week-end d'août devient de plus en plus chargé ces dernières années. Cette année, le deuxième "samedi noir" a été encore plus chargé que le premier. Cette année, les Belges se sont rendus en grand nombre en France. C'est ce que montrent les statistiques de la VAB. A la mi-août, 53 % des pannes et 33 % des dossiers médicaux étaient ouverts en France. La Scandinavie et l'Europe de l'Est sont moins populaires. L'été dernier, les pannes ont été plus nombreuses dans ces pays. Cette année, leur nombre est en forte baisse : en Croatie de 51 %, en Slovénie de 61 %, au Danemark même de 76 %, en Norvège de 69 % et en Suède de 64 %, en raison des contrôles aux frontières de ces pays, les vacanciers ont souvent dû faire la queue pendant longtemps.D'après l'enquête sur les vacances du VAB au début du mois de juin, il semble que les Belges prévoient de partir dispersés. Cependant, les chiffres montrent que beaucoup de Belges sont partis et sont revenus le samedi. C'était toujours le jour le plus chargé de la semaine avec 17% du nombre total d'appels, contre 15% l'année dernière. Le record de remplissage n'a pas été battu cet été : samedi dernier a été le moment le plus chargé avec quelque 820 km d'embouteillages. C'est plus que le même week-end l'année dernière (720 km) mais moins que le record du week-end de l'Ascension en 2019, où il y avait 1340 km d'embouteillages le 29 mai.