Verviers et ses environs, destination idéale pour un week-end de déconnexion

Eglise de Limbourg © Patrick Outers Patrick Outers

Les (trop) grandes villes, les capitales c’est bien, mais à la longue, ça peut devenir fatiguant. Après être parti à la découverte de Liège et de ses meilleures adresses, avec les beaux jours et avant les vacances, on vous propose de pousser un peu plus loin dans la région pour un week-end tout en décontraction. On vous renseigne quelques spots qui dépotent, dans la Cité Lainière et un peu plus loin.

Verviers, la citadine.

Verviers. La cité lainière, ex-fleuron industriel wallon, et sa région, ont été dévastées l’été dernier par les crues orageuses. Mais au-delà de cette actualité tragique -dont, on ne va pas vous le cacher, la ville et ses alentours portent encore les stigmates- les lieux restent parfaits pour s’évader. En suivant le cours de la Vesdre vous découvrirez ce pays qu’on nomme celui des trois frontières (Belgique, Allemagne, Pays-Bas). Entre villes et villages fleuris, escapades en forêt, pause détente et shopping dominical, vous arpenterez un coin de Belgique où on laisse forcément un bout de soi. Et où l’on se prend à revenir plusieurs fois.

Y flâner inspiré

Verviers, historiquement, est une ville d’artistes. Nombreux sont ceux qui y sont passés. Le compositeur Henri Vieuxtemps, qui y a une place à son nom. Mauranne – dont le père fut directeur du Conservatoire -ou Pierre Rapsat -dont le fils, Thomas, est par ailleurs rappeur. Le dessinateur Haussman est également natif de la ville. Les jazzmen et musiciens -et père et fils- Steve et Greg Houben de même. La liste est encore longue. Prolongement actuel de ce bouillon de culture, un parcours de fresques est depuis peu visible sur les murs de la ville. Un dépliant reprenant les différents lieux où sont accessibles les œuvres est disponible à la maison du Tourisme de la ville, située rue Xhavée, au centre, dans un bâtiment historique. Le lieu, qui abrite également un espace culturel (NDLR : Les Ploquettes, dont l’exposition en cours évoque le tourisme en cité lainière à travers les âge) est le point de départ de la visite guidée de ces fresques.

paysdevesdre.be

Fresque Yoko Ono
Fresque Yoko Ono © MPTV

Y faire ses marchés

A Verviers, le marché, historiquement, c’est le samedi. Primeurs, fleurs et échoppes labellisées bio en haut, autour de l’hôtel de Ville, méditerranée et vêtements variés en bas. Mais, depuis peu, le marché, c’est aussi en intérieur et presque tous les jours (ma-sa). C’est La Ville dans la Ville, rue du Collège, dans les 4000 mètres carrés de l’ancienne imprimerie Leens : une quinzaine de commerces se sont installés dans ce lieu rénové où se mêlent esthétique contemporaine et passé industriel. On y retrouve un boucher (Goeders), qui y propose notamment des viandes maturées, un primeur de première qualité qui s’agrémente d’un comptoir fromager, un poissonnier, mais aussi un glacier, un fleuriste ou une boutiques de vêtements et accessoires.

Cour de La Ville dans la Ville
Cour de La Ville dans la Ville © Barbara Brixhe Barbara Brixhe

Aux beaux jours, vous pourrez prendre un verre dans la courette végétalisée, en hiver, rendez-vous dans l’ancien corps de l’imprimerie, où vous dégusterez pizzas, pâtes et tapas en découvrant un cru proposé par le bar à vin. Une salle de cross-fit accueille les visiteurs plus sportifs et le complexe devrait s’adjoindre bientôt d’une salle de yoga, d’une brasserie et d’un rooftop. Le concept global est à l’initiative du promoteur anversois Filip Claessens, qui a racheté un nombre important d’immeubles de la ville, et qui souhaite rendre au patrimoine verviétois sa prestance d’antan. Affaire à suivre.

Ville dans la ville, 94 rue du Collège
verviers.be et villedanslaville.be

Y faire un pause

Au cimetière… Oui, le lieu n’est pas anodin et semble glauque. Mais souvent, la richesse et la beauté de la vie s’expriment dans de tels lieux. On y retrouve le plus grand mausolée de Belgique, celui de la famille Biolley. Un parcours de l’endroit et des stèles particulières et esthétisantes qui s’y trouvent est également disponible à l’Office du Tourisme de la ville.

paysdevesdre.be

S’y amuser

Totemus, c’est une application qui permet de découvrir la ville et ses environs de façon ludique. Soit 5 promenades-chasses au trésor, à Baelen, Dison, Limbourg, Verviers et en bord de Vesdre. Une manière amusante de découvrir la région, disponible sur App Store et Google Play.

Application téléchargeable gratuitement via Smartphone, activation de géolocalisation et données mobiles nécessaires, totemus.be

Sur Instagram: #PaysdeVesdre

Balade Totemus
Balade Totemus © Michael Radi Michael Radi

Y loger

Au Van der Valk Hôtel. Cet établissement quatre étoiles est situé dans l’ancien hôtel des Douanes, tout à côté du site commercial Crescend’Eau, et propose des chambres confortables, un petit déjeuner luxueux, un centre de bien-être, 9 suites avec Jacuzzi et, surtout, aux beaux jours, une piscine extérieure chauffée. La gare est à deux pas, pour ceux qui souhaitent découvrir la région en transport en commun -train Bruxelles-Verviers toutes les demi-heures, et à partir de là, une offre de trains régionaux et de navettes de bus pour parcourir la région.

Van der Valk Verviers, rue de la Station, 4, hotelverviers.be

Piscine de l'hôtel Verviers
Piscine de l’hôtel Verviers © CHARLOTTE PRINCEN CHARLOTTE PRINCEN

Spa, La Royale

Spa est une ville de villégiature depuis toujours. Une villégiature royale, thermale, forestière. La cité est petite mais les occasions de s’y détendre sont nombreuses.

Y faire son shopping

Spa a accueilli la demeure et les écuries de la reine Marie-Henriette, dans la Villa Royale, sur la rue du même nom, à deux minutes de la gare. Aujourd’hui le lieu est transformé en Musée de la Ville, et promet de vous faire découvrir les Jolités de Spa, soit les travaux de bois faits dans la ville. Les plus grands dignitaires des siècles passés, dont Pierre Le Grand, se sont pressés à Spa pour profiter de ses eaux thermales. Mais aujourd’hui, la ville est aussi -et surtout?- le lieu de shopping dominical des environs, ses commerces sont ouverts le jour du Seigneur. Découvrez notamment le magasin multi-marques London Store, ou les compositions florales et romantiques de L’Orangerie de lors d’un tour de la place Verte.

L’office du tourisme
spa-hautesfagnes.be

Le musée
spavillaroyale.be

S’y détendre

On l’a dit, Spa est une station thermale. Les anciens thermes se situent au cœur de la ville, dans un bâtiment classieux, juste à côté du Casino. Il est désormais fermé et en cours de rénovation. Pour découvrir le nouvel établissement, il faut monter sur la colline d’Annette et Lubin. Du centre, si vous êtes à pieds, traversez les bois, les sentiers sont balisés ou prenez le téléphérique qui démarre tout à côté de l’hôtel Radisson. Ces nouveaux thermes disposent d’une immense piscine intérieure qui ouvre vers l’extérieur, au milieu des arbres. Le sauna est entièrement vitré et permet une vue plongeante sur la ville.

thermesdespa.com

Y prendre un bol d’air

Direction les hauteurs de la ville, et le village de La Reid. Niché dans la forêt, on y trouve la plus grande charmille d’Europe. Alentours, les bois invitent à la déconnexion verte, et les bancs de pique-nique sont nombreux pour la pause du midi. On y accède facilement depuis le centre de Spa par le bus (ligne 388). A pied, il faut compter une grosse heure, sur un sentier qui serpente à travers les prairies.

Charmille de Haut Marêt, à découvrir sur walloniebelgiquetourisme.be

Y manger

Dans le centre, tout côte du parc des Sept heures -emblématique spot des Francofolies- et de sa coursive en construction de fer et de verre – en rénovation actuellement- le gastronomique Art de Vivre propose une cuisine inspirante. Un cadre classe et apaisant et une terrasse en teck aux beaux jours pour savourer des assiettes d’inspiration française.

artdevivre.be

Façade et terrasse de l'Art de Vivre
Façade et terrasse de l’Art de Vivre © SDP

Y résider

Pour une escapade hors du temps, pensez au château de Balmoral. Cette demeure privée propose quatre chambres très très classes. Fleuron de l’architecture spadoise, il surplombe le lac de Warfaaz. Idéal pour s’offrir une vie de châtelain.e, en amoureux, en famille ou même entre collègues. Cerise sur le gâteau, la piscine extérieure promet des bains de minuit aux lampions ou de midi avec vue à couper le souffle sur le lac.

lechateaudebalmoral.be

Mais aussi…

Limbourg, la médiévale

La cité historique de Limbourg, en hauteur, a résisté au assauts des crues. On y découvre estaminets typiques, placette minuscule, église de poche et vie de village au ralenti. Un must-seen de la région. La partie basse a par contre davantage souffert des inondations.

Eglise de Limbourg
Eglise de Limbourg © Patrick Outers Patrick Outers

La Gileppe, l’aquatique

A la frontière de Baelen et de Jalhay, le lac de la Gileppe constitue une escapade incontournable pour les habitants de la région. Pour la petite histoire, le Lion qui surplombe le barrage est sur la commune de Baelen, la tour qui le jouxte, sur celle de Jalhay, et donc sur le territoire des Hautes Fagnes. On peut faire le tour du lac à pieds (comptez une très grosse heure pour un tour, le même temps pour le retour). Un bar à burgers récompensera les joyeux marcheurs, situé en bas de la tour panoramique.

Lion de La Gileppe
Lion de La Gileppe © Patrick Outers Patrick Outers

Les Hautes Fagnes, les sauvages

Comment ne pas évoquer cette réserve naturelle, aux confins des trois frontières? Multiple, elle a ses histoires, et son Histoire. Elle abrite une faune et une flore à nulle autre pareille. On s’y balade, pour éviter les boues mouvantes et dangereuses, et pour ne pas s’y perdre, sur des pilotis. On y va jusqu’à la Croix des Amoureux, celle-là qui commémore le triste anniversaire de la mort d’un couple, parti de Verviers pour les préparatifs du mariage, pris dans une tempête, en plein hiver, perdus, et qui sont morts tous les deux à quelques mètres de distance. Bref, les Fagnes, c’est la beauté sauvage, romantique, historique et parfois douloureuse de la nature.

botrange.be

Les trois frontières, ici mais ailleurs

Le lieu existe, il y a une borne à équidistance des trois pays. On y part pour le marché du poisson à Maastricht (le jeudi) ou vers l’Allemagne et la vallée de la Moselle, quand on veut.

Partner Content