Le premier conseil serait de ne pas se mettre de bâtons dans les roues.

Quoi de plus difficile que de respecter des nouvelles résolutions ? Vous avez déjà réussi à tenir de nouvelles résolutions, vous ? On se met souvent la barre trop haute avec des objectifs difficiles à atteindre ce qui mène souvent à un découragement, un sentiment d'échec et une baisse de l'estime de soi. Ce qui est contre-productif.

Si vous souhaitez vous sentir mieux dans votre corps, intégrez petit à petit des changements que vous pourrez tenir sur le long terme: mieux vaut perdre quelques kilos sur une année que 4 kg sur le mois de janvier, être remplis de frustration et en reprendre 5 (ou 6) en février.

Ensuite, essayer de comprendre pourquoi vous n'arrivez pas à perdre du poids?

Pas le temps de faire du sport ? En manque d'inspiration pour cuisiner ? Trop de stress compensé par du grignotage ? Si vous savez ce qui vous freine dans l'atteinte de vos objectifs, vous saurez sur quel aspect de votre mode de vie vous devez envisager un changement. Inutile de vouloir tout changer d'un coup, mieux vaut cibler une chose et y déployer l'énergie nécessaire. N'hésitez pas à faire appel à un diététicien pour vous aider à trouver ces obstacles et à vous aiguiller pour les dépasser.

Écoutez-vous.

Être à l'écoute de son corps est le premier point essentiel vers le bien-être. Si vous ne mangez que lorsque vous avez faim et que vous arrêtez de manger lorsque vous n'avez plus faim (= la satiété), vous ne prendrez plus de poids. Et cela, sans vous priver comme vous le feriez avec un régime "sans sucre", "sans féculent", "hypocalorique", "soupe aux choux", "hyper protéiné", "détox", "jeûne intermittent", "comptage de calories", et j'en passe !

Manger à sa faim - mais pas au-délà - sans générer de frustration, la clé de la réussite, Getty Images
Manger à sa faim - mais pas au-délà - sans générer de frustration, la clé de la réussite © Getty Images

Reconnaissez votre faim

Manger à sa faim, ok mais concrètement, comment reconnait-on sa faim? Voici quelques astuces.

Lorsque vous vous dirigez vers la cuisine ou la machine à crasses, posez-vous une question "Pourquoi vais-je manger ?"

- Par faim

- Par émotion (parce que je m'arrache les cheveux sur un gros dossier, parce que je suis stressée par mon futur examen/entretien, parce que je me suis disputée avec un proche, parce que je me sens déprimé·e/seul·e/fatigué·e...)

- Par envie (je viens de voir une pub à la télé, de sentir les pains frais en passant devant la boulangerie...)

Une fois identifié ce qui vous pousse dans le frigo ou au distributeur, essayez de ne manger que lorsque vous avez faim et de trouver d'autres réponses aux émotions qui vous poussent à manger. Autrement dit, trouver la manière adaptée à cette émotion qui vous aurait poussée à manger. D'autres manières de vous changer les idées, de vous occuper, de décompresser, de vous faire du bien.

Ressentez votre satiété pour ne pas manger plus que votre faim.

Pour ressentir la satiété, il est important de manger : lentement (afin d'avoir le temps de ressentir cette fameuse "satiété"). Il est important d'être détendu, de déguster son repas, d'en savourer chaque bouchée. Bref, il vous faut profiter de cet agréable moment en se faisant plaisir. Car rappelons-le: la nourriture doit rester un plaisir !

., Getty Images
. © Getty Images

Mais manger en "pleine conscience" nécessite aussi de ne pas se laisser parasiter, ce qui vous empêcherait de ressentir cette satiété. Alors on coupe les écrans (télévision, tablette, GSM, ordinateur) et on se concentre sur son repas pour en profiter davantage, et avec les cinq sens.

Ne vous frustrez pas

Vous n'avez pas faim, mais vous mourrez d'envie de manger cette part de galette des Rois? Surtout, ne vous en privez pas. Mais dégustez-là, lentement, savourez en chaque bouchée et sans culpabilité. Ce n'est pas une part de galette des Rois qui vous fera prendre du poids. Gardez à l'esprit que ce n'est pas l'exception, mais l'excès qui vous nuit.

Bougez plus

Et si je peux vous donner encore un petit conseil, bien loin des restrictions alimentaires: bougez plus. Simplement en vous déplaçant à pied ou en vélo, en faisant des balades durant vos pauses, des longues promenades en famille durant les week-ends, en empruntant les escaliers. En étant simplement plus actif au quotidien.

Propos recueillis par Aurélie Wehrlin

(*Melissa Moretti est diététicienne nutritionniste, spécialisée notamment en diététique pédiatrique. Après avoir été diététicienne à la Clinique du Poids Idéal au CHU Saint Pierre de Bruxelles jusqu'en 2016, elle consulte désormais à l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, où elle coordonne la Clinique du Poids Junior. Elle travaille également en cabinet privé dans deux cabinets à Uccle.)

Le premier conseil serait de ne pas se mettre de bâtons dans les roues. Quoi de plus difficile que de respecter des nouvelles résolutions ? Vous avez déjà réussi à tenir de nouvelles résolutions, vous ? On se met souvent la barre trop haute avec des objectifs difficiles à atteindre ce qui mène souvent à un découragement, un sentiment d'échec et une baisse de l'estime de soi. Ce qui est contre-productif.Si vous souhaitez vous sentir mieux dans votre corps, intégrez petit à petit des changements que vous pourrez tenir sur le long terme: mieux vaut perdre quelques kilos sur une année que 4 kg sur le mois de janvier, être remplis de frustration et en reprendre 5 (ou 6) en février.Ensuite, essayer de comprendre pourquoi vous n'arrivez pas à perdre du poids? Pas le temps de faire du sport ? En manque d'inspiration pour cuisiner ? Trop de stress compensé par du grignotage ? Si vous savez ce qui vous freine dans l'atteinte de vos objectifs, vous saurez sur quel aspect de votre mode de vie vous devez envisager un changement. Inutile de vouloir tout changer d'un coup, mieux vaut cibler une chose et y déployer l'énergie nécessaire. N'hésitez pas à faire appel à un diététicien pour vous aider à trouver ces obstacles et à vous aiguiller pour les dépasser.Écoutez-vous. Être à l'écoute de son corps est le premier point essentiel vers le bien-être. Si vous ne mangez que lorsque vous avez faim et que vous arrêtez de manger lorsque vous n'avez plus faim (= la satiété), vous ne prendrez plus de poids. Et cela, sans vous priver comme vous le feriez avec un régime "sans sucre", "sans féculent", "hypocalorique", "soupe aux choux", "hyper protéiné", "détox", "jeûne intermittent", "comptage de calories", et j'en passe !Reconnaissez votre faimManger à sa faim, ok mais concrètement, comment reconnait-on sa faim? Voici quelques astuces.Lorsque vous vous dirigez vers la cuisine ou la machine à crasses, posez-vous une question "Pourquoi vais-je manger ?" - Par faim - Par émotion (parce que je m'arrache les cheveux sur un gros dossier, parce que je suis stressée par mon futur examen/entretien, parce que je me suis disputée avec un proche, parce que je me sens déprimé·e/seul·e/fatigué·e...)- Par envie (je viens de voir une pub à la télé, de sentir les pains frais en passant devant la boulangerie...)Une fois identifié ce qui vous pousse dans le frigo ou au distributeur, essayez de ne manger que lorsque vous avez faim et de trouver d'autres réponses aux émotions qui vous poussent à manger. Autrement dit, trouver la manière adaptée à cette émotion qui vous aurait poussée à manger. D'autres manières de vous changer les idées, de vous occuper, de décompresser, de vous faire du bien.Ressentez votre satiété pour ne pas manger plus que votre faim.Pour ressentir la satiété, il est important de manger : lentement (afin d'avoir le temps de ressentir cette fameuse "satiété"). Il est important d'être détendu, de déguster son repas, d'en savourer chaque bouchée. Bref, il vous faut profiter de cet agréable moment en se faisant plaisir. Car rappelons-le: la nourriture doit rester un plaisir !Mais manger en "pleine conscience" nécessite aussi de ne pas se laisser parasiter, ce qui vous empêcherait de ressentir cette satiété. Alors on coupe les écrans (télévision, tablette, GSM, ordinateur) et on se concentre sur son repas pour en profiter davantage, et avec les cinq sens. Ne vous frustrez pasVous n'avez pas faim, mais vous mourrez d'envie de manger cette part de galette des Rois? Surtout, ne vous en privez pas. Mais dégustez-là, lentement, savourez en chaque bouchée et sans culpabilité. Ce n'est pas une part de galette des Rois qui vous fera prendre du poids. Gardez à l'esprit que ce n'est pas l'exception, mais l'excès qui vous nuit.Bougez plusEt si je peux vous donner encore un petit conseil, bien loin des restrictions alimentaires: bougez plus. Simplement en vous déplaçant à pied ou en vélo, en faisant des balades durant vos pauses, des longues promenades en famille durant les week-ends, en empruntant les escaliers. En étant simplement plus actif au quotidien.Propos recueillis par Aurélie Wehrlin