Le tourisme représentait un cinquième du revenu national de la Thaïlande avant la pandémie, mais les restrictions sévères imposées aux voyageurs pour lutter contre le virus ont réduit comme peau de chagrin le flot de dizaines de millions de visiteurs étrangers, causant la pire performance économique depuis plus de 20 ans.

Le royaume s'efforce de rouvrir ses portes, bien qu'il soit toujours aux prises avec sa troisième vague épidémique, provoquée par le variant Delta.

A partir du vendredi 1er octobre, la période de quarantaine pour les visiteurs entièrement vaccinés sera de sept jours, soit une réduction de moitié par rapport à la période actuelle, ont annoncé les autorités lundi.

Les visiteurs non vaccinés devront rester en quarantaine pendant 10 jours s'ils arrivent par avion et 14 jours s'ils viennent par voie terrestre.

Tous devront subir au moins deux tests Covid négatifs.

La porte-parole adjointe du gouvernement, Rachada Dhanadirek, a balayé d'un revers de main les inquiétudes concernant l'entrée dans le royaume de voyageurs non vaccinés.

"Je pense que ces mesures sont suffisamment efficaces pour dépister s'ils sont infectés", a-t-elle déclaré à l'AFP.

Le modèle expériemental du bac à sable à Phuket: les voyageurs vaccinés peuvent se rendre sur l'île sans avoir à se soumettre à une quarantaine stricte à l'hôtel, et après 14 jours (7 jours à partir du 1er octobre) passés sur l'île - ainsi que trois tests Covid négatifs - de voyager ailleurs en Thaïlande.

L'assouplissement s'applique également au modèle expérimental dit du "bac à sable" mis en place à Phuket, l'île la plus populaire de Thaïlande, qui a été lancé en juillet comme première étape de la relance du tourisme.

Les voyageurs vaccinés peuvent se rendre sur l'île sans avoir à se soumettre à une quarantaine stricte à l'hôtel, et après 14 jours passés sur l'île - ainsi que trois tests Covid négatifs - de voyager ailleurs en Thaïlande.

À partir de vendredi, ce séjour obligatoire sera également ramené à sept jours.

Les autorités prévoient de rouvrir cinq autres destinations touristiques, dont Bangkok, selon le modèle de Phuket le 1er novembre, puis 20 autres en décembre. Mais les conseils aux voyageurs émis par d'autres pays pourraient limiter l'impact de cette réouverture. La Grande-Bretagne et les États-Unis déconseillent par exemple de se rendre en Thaïlande en raison du nombre encore important de cas et du faible taux de vaccination, environ 20%.

Le royaume enregistre environ 10.000 nouvelles infections par jour, et totalise à ce jour plus de 1,57 million de cas et 16.369 morts.

Le tourisme représentait un cinquième du revenu national de la Thaïlande avant la pandémie, mais les restrictions sévères imposées aux voyageurs pour lutter contre le virus ont réduit comme peau de chagrin le flot de dizaines de millions de visiteurs étrangers, causant la pire performance économique depuis plus de 20 ans. Le royaume s'efforce de rouvrir ses portes, bien qu'il soit toujours aux prises avec sa troisième vague épidémique, provoquée par le variant Delta. A partir du vendredi 1er octobre, la période de quarantaine pour les visiteurs entièrement vaccinés sera de sept jours, soit une réduction de moitié par rapport à la période actuelle, ont annoncé les autorités lundi.Les visiteurs non vaccinés devront rester en quarantaine pendant 10 jours s'ils arrivent par avion et 14 jours s'ils viennent par voie terrestre. Tous devront subir au moins deux tests Covid négatifs.La porte-parole adjointe du gouvernement, Rachada Dhanadirek, a balayé d'un revers de main les inquiétudes concernant l'entrée dans le royaume de voyageurs non vaccinés."Je pense que ces mesures sont suffisamment efficaces pour dépister s'ils sont infectés", a-t-elle déclaré à l'AFP.L'assouplissement s'applique également au modèle expérimental dit du "bac à sable" mis en place à Phuket, l'île la plus populaire de Thaïlande, qui a été lancé en juillet comme première étape de la relance du tourisme.Les voyageurs vaccinés peuvent se rendre sur l'île sans avoir à se soumettre à une quarantaine stricte à l'hôtel, et après 14 jours passés sur l'île - ainsi que trois tests Covid négatifs - de voyager ailleurs en Thaïlande. À partir de vendredi, ce séjour obligatoire sera également ramené à sept jours.Les autorités prévoient de rouvrir cinq autres destinations touristiques, dont Bangkok, selon le modèle de Phuket le 1er novembre, puis 20 autres en décembre. Mais les conseils aux voyageurs émis par d'autres pays pourraient limiter l'impact de cette réouverture. La Grande-Bretagne et les États-Unis déconseillent par exemple de se rendre en Thaïlande en raison du nombre encore important de cas et du faible taux de vaccination, environ 20%.Le royaume enregistre environ 10.000 nouvelles infections par jour, et totalise à ce jour plus de 1,57 million de cas et 16.369 morts.