C'est un conte de fées drôle, créatif et surprenant qui débuterait par " Il était une fois la Belgique ". Ainsi en a décidé le Bon Marché Rive Gauche et sa Grande Epicerie Paris. Après le Brésil, le Japon, Brooklyn, l'Italie et Los Angeles, le grand magasin historique, qui le premier vit le jour en 1852 au coeur de Saint-Germain-des-Prés, accorde une place de choix à la mode, au design, à la beauté, à la bande dessinée et à la gastronomie noir-jaune-rouge. Avec, en fil conducteur, l'humour et le surréalisme qui nous sont propres et qui enfin épatent nos voisins, cessons d'être modestes.
...

C'est un conte de fées drôle, créatif et surprenant qui débuterait par " Il était une fois la Belgique ". Ainsi en a décidé le Bon Marché Rive Gauche et sa Grande Epicerie Paris. Après le Brésil, le Japon, Brooklyn, l'Italie et Los Angeles, le grand magasin historique, qui le premier vit le jour en 1852 au coeur de Saint-Germain-des-Prés, accorde une place de choix à la mode, au design, à la beauté, à la bande dessinée et à la gastronomie noir-jaune-rouge. Avec, en fil conducteur, l'humour et le surréalisme qui nous sont propres et qui enfin épatent nos voisins, cessons d'être modestes. L'idée a germé il y a plus d'un an, une équipe de choc du 24, rue de Sèvres a sillonné la Belgique pour préparer cette expo destinée à faire " (re)découvrir nos cousins belges, surprendre nos clients et proposer des coups de coeur ". Telle est la volonté affichée par Jennifer Cuvillier, sa directrice du Style. " En amont, nous avons fait le tour du pays sans prérequis et nous avons découvert, dans les villes, une richesse de créativité. Nous avons essayé de la retranscrire avec les yeux du Bon Marché et de la mettre en scène dans l'ensemble du magasin en XXL, dans son décor et dans ses produits en un " take over " complet. "Le voyage débute par un grand bain BD, où l'on croise sur les trémies, les escalators et dans les vitrines Les Schtroumpfs, Largo Winch, Gaston Lagaffe, le petit Spirou et le Marsupilami. Avec à la clé des collectors, depuis les baskets écoresponsables Caval inspirées par Michel Vaillant aux tee-shirts et autres valisettes Martine au Bon Marché, en passant par des customisations imaginées par des artistes contemporains. " Nous avions vraiment envie de travailler autour de l'humour et de l'art de l'humour à la belge que l'on a forcément en référence, commente Jennifer Cuvillier. C'est puissant chez vous, tout est décalé, mais de manière très cool. Et comme nous adorons tout ce qu'a pu faire en termes d'univers et de jeux de mots le comédien Stéphane De Groodt, nous lui avons proposé l'idée d'un supermarché surréaliste, avec, dans les rayons, de la mode, des bougies, des bonbons, des pâtes, des confitures, des allumettes customisés avec ses jeux de mots truculents, piquants et poétiques. " Lequel, artiste beau parleur au phrasé indigène, signe un édito où il avoue qu'il s'est exécuté avec joie : " C'est donc belge et fier de faire le Jacques que j'ai eu plaisir à proser quelques mots de-ci, de-là. Du la au si, du sol au plafond, sans demi-mesure, j'ai adoré me jouer de ces notes pour recomposer le nom de différents produits, ou produire quelques recompositions. Avec ces mises en mots, je me suis amusé à dépenser des pensées, en ne faisant l'économie d'aucune fantaisie afin de vous emmener en voyage au pays de l'absurde. " Après un détour par la bièrerie et/ou à la friterie devant les vitrines, " clin d'oeil ultime à la tradition belge ", la balade se poursuit aux étages lifestyle. Car on sait qu'on peut être " pointu et créatif sans jamais se prendre au sérieux. Voilà l'état d'esprit qui semble rassembler les marques de mode, beauté et design " représentatives de ce qui se fait de mieux à Bruxelles, en Flandre et en Wallonie, sans communautarisme aucun, le concept singulier échappe à nos amis Français. " Il y a quelque chose de très joyeux et de très sharp dans la mode belge, dans les formes et les belles matières, analyse notre interlocutrice parisienne. Nous travaillions déjà avec des marques très créatives, Sofie d'Hoore, Delvaux, Dries Van Noten ou Christian Wijnants. Nous en avons découvert d'autres, voire redécouvert, tels Essentiel Antwerp et son mix de couleurs et d'imprimés ou Valentine Witmeur et ses mailles polychromes, Norm et ses sneakers éthiques, Arte et Suspicious Antwerp et leur esprit street ou Bonjour Maurice et ses vêtements pour enfants réversibles ultraludiques. " A cette liste non exhaustive, il faut encore ajouter Ann Demeulemeester et ses luminaires qui lui ressemblent, Ethnicraft et son mobilier contemporain, RainPharma et ses formules holistiques ou MakeSenz et sa gamme de slow cosmétique, Dandoy et ses spéculoos imbattables, Galler et ses chocolats chauds façon Roméo Elvis ou Leopold et ses cuberdons à l'ancienne. Autant de juxtapositions qui allient le savoir-faire et le savoir-plaire dans la dérision, sous le regard visiblement amusé du Bon Marché qui ose ainsi éditer la mixité et un changement de paradigme.