/ /

Marie-Aurore d’Awans, comédienne et autrice de théâtre: «On est tous le riche de quelqu’un, reste à savoir ce que l’on en fait»

/ /

Marie-Aurore d’Awans, comédienne et autrice de théâtre, est la cofondatrice de la plate-forme Deux euros cinquante. Son dernier spectacle Mawda, ça veut dire tendresse est à voir au Théâtre National du 1er au 10 décembre.

RICHESSE −Abondance de biens, de moyens, de revenus ; état, condition d’une personne qui possède des biens très importants, qui a beaucoup de ressources, de revenus. aisance, argent, avoir, biens, capital, fortune, opulence, patrimoine, prospérité, ressources, trésor.

C’est à peine si le dictionnaire ne nous dit pas que si on n’a pas de Rolex à 50 ans on a raté notre vie.

Capital matériel. Capital Intellectuel. Toujours compter qui a plus, qui a mieux.

Je n’ai jamais aimé compter. Mais je n’ai jamais vraiment dû compter. J’ai toujours su me laisser aller à ce que j’avais, mais, c’est bien ça: j’avais. A manger. Un toit. Des amitiés. Des amours. Des fêtes. Des vacances. Des papiers. La liberté de circulation.

Assise dans notre voiture, je descends vers le sud rejoindre des ami.e.s che.re.s avec ma belle carte d’identité estampillée B qui me permet d’aller où je veux si je veux. Et pendant ce temps nos enfants sont choyés par leurs grands-parents.

Ma richesse justement pourrait être nos enfants et leurs sourires et pourtant ils savent déjà que cet homme qui tend la main au feu rouge il est «pauvre».

Ma richesse pourrait être l’amour dans lequel je baigne et pourtant je pense la plupart du temps à l’amour de ces parents qui sont partis de chez eux pour offrir un meilleur avenir à leurs enfants et qui les ont vus mourir, maltraités, tabassés.

Ma richesse pourrait être ces petites pièces dans ma poche, celles que je peux encore distribuer avant qu’elles ne disparaissent.

Ma richesse pourrait être mon travail, un endroit où je me sens bien. Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que ce ne sera jamais assez.

Ma richesse pourrait être la mer Méditerranée, celle devant laquelle j’ai grandi les étés. Premiers baisers au son de sa houle, il y a fort longtemps, avant d’en sentir le charnier.

Ma richesse est-ce de me rendre compte de tout ça?

Ma richesse n’est certainement pas la vôtre, la leur.

Je dois avouer que depuis que je réfléchis à La richesse, ça me déprime. Y’a rien à faire. Ça me rend triste.

Parce que la richesse

Celle que j’arrive à me payer, ou qu’on me paie, elle a un prix justement. Elle se paie avec des deniers, de l’argent, de la thune.

Parce que soyons honnêtes tout ça est possible parce que de l’argent nous avons.

J’ai beau m’habiller en seconde main, avoir un téléphone pourri, garder mes vêtements des dizaines d’années, je sais loger, nourrir, divertir ma famille. Et avant d’avoir une famille je ne le faisais que pour moi. Bref, je n’ai jamais eu à penser à comment j’allais faire demain, pour manger, pour pas crever, pour pas sombrer.

Alors si la richesse passe par l’argent (pour ne pas avoir peur de demain) Donnez-nous de l’argent et répartissons-le.

Rendez le fric, sauvez l’hôpital public!

Ou alors, brûlons-le comme en 36, en Espagne, dans un sursaut utopiste de croire que oui, la richesse c’est la culture gratuite pour toutes et tous, c’est être ensemble, vivre ensemble, parler ensemble. C’est transformer les hôtels 5-étoiles en cantines populaires.

C’est ouvrir les lieux vides pour accueillir celles et ceux qui sont dehors.

C’est remettre des banquettes dans des gares pour pouvoir s’y coucher.

Et que ce putain de dictionnaire trouve une autre définition, bordel!

Partner Content