Une expo pour cultiver sa différence

© Kelly Knox portant Vine, photographie Omkaar Kotedia The Alternative Limb Project
Fanny Bouvry

L’idée: interroger les visiteurs sur les « réponses scientifiques, appropriations et contestations artistiques face au handicap ».

Dans le monde du mannequinat, Kelly Knox est surtout connue pour son engagement. Née sans avant-bras gauche, la trentenaire britannique a décidé très jeune, à 7 ans, d’assumer cette situation et de ne plus porter de prothèse.

C’est en participant à l’émission Britain’s Missing Top Model que la jolie blonde attira l’attention sur sa situation . Depuis, elle arpente régulièrement les catwalks et fait désormais de son corps un porte-voix.

Ici, elle arbore une création poétique de Sophie de Oliveira Barata qui, à travers The Alternative Limb Project, imagine des membres artificiels hors normes. La démarche questionne le public sur la différence et les recherches sur le transhumanisme. Un travail étonnant qui se retrouve aujourd’hui présenté dans une expo montée par l’Université libre de Bruxelles, en collaboration avec Bozar. L’idée : interroger les visiteurs sur les  » réponses scientifiques, appropriations et contestations artistiques face au handicap « .

Le projet s’inscrit dans le cadre de l’Année des diversités soutenue par la Ville de Bruxelles et se veut volontairement interpellant. Objets historiques y voisinent avec les technologies les plus pointues en matière  » d’homme augmenté « , tout en laissant une large part aux arts visuels et à l’art brut.

The Art of Difference, Bozarlab, 23, rue Ravenstein, à 1000 Bruxelles. www.bozar.be Jusqu’au 26 août prochain.

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content