Nenni, on s'est toujours battu corps et âme pour les adresses qui défendent cette extension du domaine du goût que représentent les flacons faisant l'impasse sur les intrants. De plus, Calmos fait valoir de beaux atours, parmi lesquels une vraie gueule de zinc sur laquelle on peut poser...

Nenni, on s'est toujours battu corps et âme pour les adresses qui défendent cette extension du domaine du goût que représentent les flacons faisant l'impasse sur les intrants. De plus, Calmos fait valoir de beaux atours, parmi lesquels une vraie gueule de zinc sur laquelle on peut poser le coude et déguster des canons d'Hurluberlu - un rouge divin signé par Sébastien David - fruités comme un verger. Le jus s'écoule depuis une tireuse à seulement 4 euros le verre, ce qui relève d'un bel idéal démocratique. Applaudissements. De même, on s'amuse du décor farci de clins d'oeil, portrait du grand Eddy (Merckx, qui d'autre?) ou puzzle paysager de 1500 pièces apposé contre le mur. Puisqu'on en est à scruter les parois, on tombe forcément sur le tableau noir qui n'a rien d'un pensum: savoureuses rillettes de maquereau (8 euros), addictive tête de moine bio (7 euros), assiettes de salaisons de la vénérable ferme Magerotte à Nassogne (12 euros) ou nostalgique oeuf mayo (4 euros). Tout bon? Plutôt... même si l'on est un peu refroidi par l'aspect "happy few" du lieu, ne serait-ce que par son exiguïté, qui tend les bras aux amis de passage - ils sont nombreux - et laisse les quidams - obligés de lever la main pour être vus - un peu sur le carreau. Dommage mais pas rédhibitoire.