S'il faut suivre tout de même quelques principes de base pour éviter toutes mauvaises surprises tels que respecter la chaîne du froid, bien vider son poisson et accorder une importance primordiale à sa fraîcheur, consommer saumon et consorts crus comporte de nombreux bienfaits. Légères et fraîches, très peu caloriques et riches en minéraux et vitamines, ces denrées offrent une multitude de possibilités culinaires... souvent bien plus durables que les plats de viande. En effet, les produits de la mer ne nécessitent ni eau douce, ni terre cultivable, produisent très peu de dioxyde de carbone et affichent un ratio de protéines très intéressant. Pour faire simple, le coût environnemental d'un kilo de poisson est nettement inférieur à celui d'un kilo de poulet, de boeuf ou de porc. Enfin sur papier.
...

S'il faut suivre tout de même quelques principes de base pour éviter toutes mauvaises surprises tels que respecter la chaîne du froid, bien vider son poisson et accorder une importance primordiale à sa fraîcheur, consommer saumon et consorts crus comporte de nombreux bienfaits. Légères et fraîches, très peu caloriques et riches en minéraux et vitamines, ces denrées offrent une multitude de possibilités culinaires... souvent bien plus durables que les plats de viande. En effet, les produits de la mer ne nécessitent ni eau douce, ni terre cultivable, produisent très peu de dioxyde de carbone et affichent un ratio de protéines très intéressant. Pour faire simple, le coût environnemental d'un kilo de poisson est nettement inférieur à celui d'un kilo de poulet, de boeuf ou de porc. Enfin sur papier. Parce qu'évidemment, il y a un hic. Comme mentionné dans le livre Poisson cru (ou presque!) de Carrie Solomon, et sa préface, signée par Alexandra Cousteau - la petite-fille du commandant -, notre consommation de poisson au cours des cinquante dernières années a doublé. Les petits navires de pêche ont été le plus souvent remplacés par des bateaux géants de l'industrie agroalimentaire, qui utilisent des méthodes néfastes pour les océans. Pour continuer à produire des quantités importantes, l'élevage s'est généralisé et se sert des petits poissons sauvages pour nourrir sa production - un processus qui est très polluant et met en danger d'autres espèces. Résultat: selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 70% de la population de poissons sont pleinement utilisés, surexploités ou en crise. Cette situation met en péril de nombreux écosystèmes océaniques et menace les milliards de personnes qui dépendent de ces ressources. En un mot, sans une gestion durable, nos pêcheries risquent de s'écrouler et d'entraîner dans leurs chutes l'effondrement d'un système de plus en plus fragile. Nous confrontant dès lors à une crise alimentaire sans précédent. Tout au long de son livre, Carrie Solomon dispense dès lors conseils et astuces pour consommer lieu, merlu et sardines plus durablement. Entre autres, privilégier le poisson de saison, provenant des entreprises locales, soutenant ainsi l'économie du coin et une approche plus raisonnée. Ou encore se tourner vers les labels MSC ou ASC. Le premier assure un poisson issu d'une pêche durable. Le second est une référence de qualité pour tout ce qui est issu d'élevage, comme la truite, le saumon ou les crevettes. Conscientisés? Il ne reste plus qu'à enfiler bottes et ciré jaune, et larguer les amarres. Ce soir c'est poisson au menu! Sans oublier qu'il ne faut jamais abuser des bonnes choses.