Le temps reste doux jusqu'en octobre dans la vallée de la Dordogne qui sert fil conducteur à cette route qui serpente entre noyeraies, vignobles et les villages aux pierres dorées. Elle passe également par le très beau château d'Hautefort mais aussi par des très jolis villages comme Martel, Domme ou Collonges-la-Rouge classé "plus beaux villages de France".

Poussez aussi une tête jusqu'à Sarlat et son marché couvert réhabilité par l'architecte Jean Nouvel, Terrasson-Lavilledieu, Rocamadour ou les grottes Lascaux, qui sont autant de sites qui valent à eux seuls une visite.

Sarlat en Dordogne, DR
Sarlat en Dordogne © DR
Rocamadour, ERIC VANCLEYNENBREUGEL
Rocamadour © ERIC VANCLEYNENBREUGEL

Un road trip pour déguster la noix sous toutes ses formes

Créée en 2003, cette route propose surtout un savoureux "road trip" ou les escales gourmandes ne manquent pas puisque la carte reprend distilleries, exploitations nucicoles, artisanat de bouche et marchés locaux où se déguste sous toutes ses formes la fameuse noix.

getty
© getty

Car, bien avant le foie gras, c'est la noix qui a fait la richesse des terres qui longeaient la Dordogne. A une certaine époque, l'huile de noix était même si prisée qu'elle valait de l'or. Le très rude hiver 1956 va cependant faire chanceler cette culture séculaire. Acculée, la filière de la noix se structure avec succès pour se muter en vaste verger aujourd'hui auréolé d'une AOP. De quoi offrir de nouvelles perspectives aux 925 producteurs de franquette, grandjean, corne et marbot, les quatre variétés de noix reconnues par l'AOP.

Les moulins pour presser les noix

Le Périgord possédait de nombreux moulins. L'un d'entre eux, le Moulin de Vielcroze, a été transformé en Écomusée. Être moulinier, c'est le fruit d'un savoir-faire qui ne s'apprend sur le tas et avec le temps (plusieurs années). Il faut aussi beaucoup de noix, car il faut compter 5 kilos de noix pour un litre d'huile. Près de Martel, il y a aussi le moulin de la famille Castagné que l'on peut visiter. Labellisé "site remarquable du goût", on peut y acheter huile de noix et le traditionnel vin de noix.

Bientôt l'ouverture de la saison de la noix

La saison de la noix commence dès la mi-septembre avec la récolte des noix fraîches à maturités. A peine cueillie, elle est séparée de son enveloppe verte, appelée le brou. Non séchée, elle est vendue aussitôt pendant quelques semaines seulement. Riche en eau, on la reconnaît à son cerneau très blanc dont la petite peau qui lui donne une pointe d'amertume se pèle facilement. La noix sèche, quant à elle, est ramassée durant les premiers jours d'octobre dès qu'elle tombe naturellement au sol.

Le temps reste doux jusqu'en octobre dans la vallée de la Dordogne qui sert fil conducteur à cette route qui serpente entre noyeraies, vignobles et les villages aux pierres dorées. Elle passe également par le très beau château d'Hautefort mais aussi par des très jolis villages comme Martel, Domme ou Collonges-la-Rouge classé "plus beaux villages de France". Poussez aussi une tête jusqu'à Sarlat et son marché couvert réhabilité par l'architecte Jean Nouvel, Terrasson-Lavilledieu, Rocamadour ou les grottes Lascaux, qui sont autant de sites qui valent à eux seuls une visite. Créée en 2003, cette route propose surtout un savoureux "road trip" ou les escales gourmandes ne manquent pas puisque la carte reprend distilleries, exploitations nucicoles, artisanat de bouche et marchés locaux où se déguste sous toutes ses formes la fameuse noix. Car, bien avant le foie gras, c'est la noix qui a fait la richesse des terres qui longeaient la Dordogne. A une certaine époque, l'huile de noix était même si prisée qu'elle valait de l'or. Le très rude hiver 1956 va cependant faire chanceler cette culture séculaire. Acculée, la filière de la noix se structure avec succès pour se muter en vaste verger aujourd'hui auréolé d'une AOP. De quoi offrir de nouvelles perspectives aux 925 producteurs de franquette, grandjean, corne et marbot, les quatre variétés de noix reconnues par l'AOP.Le Périgord possédait de nombreux moulins. L'un d'entre eux, le Moulin de Vielcroze, a été transformé en Écomusée. Être moulinier, c'est le fruit d'un savoir-faire qui ne s'apprend sur le tas et avec le temps (plusieurs années). Il faut aussi beaucoup de noix, car il faut compter 5 kilos de noix pour un litre d'huile. Près de Martel, il y a aussi le moulin de la famille Castagné que l'on peut visiter. Labellisé "site remarquable du goût", on peut y acheter huile de noix et le traditionnel vin de noix.La saison de la noix commence dès la mi-septembre avec la récolte des noix fraîches à maturités. A peine cueillie, elle est séparée de son enveloppe verte, appelée le brou. Non séchée, elle est vendue aussitôt pendant quelques semaines seulement. Riche en eau, on la reconnaît à son cerneau très blanc dont la petite peau qui lui donne une pointe d'amertume se pèle facilement. La noix sèche, quant à elle, est ramassée durant les premiers jours d'octobre dès qu'elle tombe naturellement au sol.