Et si, pour changer, on slow drinkait ?

© DR
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

Lancé à l’initiative du groupe Bacardi Martini France, le Slow Drinking entend prendre l’exact contrepied d’une époque trop souvent prompte à céder à la biture expresse (Binge Drinking).

« Un art de vivre la dégustation en mode responsable et inspiré », telle est la façon dont Bacardi Martini France définit le Slow Drinking.

L’idée a beau venir d’un groupe dont le chiffre d’affaires est en lien direct avec la consommation d’alcool, on trouve qu’elle fait sens. Dans ce but, l’entreprise a demandé à Marc Jean, le chef barman de l’hôtel Normandy de Deauville, « d’animer une fois par mois une session découverte de l’art de la mixologie ». Ce dès le 25 janvier, dans le cadre de l’enseigne parisienne Lavinia.

Au total, ce seront 7 rendez-vous lors desquels le mixologiste se donnera pour mission de transformer tout un chacun en un expert du cocktail. « 7 rendez-vous pour vivre une expérience unique où le plaisir est central et indissociable de la modération », résume le communiqué.

On notera que le Slow Drinking s’appuie sur 10 principes-clés parmi lesquels les suivants : toujours associer des mets à un cocktail pour une consommation plus lente ; respecter la juste proportion en utilisant un doseur pour maîtriser la quantité exacte d’alcool dans son verre ; ou encore, proposer un verre d’eau à ses convives avant de déguster un cocktail afin de préparer les papilles à une dégustation optimale… A quand l’équivalent en Belgique ?

www.slowdrinking.com

Partner Content