Onze raisons de s’envoler sans plus tarder pour le Sri Lanka

© DG

Des bars à cocktails sur des toits-terrasses, des hôtels au design tropical et des restaurants proposant une cuisine insulaire créative : le sud du Sri Lanka s’est remis des catastrophes de ces dernières années et est en plein essor. La journaliste voyage Veerle Helsen y vit depuis deux mois et nous partage ses meilleurs spots. Des endroits de rêve où se rendre sans tarder, avant que « l’effet Bali » ne fasse grimper les prix.

Au Sri Lanka, on n’est jamais à court de noix de coco, les singes se balancent dans les arbres, le soleil est toujours généreux et les températures tournent autour de 30 degrés. Les Sri Lankais aiment manger des crêpes et célèbrent la pleine lune comme un jour férié. La boulangerie itinérante a un air de marchand de glaces, on y mange du riz et du curry pour quatre euros et le dessert est servi à vélo. Vous hiberneriez pour moins que ça.

La journaliste Veerle Helsen est une nomade numérique, elle a pris ses quartiers loin de la grisaille belge, sur la côte sud-ouest du Sri Lanka. La région entre Ahangama et Hiriketiya est the place to be pour le moment. Cette portion de côte est une destination de surf très prisée. Sous l’impulsion des surfeurs et des nomades numériques qui peuvent exercer leur métier de n’importe où, le tourisme est en plein boom. Voici ses conseils pour découvrir cette magnifique région.

1. Savourer un petit-déjeuner comme les locaux

Les touristes occidentaux ont tendance au petit-déjeuner à se servir un toast à l’avocat, mais aucun Sri Lankais n’aurait l’idée de tartiner de l’avocat sur son pain. Si vous voulez goûter à un vrai petit-déjeuner sri-lankais, mettez les pieds sous la table de Mr. Sunil à Anhangama. Dans une petite cabane de plage, Mr. Sunil sert ce que l’on appelle des string hoppers (ficelles de pâte à base de farine de riz) avec du dhal, du sambol (un plat typique à base de noix de coco), un oeuf au plat, des fruits frais, du tambili (noix de coco) et un verre de thé. Le prix est rikiki: un euro et demi.

Mr Sunils Roti and Juice Shop, X98G+G8C, Ahangama.

2. Lire dans un spot idyllique

Kola est un petit bar caché sur un ponton flottant sur le lac Koggala. Pour s’y rendre, il faut emprunter des routes étroites en scooter ou en tuktuk et passer devant des plantations de thé, des hérons et des paons. Les chaises longues au bout du ponton, qui surplombent le lac, sont le lieu idéal pour lire un bon roman.

@kola.lk

Tri Hotel
Tri Hotel© GF

3. Manger dans un hôtel de luxe

C’est peut-être mon conseil de voyage préféré : si vous ne pouvez pas vous payer un hôtel haut de gamme, déjeunez sur place. On s’ennuie rarement en observant les gens dans des logements plus chers, et c’est encore plus amusant quand on peut s’attarder au bord de la piscine. À l’hôtel Tri, c’est une expérience, car la piscine à débordement surplombe le lac Koggala. L’ensemble de la propriété est caché parmi les canneliers et, si vous regardez attentivement, vous trouverez une belle bibliothèque design avec de grandes fenêtres donnant sur la verdure. Au milieu se trouve un château d’eau en forme de spirale que les visiteurs sont également autorisés à escalader, et au sommet se trouve une vue magnifique sur le vaste lac.

trilanka.com

4. Rêvasser dans une baie idyllique

Une eau bleue limpide, des palmiers à perte de vue et des singes qui lorgnent votre milkshake à la banane : bienvenue à Hiriketiya. Dans cette baie de rêve, ne manquez pas le Dots Bay House de la légende locale Nawodh. Il a propulsé Hiriketiya sur la carte des endroits branchés avec ses cabanes et son restaurant attenant, où l’on goûte les yeux fermés tous les plats à la carte. Un peu plus loin se trouve Mond, un hôtel/bar/restaurant avec une terrasse sur son toit donnant sur la mer. Mond – « lune » en allemand – est abrité dans un chef-d’oeuvre architectural, une conception en béton du cabinet suisse Atelier Abraha Achermann, avec des portes en bois perforé et des échappées sur la mer. Ce style est sans précédent au Sri Lanka. Les deux propriétaires, Jessica Fernando et Renato Kümin, ont leur propre style et l’appliquent au restaurant, où ils invitent régulièrement des chefs d’autres régions du Sri Lanka.

mond.lk, @dotsbayhouse

Mond
Mond© GF

5. Boire du café, pas du thé

Le café chez Trax est composé à 100 % de grains sri-lankais, ce qui est une tendance dans le sud. Le Sri Lanka est connu comme le pays du thé, mais au XIXe siècle, il était l’un des plus grands producteurs de café au monde, jusqu’à ce qu’une maladie des feuilles raye les plantations de la carte. Des entrepreneurs innovants veulent faire revivre la tradition avec de nouvelles plantations et des usines de torréfaction du café. Parmi les marques de café sri-lankaises proposant des mélanges d’origine locale, citons Soul Coffee, Tusker et Island Therapy. Vous pouvez les déguster, entre autres, au bar à café Aloha Coffee Gallery à Mirissa, au pavillon de yoga Jamu à Gurubebila, à l’hôtel-restaurant The Kip à Ahangama et au café surf Salty Swamis à Hikkaduwa.

thekipsrilanka.com, saltysamis.com, jamusurflodge.com, @aloha_coffee_gallery

Jamu
Jamu© GF

6. Découvrir les établissements tenus par des Sri-Lankais

Le Sri Lanka a subi de nombreux revers au cours des dernières décennies. En 2004, un tsunami a fait sombrer le tourisme, en 2019 les touristes ont boudé le pays après de graves attaques et un an plus tard la pandémie a sévi. Aujourd’hui, le Sri Lanka est appelé « le nouveau Bali » et les crises semblent appartenir au passé. Une bonne nouvelle pour le tourisme. Mais les initiés savent que 99 % des plus beaux endroits instagrammables sont exploités par des Occidentaux qui s’y sont installés. Par conséquent, les euros que vous y dépensez ne bénéficient pas directement à la population locale. Bon à savoir si vous n’arrivez pas à vous décider entre des crêpes salées locales et un énième smoothie. Une poignée de ces endroits de rêve ont un propriétaire sri-lankais. Jiffry Saheed à Ahangama, par exemple, a ouvert le mois dernier Yaluwa, une auberge/café design qui sert des snacks aux amandes accompagnés de cappuccino. Et dans le même village, le trio Anishka Fernando, Samath Gammampila et Ravi Dias Bandaranaike a lancé Trax, un bar branché décoré de meubles et de peintures sri-lankais.

@trax_ahangama, @yaluwahostel_deli

Trax
Trax© GF / VEERLE HELSEN

7. Visiter les joyaux architecturaux

Une adresse que les amateurs d’architecture ne doivent pas manquer est l’hôtel/restaurant Palm. Entouré de palmiers, c’est un pavillon noir et industriel où l’extérieur et l’intérieur se marient parfaitement. Construit à partir de conteneurs d’expédition recyclés, il surplombe une piscine. Les fondatrices originaires de Londres Miriam Haniffa et Laurie Spencer se sont installées au Sri Lanka dans le sillage des racines de Miriam et de son père sri-lankais. Toutes les chambres sont situées dans des cabanes photogéniques en forme de A et si vous partez en exploration, vous rencontrerez certainement un paon sur votre chemin. Leur combinaison de saveurs sri-lankaises et d’ingrédients locaux avec leur propre touche est inégalée et Palm est sans aucun doute l’un des meilleurs restaurants de la région.

palmhotelsrilanka.com

The Palm
The Palm© GF / HOLLY FARRIERThe Palm © GF / HOLLY FARRIER

8. Travailler sous les cocotiers

Les nomades numériques viennent dans cette région pour surfer et travailler en ligne et cela se voit aux espaces de coworking qui y fleurissent. Hari Hari (« Tout va très bien » en singhalais, la langue officielle du Sri Lanka) est, par exemple, un nouvel espace situé dans le centre animé d’Ahangama, avec des postes de travail partagés, un espace de rangement pour les planches de surf et une vue sur un spot de surf. Hari Hari a un accord avec le Café Ceylon, dans un endroit plus calme, loin de l’agitation. Là, les bureaux s’étalent, en partie sur un patio sous les cocotiers. Toute personne qui réserve un abonnement auprès de l’un des deux peut travailler gratuitement chez le concurrent, ce qui lui permet de faire connaissance avec d’autres personnes et un nouveau quartier.

hariharihouse.com, cafeceylon.lk

9. Boire des cocktails au soleil couchant

Admirer le soleil se coucher depuis un rooftop est un must dans le sud, car ici il se couche dans la mer. Sans être gêné par les nuages, le coucher de soleil dépose un filtre rose sur le paysage avant de laisser sa place à la lune. Lorsque le ciel est dégagé, la lune est également toujours bien visible au Sri Lanka, où les bouddhistes célèbrent d’ailleurs la pleine lune comme un jour férié officiel. Ceylon Sliders, Lighthouse Ahangama et Mr M à l’hôtel boutique Harding sont trois rooftop bars où la nourriture et les cocktails sont mémorables.

ceylonsliders.com, @lighthouse_ahangama et @mr.m.rooftop

Ceylon Sliders
Ceylon Sliders© GF / AGNES MALTESDOTTER

10. Visiter les temples cachés

Les temples les plus célèbres du Sri Lanka se trouvent plutôt à l’intérieur des terres, mais la côte sud recèle quelques joyaux cachés. La Japanese Peace Pagoda (pagode de la paix japonaise) se dresse sur une colline surplombant la mer. Ce tempe bouddhiste a été construit en 2005 pendant la guerre civile comme un symbole de paix, il y règne une atmosphère sereine. Un deuxième conseil est le Wewurukannala Vihara dans la ville de Dikwella, où une statue de Bouddha atteint cinquante mètres de haut et les murs sont peints de dessins colorés de sa vie. Un escalier mène à la tête de Bouddha d’où vous pouvez admirer les environs.

11. Surfer, dormir, manger, et recommencer

Un hôtel abordable avec une piscine est l’Insight Resort, juste à côté du spot de surf Marshmellows. Vous pouvez obtenir une chambre double avec vue sur la mer et petit-déjeuner pour soixante euros, et vous pagayez directement du petit-déjeuner dans les vagues. Le somptueux buffet propose de nombreux fruits, du curd (yaourt), des oeufs frais et un assortiment de pâtisseries sri-lankaises. L’établissement est décoré de meubles en bois foncé de style colonial et le bâtiment a une architecture ouverte, permettant au vent d’apporter une brise marine.

insightresortsrilanka.com

Y aller

Qatar Airways propose la liaison la plus rapide entre la Belgique et le Sri Lanka (Colombo) : un peu moins de 13 heures, avec une escale à Doha. Il y a six vols par semaine au départ de Bruxelles.

qatarairways.com, billet aller-retour à partir de 726 euros

Période conseillée pour s’y rendre

La côte sud-ouest du Sri Lanka se visite de préférence entre novembre et avril, après quoi la saison des pluies commence.

Règles sanitaires

Les voyageurs ayant reçu une double vaccination peuvent se rendre au Sri Lanka avec un test PCR négatif. Les voyageurs non vaccinés doivent d’abord respecter une quarantaine.

(Traduction/Adaptation: Ca.L)

Partner Content