La junk food prend du galon

© Thinkstock
Michel Verlinden
Michel Verlinden Journaliste

En forgeant l’expression  » junk food Deluxe « , on peut dire que Quentin Hanssens – le créateur de feu la cantine bruxelloise Quentin, pain et vin – a eu un fameux flair.

En forgeant l’expression  » junk food Deluxe « , on peut dire que Quentin Hanssens – le créateur de feu la cantine bruxelloise Quentin, pain et vin – a eu un fameux flair.

Premier en Belgique à signer des burgers revisités avec de bons produits – boeuf en circuit court, véritable comté… -, il s’est inscrit au coeur d’une mouvance dont l’engouement n’est pas près de faiblir.

Pour preuve, les chefs s’y mettent les uns après les autres. Le meilleur exemple ? La Grande-Bretagne et ses aéroports, lieux d’une sorte de  » junk food contest « . Après Gordon Ramsay et son Plane Food à Heathrow et Jamie’s Italian de Jamie Oliver à Gatwick, c’est au tour d’un autre Britannique de se lancer dans le créneau d’un fast-food de qualité : Heston Blumenthal. Ce chef réputé pour être le meilleur de Grande-Bretagne – il est arrivé 7e du dernier classement  » Fifty Best  » des 50 meilleurs restaurants du monde – vient d’annoncer qu’il allait ouvrir un restaurant à Heathrow en juin prochain.

Si le nom cette nouvelle cantine n’a pas encore été révélé, on sait déjà qu’on y servira du fish and chips, des hamburgers et des pizzas. Difficile d’imaginer trilogie plus junk food que celle-là. On peut néanmoins compter sur Blumenthal pour en exprimer tout le potentiel gastronomique.

Partner Content