Jonathan Salomon, ghost pâtissier génial

© JONATHAN SALOMON PÂTISSERIE
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

Avec le sandwich parfait et le « cacio e pepe », le paris-brest est une autre de nos obsessions gastronomiques. Ere de dématérialisation intense oblige, c’est dans une « ghost pâtisserie » que l’on a éprouvé le dernier frisson praliné.

Où? Commande via @jonathansalomonpatisserie, retrait à Forest (Bruxelles).

Genre Ghost pâtisserie

Ghost pâtisserie? Oui, à l’image des « ghost restaurants », Jonathan Salomon n’a pas pignon sur rue. En attendant de disposer de sa propre boutique, c’est donc dans son appartement forestois, à Bruxelles, que ce talent passé par le Saint-Aulaye et Ginkgo concocte des cookies inspirés par un séjour aux Etats-Unis (15 euros pour 6 parts), des financiers (5 euros les 5 pièces) et autres madeleines (9 euros les 12 pièces).

Les créations de Jonathan Salomon
Les créations de Jonathan Salomon© DR

Mais la sensation ultime est sans conteste le mythique dessert qui constitue le pôle Nord magnétique de nos envies de sucre.

Au prix de 20 euros (4 parts), le néo-pâtissier le présente sous forme de choux accolés les uns aux autres, un profil assez gourmand que l’on préfère à la traditionnelle « roue de vélo ». Mention pour la pâte en elle-même, dont le croquant enchante. Mais aussi pour la crème mousseline pralinée, qui séduit grâce à un beurre dosé avec justesse pour une sensation de légèreté en bouche. Le coup de génie? Sans hésiter, le très addictif insert de praliné, une touche personnelle dont le goût de noisette torréfié met à genoux.

Partner Content