Gregoris Pyrpylis, directeur de création de la Beauté Hermès: « J’avais oublié les bienfaits de la peinture »

© Paul Schmidt
Isabelle Willot

Gregoris Pyrpylis a été nommé, à 35 ans, directeur de création de la Beauté Hermès. Le maquilleur grec a fait ses gammes auprès de Tom Pecheux. Des stars comme Leïla Bekhti, Laetitia Casta ou Alexa Chung ne jurent que par sa manière subtile de sublimer le naturel. Il répond à notre interview sur le Vif Weekend.

La question que l’on vous pose le plus souvent?

«Vous avez un accent… vous venez d’où?» Les gens pensent tout de suite à l’Italie ou l’Espagne. Personne n’a jamais deviné la Grèce, c’est un peu frustrant… Je plaisante!

La compétence inutile que vous maîtrisez?

Je suis un vrai maniaque pour tout ce qui touche au rangement et l’ordre dans l’espace. Quand je suis quelque part, je suis capable de ranger comme si nous étions dans un palace.

Un sport que vous pratiquez… en pensée?

Je ne sais pas si c’est considéré comme un sport ou une folie, mais je dirais la chute libre. J’aimerais vivre cette expérience une fois dans ma vie si un jour j’en trouve le courage, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui.

Le lieu dont vous n’êtes jamais vraiment revenu?

Au Népal, il y a un petit village qui s’appelle Ghandruk, je l’ai découvert il y a quelques années lorsque je faisais un trek qui m’a conduit jusqu’au camp de base de l’Annapurna. Je n’oublierai jamais le calme et la sérénité que j’ai ressentis là-bas.

La personne qui a le plus d’influence sur vous?

Mon compagnon. Il me rappelle tous les jours que la vraie joie se trouve dans les choses les plus simples: une balade dans un jardin, une journée en forêt à deux pas de Paris… Il m’aide aussi à être davantage bienveillant avec moi-même.

Une idée concrète pour un monde meilleur?

Avant de devenir make-up artist, j’ai fait des études de lettres pour devenir professeur d’anglais. Je sais qu’à l’école les enfants sont comme des éponges… Ils y apprennent tout sur l’histoire, la biologie etc. Pourquoi ne pas en profiter pour leur enseigner à cet âge le respect et la gentillesse vis-à-vis des autres mais aussi de la nature, des animaux, de l’environnement? Un cours comme celui-là aurait vraiment du sens à mes yeux.

Le plat qui vous ramène en enfance?

Les yigantes. C’est un plat grec bien sûr: des grands haricots blancs à la tomate cuits au four avec des carottes et un peu de feta. Ma mère le cuisine divinement bien.

L’achat le plus bizarre que vous ayez fait?

Un appareil pour masser le visage qui était censé activer la microcirculation sanguine. Mais finalement ce n’était qu’un gadget.

Votre dernier coup de gueule?

Une couverture de magazine avec une personne bien trop retouchée. Je pensais que l’industrie de la beauté avait évolué en la matière, il semble que ce ne soit pas le cas.

La dernière fois que vous vous êtes trompé?

J’ai appelé pendant toute une semaine une personne que j’avais rencontrée récemment par un prénom qui n’était pas le sien. C’est peu de dire que j’étais embarrassé quand je me suis rendu compte de mon erreur.

Ce que vous avez appris sur vous durant la pandémie?

Que c’est une bonne chose de prendre un peu de temps pour soi-même, et prendre soin de soi, aussi. J’avais oublié à quel point j’aimais la peinture et les bienfaits que le fait de peindre pouvait avoir sur moi.

Ce que vous avez envie de faire, là, tout de suite?

J’aimerais prendre mes billets d’avion pour aller voir ma famille cet été, en Grèce.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content