La Tour Eiffel, visitée chaque jour par 15.000 à 20.000 personnes, avait été fermée après les attentats jihadistes qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés à Paris vendredi soir.

"Malgré l'important dispositif de sécurité mis en oeuvre (...), des adaptations en termes d'organisation de l'accueil du public restent à mettre en place", a expliqué la société.

Cette décision est intervenue après une demande des salariés, qui n'étaient "pas d'accord pour ouvrir ce matin" parce qu'ils souhaitent "une sécurisation du parvis" (sous la Tour Eiffel), a expliqué l'un d'eux à l'AFP.

Tour Eiffel, 16 novembre 2015. © REUTERS

Elle avait rouvert lundi après-midi vers 15H30 GMT et été illuminée dans la soirée aux couleurs bleu-blanc-rouge du drapeau français.

Mais lundi matin les salariés ont demandé l'installation de barrières "hautes de 1,90 mètre" autour du parvis pour effectuer un premier filtrage des visiteurs, a expliqué l'un d'eux.

Quand la Tour a rouvert lundi, un pilier avait été "cerclé avec ce genre de barrière" mais cela n'a pas été jugé suffisant par les salariés, a-t-il poursuivi, évoquant de "grosses failles de sécurité".

Une réunion était en cours à ce sujet mardi après-midi entre la direction et les élus du personnel, tandis que de premières barrières étaient en train d'être installées, a ajouté ce salarié.