Les secrets d'un regard parfait

20/01/14 à 10:15 - Mise à jour à 10:15

Les yeux sont parmi les zones du visage les plus stratégiques et sensibles. Nos produits coups de coeur pour alléger les cernes et estomper les rides et nos conseils en 5 actes.

On l'oublie parfois, mais la peau du contour des yeux est à traiter avec la plus grande délicatesse. Elle est de trois à cinq fois plus fine que sur l'ensemble du visage et se trouve en permanence sollicitée par le muscle orbiculaire. Résultat, les premiers signes de fatigue apparaissent dès l'âge de 25-30 ans. A cette étape de la vie, 22 % des femmes appliquent déjà chaque jour un soin spécifique (source : Garnier). C'est dire à quel point cette zone délicate reste une préoccupation majeure des rituels de beauté. Faire le bon diagnostic se révèle cependant plus compliqué qu'il n'y paraît. Nos conseils, au cas par cas, pour optimiser les meilleurs soins du moment.

1. Défatiguer

La cible : les cernes, qui sont de deux sortes. Le cerne ocre provient d'une hyperpigmentation, fréquente chez les peaux foncées. Le cerne bleu-violet a, lui, pour origine une stase sanguine (ralentissement de la circulation) causée par la fatigue.

Le plan d'attaque cosmétique : contre les cernes bleutés, les marques proposent des produits à base d'actifs vasoconstricteurs, de particules optiques pour un éclairage immédiat, voire de pigments colorés. L'astuce ? "Appliquez le produit comme un masque, sans chercher à le faire pénétrer, afin de révéler tout le potentiel illuminateur des nacres", conseille Elisabeth Bouhadana, directrice de la communication scientifique de L'Oréal Paris. Contre les cernes pigmentés, il existe des formules à base d'actifs éclaircissants, type vitamine C (Even Better Eyes, de Clinique).

L'option médicale : il est possible d'améliorer l'aspect des cernes bleutés en épaississant légèrement la peau des paupières avec trois ou quatre séances de laser C02 fractionné. Cela stimule la synthèse du collagène (environ 200 euros la séance). Pour traiter les cernes pigmentés, on y va tout doux pour ne pas déclencher de rebond pigmentaire, avec une application quotidienne d'hydroquinone à 3 % (un actif éclaircissant) pendant trois mois, par exemple. 2. Alléger

La cible : les poches. Si le renflement apparaît au réveil puis disparaît après quelques heures, il s'agit d'un ralentissement de la circulation lymphatique. Ce dernier vient du muscle orbiculaire qui, au repos pendant la nuit, n'assure plus correctement son travail de drainage. En revanche, si les poches sont permanentes, c'est un cas de hernie graisseuse (la graisse fait saillie à travers le muscle relâché).

Le plan d'attaque cosmétique : celui-ci ne fonctionne que dans le premier cas. Il s'agit d'une application de froid, qui resserre les tissus (ce peut être un glaçon glissé dans un gant de toilette ou un produit pour les yeux avec un applicateur métal), alliée à l'utilisation de produits drainants. Pensez également à surélever légèrement votre oreiller pendant la nuit. Et gardez la main légère sur le sel.

L'option médicale : les hernies graisseuses se retirent grâce à la chirurgie des paupières par voie "transconjonctivale". Le médecin incise à l'intérieur de la paupière (sans trace visible), puis décolle la peau et le muscle afin de faire saillir les poches de graisse, qui sont ainsi retirées (environ 2 500 euros). 3. Défroisser

La cible : les rides au coin des yeux et sur la paupière inférieure causées par la contraction permanente du muscle orbiculaire.

Le plan d'attaque cosmétique : un masque très hydratant qui va regonfler immédiatement les rides, suivi d'un traitement antirides. Sans oublier une protection UV quotidienne !

L'option médicale : une injection de toxine botulique dans les rides de la patte-d'oie. Et, sur la paupière inférieure, un relissage au laser CO2. Si la paupière est relâchée et festonnée, la solution passe par un lifting du muscle orbiculaire, via une incision au ras des cils (environ 4 000 euros).

4. Agrandir

La cible : les paupières tombantes causées par un excès de graisse et de peau, qui forment une "casquette" au-dessus de l'oeil.

Le plan d'attaque cosmétique : un soin anti-âge qui stimule la production de collagène pour une peau plus dense. Pour optimiser l'effet de tension, il est conseillé de chauffer le produit dans la main puis de l'appliquer en mouvements de lissage ascendants.

L'option médicale : une chirurgie appelée "blépharoplastie supérieure". Le praticien incise la paupière au niveau du pli, puis supprime l'excédent de peau et de graisse (environ 2 500 euros). 5. Repulper

La cible : un cerne creux dû à la "squelettisation du rebord orbitaire". Avec l'âge, la graisse autour de l'oeil a fondu. C'est parfois même l'ensemble du cadre orbitaire qui est atteint. On parle alors d'oeil creux, c'est héréditaire et ça s'aggrave souvent avec le temps.

Le plan d'attaque cosmétique : colmater un peu le creux avec une gomme de silicone et appliquer par-dessus un anticerne coloré, avec des pigments réflecteurs de lumière. C'est mieux que rien !

L'option médicale : une injection d'acide hyaluronique réalisée très profondément, au contact de l'os, en deux ou trois séances. Attention, à cet endroit, la peau est très fine, on peut vite se retrouver avec une poche à la place du cerne, main expérimentée exigée ! (De 80 à 100 euros).

Autre possibilité : une injection de graisse (prélevée dans vos cuisses puis réinjectée dans le creux du cerne). C'est la solution de choix (à partir de 2 000 euros). Par Linh Pham

En savoir plus sur:

Nos partenaires