Six adresses originales où séjourner en Belgique

Wilderland — Wechelderzande, Campine anversoise © SDP

En bord de mer, au cœur d’un château ou dans une ferme au milieu des alpagas: voici six nouvelles adresses du plat pays qui en jettent. Testées, validées et ici décortiquées.

1. La Roseraie — Modave, Liège

Testé par Nathalie Le Blanc

«Les maisons de verre plantées dans le jardin de la Roseraie s’adressent à ceux qui viennent dîner dans ce restaurant renommé et ponctuer leur expérience par une nuitée dans l’un de ces «shelters» ultramodernes. L’architecte Maxime Faniel a dessiné les plans de ces maisonnettes aux toits pointus. La forêt en abrite deux, mais environ huit autres sont prévues, dont une en haut d’un arbre. Contrairement aux apparences, les façades ne sont pas transparentes. Quand on y pose les pieds, on apprécie surtout la vue. D’un côté, le jardin «classique», le jardin d’hiver et la nouvelle piscine. De l’autre, la forêt d’où s’échappe le chant des oiseaux, pour un moment de détente immédiat. Même sous la pluie, une promenade sous les arbres — suivez les champignons — ouvre suffisamment l’appétit pour le menu en sept services qui attend les hôtes.

La Roseraie — Modave, Liège © SDP

La cheffe Marie Trignon avait 3 ans quand elle a emménagé ici. Ses parents, Vincent et Madeleine, se sont hissés parmi les représentants de la haute gastronomie française. Marie a quitté le nid pour revenir à Modave en 2017 après un détour par des études de traduction et d’interprétation, un séjour à Londres, une formation culinaire, un passage dans les cuisines de quelques établissements étoilés et le célèbre Dorchester, pour reprendre la barre de la cuisine de son père. Son amour de l’art et son sens de la beauté se ressentent dans le beau mobilier et le design élégant des tables. Son talent pour les sauces raffinées, lui, sent la transmission paternelle. Ici, père et fille cuisinent ensemble des plats classiques mais modernes. Madeleine nous sert un gratin crémeux, tandis que l’une des jumelles de Marie fait irruption pour le dessert. On a parfois l’impression de rendre visite à une amie de la famille. Une amie qui cuisine délicieusement, qui a du goût et qui est particulièrement accueillante.

Au moment de regagner notre shelter, le maître de maison nous conseille de laisser le rideau de la fenêtre côté forêt ouvert. Il a raison: se réveiller avec le soleil qui brille à travers les feuilles met d’excellente humeur… même ceux qui ne sont pas du matin. Le petit-déjeuner est spectaculaire. Salade de fruits et granola, œuf avec du bacon, puis fromage, sandwichs et viennoiseries, présentés comme s’il s’agissait d’un «afternoon tea». La coupe de champagne rosé qui l’accompagne résume bien notre séjour: classique, mais un brin insolite et terriblement savoureuse.»

Dès 165 euros la nuit. Petit-déjeuner à 15 euros. Menu en 5, 6 ou 7 services, de 65 à 85 euros. laroseraiemodave.com

2. Résidence du Blekker — Coxyde, Flandre-Occidentale

Testé par Elke Lahousse

«Un séjour à la mer ne demande pas grand-chose pour être parfait: une promenade dans les dunes, les pieds dans l’eau et une croquette de crevettes pour finir la journée. En y passant la nuit, vous ajoutez du temps pour goûter différentes glaces et vous laisser tenter par une salade de la mer du Nord. Pour tout vous dire, on aurait pu rester une semaine entière à la Résidence du Blekker. Cet appartement lumineux est situé dans un bâtiment moderniste datant de 1935, dont de nombreux éléments authentiques ont été préservés, comme d’élégantes balustrades et des menuiseries en bois dur congolais. A côté, s’étire le Hoge Blekker, une réserve naturelle protégée qui abrite le plus haut sommet de dunes de la côte belge (33 mètres!). L’emplacement, combiné à l’attrait architectural du bâtiment, a convaincu Jasper et Zoë d’y créer un cocon parfait pour un week-end à la côte, avec deux chambres, chacune meublée de lits futon japonais.

Les jeunes Bruxellois ont rénové l’appartement en respectant son histoire et en ramenant autant que possible la vue sur les dunes à l’intérieur. Le résultat: un aménagement clair, avec un sol en vinyle azur qui méritait de ne plus être caché sous la moquette des précédents propriétaires. Comme si la mer traversait le salon. Ajoutez à cela à des meubles originaux tels qu’une table à manger en verre signée Adolfo Natalini et des chaises qui sont des répliques de Pierre Jeanneret, et vous obtenez le décor parfait pour un brunch copieux. Sur la table? Ecoutez donc les conseils de Jasper et Zoë, et vous saurez immédiatement où aller. Un must: le pain «mon dieu» de la boulangerie De 3B’s. Pour les bons vivants, Coxyde propose également un grand nombre d’excellents restaurants (étoilés) et des brasseries kids-friendly.

Résidence du Blekker — Coxyde, Flandre-Occidentale
Résidence du Blekker — Coxyde, Flandre-Occidentale © SDP

Sur leur plate-forme en ligne Vazy Collection, les propriétaires regroupent des hôtels de charme uniques, repérés lors de voyages, qui les ont aidés à décorer leur propre logement. Le lavabo en marbre de la salle de bains, par exemple, est inspiré de celui des suites de l’hôtel Les Roches Rouges sur la Côte d’Azur. Les lieux sont également truffés de gadgets technologiques, comme une veilleuse LED dans les toilettes qui s’allume automatiquement à 22 heures, pour éviter de s’éblouir avec la grande lumière la nuit. La touche finale: un balcon pour l’apéritif, avec une bouteille de vin mousseux belge Ruffus qui vous attend à votre arrivée… et que nous aurions pu tout aussi bien déguster les pieds dans les dunes.»

Résidence du Blekker — Coxyde, Flandre-Occidentale
Résidence du Blekker — Coxyde, Flandre-Occidentale © SDP

Dès 120 euros la nuit en basse saison. vazycollection.com/villas/residencedublekker

3. Château de Mirwart — Mirwart, Saint-Hubert

Testé par Jorik Leemans

«Un coup de foudre. C’est ainsi que l’architecte John Eyers décrit ce qu’il a ressenti lorsqu’il a parcouru pour la première fois les salles délabrées du château de Mirwart, après être tombé dessus par hasard sur le Web. Plus tard, quand il en a appris davantage sur l’histoire de ce lieu situé au cœur du Luxembourg, son amour n’a fait que croître. Il s’est avéré qu’autrefois, il appartenait à la célèbre famille d’Arenberg, que Godefroid de Bouillon s’y serait arrêté pour un temps, et que Léopold Ier a voulu y apposer son nom. Des recherches, qui, cet automne, donneront naissance à un livre…

La forme actuelle du château date du début du XVIIIe siècle, quand le propriétaire décida de transformer la forteresse défensive médiévale en un palais de plaisance. C’est dans cet état d’esprit que John Eyers rénova le site pour en faire un hôtel. En s’associant à l’organisation flamande Onroerend Erfgoed, il a imaginé des salons et des chambres historiques avec une touche contemporaine, ainsi qu’un impressionnant hall d’entrée architectural. Nous avons séjourné dans la Suite Automne. En entrant, on découvre immédiatement un salon spacieux avec une cheminée ouverte et du mobilier Molteni&C. Le label italien a été choisi comme fournisseur privilégié pour l’ameublement. La salle de bains est recouverte de marbre noir. On s’y sent un peu comme des membres de la royauté. Un lit king-size nous attend dans une chambre avec une vue magnifique sur les vertes vallées. Le domaine provincial qui entoure le château et la forêt de Saint-Hubert, toute proche, promettent excursions relaxantes et promenades revigorantes.

Château de Mirwart — Mirwart, Saint-Hubert
Château de Mirwart — Mirwart, Saint-Hubert © MacProMax

Dès 206,10 euros la chambre double. chateaudemirwart.com

4. Indrani Lodge — Genappe, Brabant wallon

Testé par Thibault Dejace

«Il y a comme une légère odeur de peinture fraîche dans l’air. Normal: l’inauguration est imminente après de longs travaux. L’Indrani Lodge est passé de cinq à douze chambres, dispose d’un tout nouveau studio de yoga, d’un restaurant bistronomique avec cuisine ouverte qui sert également de bar, d’une piscine intérieure chauffée par géothermie, d’un sauna et de salles de massage.

Mais c’est en se promenant dans le domaine de cette ferme médiévale du XVe siècle rénovée avec goût et au charme préservé que toute la richesse de l’endroit se dévoile. Une balade bucolique durant laquelle on arpente 4 hectares de jardins et de serres cultivés en permaculture. Le lieu prône le concept «de la ferme à la fourchette», faisant courir les cuisiniers à travers champs pour y piocher tel aromate ou tel condiment. Un peu plus loin, on aperçoit les alpagas dont la laine est réutilisée afin de créer couvertures et duvets, ou d’entretenir le compost. En contrebas, perdues au milieu des champs laissés en jachère, se trouvent les ruches de l’hôtel.

Indrani Lodge — Genappe, Brabant wallon
Indrani Lodge — Genappe, Brabant wallon © amazingbelgium

Côté restaurant, le chef Sebath Capela, ancien sous-chef du feu BonBon de Christophe Hardiquest, propose une cuisine à prédominance végétale malicieuse et gourmande où la saisonnalité et la fraîcheur sont de mise. Près de 75% des légumes parcourent moins de 150 mètres avant d’être mis en valeur par Capela et son équipe. Petite particularité? Pas de menu, ni de carte, histoire d’allier plaisir des sens à la découverte. Le mot qui qualifie le mieux l’Indrani Lodge? Régénérant. Pour soi, d’abord, les chambres confortables et les activités annexes promettant une véritable bulle de bien-être. Pour la terre, ensuite, grâce aux initiatives conscientes et écologiques mises en place, des cultures potagères aux ruches. Pour la communauté, enfin, l’endroit se voulant participatif, ouvert à tous et redynamisant toute une région. Namaste.»

Même enthousiasme pour l’offre culinaire. Nous avons dégusté un délicieux menu en cinq services (cette langoustine avec de la butternut et de l’anguille! ) dans le restaurant gastronomique où officie le chef Pajtim Bajrami… qui s’en ira bientôt rejoindre Luc Bellings à Hasselt. L’hôtel profitera de ce changement pour affiner sa politique culinaire et ajouter un bistrot. D’autres projets se dessinent. Au cours d’une courte visite guidée, John Eyers évoque notamment la réalisation de son rêve d’enfant: d’ici la fin de l’année, il espère ouvrir un gigantesque complexe de bien-être sous le château, avec piscines intérieure et extérieure, saunas et hammams. Dans la chapelle restaurée, que l’architecte souhaite orner de vitraux réalisés par un artiste, se trouvent une petite table et deux chaises. Un homme s’apprête à demander sa compagne en mariage, selon les chuchotements dans les couloirs du château. Ce ne serait pas la première fois qu’un coup de foudre se transforme en une belle histoire d’amour dans ce château…»

Indrani Lodge — Genappe, Brabant wallon
Indrani Lodge — Genappe, Brabant wallon © davidolkarny

Dès 199 euros la nuit, petit-déjeuner inclus. Menu 3 services (lunch uniquement), 4 et 5 services de 39 à 69 euros. Cours de yoga suivant la programmation. indranilodge.com

5. Wilderland — Wechelderzande, Campine anversoise

Testé par Annelies Waegemans

«Fleure et Arno avaient prévu de partir trois mois en Australie et en Nouvelle-Zélande à l’été 2020, avec leurs fils Elias et Oscar. Mais la pandémie en a décidé autrement. Le week-end, la famille cherchait une échappatoire à l’agitation d’Anvers et l’a trouvée ici… avant d’en devenir les heureux propriétaires. Une fois le portail passé, on se retrouve dans une oasis de quiétude: 4 000 m2 de verdure, deux étangs et, au bord de l’eau, la plus mignonne des petites cabanes en bois. Celle-ci a été pensée comme une maison familiale: elle n’est pas grande, mais le confort est au rendez-vous, et le caractère aussi. Son ossature en A et ses meubles des années 70 (fauteuil Togo notamment) lui confèrent une authenticité particulière. Il n’y a pas eu de rénovations ou de démolitions majeures, et tout a été décoré avec beaucoup de goût.

Mais le véritable trésor des lieux se trouve à l’extérieur. Escapade en barque sur les étangs, divers coins lecture et apéro (suivez le soleil!) et sieste dans un hamac si le temps le permet… On apprécie également le bain à remous (attention, il faut compter quelques heures pour atteindre la température idéale) qui peut servir de parenthèse rafraîchissante en été. Pour dormir? Direction l’étage, où se trouvent un lit double et deux lits simples. En été, sur le terrain, se déploie aussi une luxueuse tente en toile, pour une nuit à la belle étoile. Nous avons passé beaucoup de temps autour du foyer, qui peut aussi être utilisé pour cuisiner. Nous avons fait simple, en apportant nos propres pizzas et en les glissant dans le four Weltevree sur la terrasse. Il est aussi possible de faire un barbecue ou d’utiliser la cuisine entièrement équipée. Nous avions emporté notre petit-déjeuner pour ne pas interrompre notre court séjour, mais on peut également en commander un. Côté activités, nous nous sommes promenés dans la réserve naturelle de la Visbeekvallei, à 5 minutes de là. La région offre aussi de nombreuses possibilités pour les marcheurs et les cyclistes, ou encore des parcs récréatifs pour les enfants.

Wilderland — Wechelderzande, Campine anversoise
Wilderland — Wechelderzande, Campine anversoise © SDP

Dès 340 euros le week-end et 750 euros la semaine. wilderland-cabin.be et Instagram: wilderland_cabin

6. Pause by Rewind — Oosteroever, Ostende

Testé par Evi Boels

«Nous sommes dans l’Oosteroever, un nouveau quartier branché d’Ostende qui se développe à toute vitesse. Les propriétaires de la boutique de design Rewind à Anvers ont récemment mis en location un merveilleux appartement pour un séjour en bord de mer à deux ou en famille: Pause by Rewind. En ouvrant la porte, on se sent immédiatement «à la maison», accueillis par un agréable flacon de vin bio. Le luxe green – les meubles sont façonnés en mode durable – garnit toutes les pièces de façon harmonieuse. La chambre principale (literie moelleuse sur demande et payante) et la chambre kids avec quatre lits superposés ont été conçues par Komaan! Architecten. Chaque détail a été réfléchi, y compris dans le salon: de l’éclairage d’ambiance au subtil parfum à l’ambre, en passant par les coussins du canapé. Difficile, par contre, de choisir dans quelle tasse boire son café, tellement l’offre est vaste…

Pause by Rewind — Oosteroever, Ostende
Pause by Rewind — Oosteroever, Ostende © SDP

Depuis la terrasse spacieuse, on aperçoit les bateaux de pêche du Visserijdok et les nouvelles tours résidentielles de l’Oosteroever. Les chantiers sont encore nombreux, mais les boutiques et les restaurants branchés ne manquent pas. Pour le petit-déjeuner ou le dîner, direction l’agréable Kabine. Pour des cocktails, des tapas ou un repas plus copieux, le Vesper est l’endroit idéal. Pour un souper plus élaboré, le restaurant Storm propose un menu en quatre ou cinq services. Tout cela à trois enjambées de l’appartement. Pour visiter le cœur d’Ostende? Un ferry se fait un plaisir de nous y conduire, le temps d’une croisière… de quelques minutes. Mais c’est avec bonheur que l’on retrouve le calme de notre logement, avec sa vue imprenable sur la mer et les dunes. Un lieu qui permet de fuir les hauts immeubles bordant la côte ostendaise, mais aussi de profiter d’une portion de plage bien plus qualitative – même en été, les hordes de touristes n’y sont pas encore – que celle de la rive ouest.»

Pause by Rewind — Oosteroever, Ostende
Pause by Rewind — Oosteroever, Ostende © SDP

Week-end et haute saison dès 199 euros la nuit. Semaine et basse saison dès 150 euros la nuit. pausebyrewind.be

Partner Content