Yoga et cinéma sur les toits, Lisbonne s'ouvre à de nouveaux horizons

22/09/17 à 09:57 - Mise à jour à 09:57

Source: Afp

Debout sur une jambe, les bras levés vers le ciel et le visage au soleil, un groupe de femmes fait du yoga sur le toit d'une auberge de jeunesse. C'est la nouvelle tendance à Lisbonne: la multiplication des terrasses panoramiques et d'activités de loisirs perchées au sommet d'édifices.

Yoga et cinéma sur les toits, Lisbonne s'ouvre à de nouveaux horizons

© Belga

Vue d'en haut, la ville aux sept collines, devenue une destination touristique à la mode, se répand dans un enchevêtrement de tuiles rouges jusqu'à l'estuaire du Tage.

"A Lisbonne, ce qui compte c'est la vue", dit Katrin Heuser, une Allemande de 39 ans qui a eu l'idée de proposer des cours de yoga sur le toit de l'auberge "This is Lisbon".

Longtemps encombrée par des antennes, des climatiseurs ou du linge étiré, la ligne d'horizon lisboète est devenue un pôle d'attraction qui n'est plus réservé à une poignée de belvédères.

Katrin Heuser est arrivée de Londres il y a deux ans. Avec deux collègues, elle a depuis élargi son offre de cours de yoga à quatre autres lieux offrant une vue panoramique sur la capitale du Portugal.

Nombre de ses élèves sont des touristes étrangers. "Ils aiment l'idée d'un tel cours, ils trouvent que c'est amusant de faire ça (en haut d'un immeuble) et une bonne façon de profiter de la vue", dit cette yogi allemande.

Ces séances sont "complètement différentes" de celles réalisées à l'intérieur d'un studio, assure l'une de ses élèves, Maria Anastasiadou, une Grecque de 30 ans, consultante en technologies de l'information.

"Notre corps et notre esprit se connectent à notre environnement. Nous sentons le soleil et l'air en contact avec notre peau. Notre esprit devient plus clair, malgré ce mélange curieux avec les bruits de la ville. Tous nos sens sont en éveil", décrit-elle.

290 jours de soleil

Lisbonne profite du boom touristique que connaît le Portugal depuis plusieurs années et de nombreux bâtiments ont été rénovés, permettant le foisonnement de nouvelles activités sur les toits.

A elle seule, la région de Lisbonne a accueilli 3,9 millions de touristes étrangers en 2016, soit une hausse de 9,7% sur un an.

Il faut dire que la météo est clémente dans cette agglomération de 550.000 habitants collée à l'océan Atlantique, qui cumule 290 jours de soleil par an.

"Le climat de Lisbonne en fait l'endroit idéal pour proposer des activités sur les +rooftops+", explique le Britannique Phil Llic, qui organise depuis juin des séances de cinéma chaque jeudi au bar-restaurant Topo Chiado, situé en plein coeur de la vieille ville.

L'établissement, ouvert en 2016 près des ruines d'un couvent, offre une vue privilégiée sur l'ascenseur de Santa Justa et le château de Sao Jorge, deux des monuments les plus emblématiques de Lisbonne.

Les soirs de cinéma, les clients deviennent spectateurs d'un film culte pendant qu'ils sirotent leur boisson, assis sur une des 90 chaises-longues tournées vers le grand écran.

Jogging en altitude

"L'important c'est l'expérience, pas seulement les films", admet M. Llic, 31 ans, en précisant que ces séances affichent régulièrement complet.

Lui et son associé, également Britannique, comptent projeter des films sur d'autres toits lisboètes dès l'année prochaine.

Au dixième et dernier étage d'un des bâtiments les plus hauts de Lisbonne, les clients de l'hôtel de luxe Ritz Four Seasons disposent, depuis la rénovation réalisée en 2016, d'une piste en tartan bleu pour faire du jogging avec une vue à 360 degrés sur la ville, qui s'étend du fleuve au parc forestier de Monsanto.

Pour un public à la fois plus modeste et plus branché, la galerie Zé dos Bois a elle aussi commencé l'an dernier à proposer des concerts et des séances de cinéma.

Ces séances ont lieu sous un auvent en bambou construit sur le toit d'un immeuble du quartier du Bairro Alto, dédale de ruelles prisé pour son intense vie nocturne.

"A l'époque, nous avons décidé de ne pas faire la promotion de ce nouvel espace, pour éviter d'être pris dans cet engouement pour les +rooftops+, mais nous parvenons tout de même à attirer une clientèle régulière", affirme la porte-parole de cette association, Catarina Monteiro.

Nos partenaires