Dessinés par le designer autrichien Kalina, les billets d'euros ont été lancés en 2002. Kalina souhaitait présenter un échantillon de l'architecture européenne sur chaque billet, mais comme il n'y a que sept billets et qu'on ne peut donc représenter tous les pays de la zone euro, il a décidé d'inventer des ponts. Comme les ponts sont fictifs, aucun pays ne pouvait se sentir exclu.

Jusqu'à ce que le graphiste Robin Stam ait l'idée de les construire à Spijkenisse, une commune proche de Rotterdam. Il a reçu l'autorisation de l'échevin de l'époque Gert Jan 't Hart de les reproduire dans un nouveau quartier où il manquait des ponts piétonniers et cyclistes dans l'espoir d'attirer plus de touristes à Spijkenisse.

Un pôle d'attraction touristique

Le graphiste, qui a toujours vécu à Spijkenisse, est ravi du résultat final. "Tous les ponts sont reproduits à l'identique", dit-il. "Le pont du billet de 100 euros est mon préféré. La couleur verte ressort très bien et j'aime beaucoup la forme aussi." En revanche, il ne pense pas que le nombre de touristes ait vraiment augmenté grâce à ses ponts. "On voit régulièrement des photographes et des promeneurs, mais nous ne voyons pas débarquer de bus plein de Japonais."

Lara Laporte

Dessinés par le designer autrichien Kalina, les billets d'euros ont été lancés en 2002. Kalina souhaitait présenter un échantillon de l'architecture européenne sur chaque billet, mais comme il n'y a que sept billets et qu'on ne peut donc représenter tous les pays de la zone euro, il a décidé d'inventer des ponts. Comme les ponts sont fictifs, aucun pays ne pouvait se sentir exclu.Jusqu'à ce que le graphiste Robin Stam ait l'idée de les construire à Spijkenisse, une commune proche de Rotterdam. Il a reçu l'autorisation de l'échevin de l'époque Gert Jan 't Hart de les reproduire dans un nouveau quartier où il manquait des ponts piétonniers et cyclistes dans l'espoir d'attirer plus de touristes à Spijkenisse. Un pôle d'attraction touristique Le graphiste, qui a toujours vécu à Spijkenisse, est ravi du résultat final. "Tous les ponts sont reproduits à l'identique", dit-il. "Le pont du billet de 100 euros est mon préféré. La couleur verte ressort très bien et j'aime beaucoup la forme aussi." En revanche, il ne pense pas que le nombre de touristes ait vraiment augmenté grâce à ses ponts. "On voit régulièrement des photographes et des promeneurs, mais nous ne voyons pas débarquer de bus plein de Japonais."Lara Laporte