Ayant dû fermer leurs portes dès le 14 mars, les restaurants et les équipes qui les font vivre sont touchés de plein fouet par la crise. Certains trouvent des solutions alternatives pour permettre à leur entreprise de sortir au mieux de cette crise sans précédent, sans entamer la vitalité des équipes. D'autres se mobilisent pour apporter leur soutien aux personnels hospitaliers, confrontés à des conditions de travail très éprouvantes, en leur préparant et offrant des repas vitaminés, dans lesquels ils ont mis toute leur générosité et le talent qu'ont leur connait.

L'Association des Chefs Carolos Solidaires

Vendredi 13 mars, rideau pour les restaurants. Dès le samedi matin, le chef Longo Costantino, se demande comment continuer à faire ce qu'il aime, cuisiner, dans ce contexte de crise sanitaire. Sa collaboratrice, Géraldine Brangers, évoque alors l'idée de collaborer avec les hôpitaux locaux (GHDC), de leur venir en aide, à eux qui se donnent toute la journée au coeur de cette crise justement. Il sonde ses confrères amis, qui répondent présents. Le GHDC approuve l'idée dès le lendemain. Mais comment faire pour réaliser ce projet, sans utiliser ses fonds propres, déjà mis à mal par la fermeture des établissements. Longo Costantino l'évoque avec ses fournisseurs qui proposent immédiatement de lui ouvrir leurs stocks, gracieusement, offrant ainsi l'élan matériel nécessaire à ce projet. En quelques heures, l'association existait et les premiers repas étaient livrés dès le lundi.

Chefs carolos solidaires, DR
Chefs carolos solidaires © DR

Cette brigade de chefs de la région sont bien décidés à faire leur part, dans l'effort demandé au personnel des hôpitaux et médical, à travers l'alimentation. Fabrizzio Chirico (La Table de la Manufacture urbaine), Alain Stennier (Le Substrat), Tienchin (Esprit Bouddha), Tolis Lalos (Fetavie) se sont dès le début joint à cette initiative on ne peut plus concrète, pour continuer cuisiner pour soulager, nourrir de manière optimale et apporter du plaisir à des concitoyens placés en première ligne de la pandémie. Une action simple et efficace, rendue possible grâce à la solidarité quotidienne de nombreux acteurs, et en premier lieu, des fournisseurs à travers leurs dons (la ferme bio de Mautischi, Chasal pour les produits laitiers et salaisons et Jacques Remy à Marcinelle ou encore Le Jardin (bio) de Galinette à Philippeville) et de marchés locaux (Intermarchés, Métro) etc.

Tout se prépare pour notre livraison de demain pour Hôpital Saint Joseph et Hôpital Notre-Dame Charleroi .. au menu des...

Geplaatst door Association Chefs Carolos Solidaires op Maandag 30 maart 2020

L’équipe des urgences de l’IMTR remercie Association Chefs Carolos Solidaires pour leur geste et leur soutiens😊

Geplaatst door Sarrah Moustakfi op Zaterdag 28 maart 2020

Rapidement, la page Facebook de l'association s'est donc transformée en véritable réseau qui s'enrichit jour après jour, pour étendre la couverture au-délà des quatre principaux centres hospitaliers de Charleroi. Car désormais , ce sont aussi les pompiers, maisons de repos, services de nettoyage qui profitent de cette générosité. Cette toile s'étend grâce au travail d'autres restaurants qui ont pris le relais dans leur périmètre, à l'instar du Mine de rien à Marcinelle, Il Pastaoi et Le coin brochettes à Châtelet, Portus Cale à Lodelinsart, Le Montigny, à Montigny-Le-Tilleul, et La Brasserie de la Cour à Charleroi.

Ainsi, en moins de 10 jours, les chefs sont passés à la livraison d'un site par jour - soit +/- 30 repas - à celle de trois ou quatre sites matin ou soir, desserts compris. Car ce dernier est systématiquement offert par les pâtissiers locaux participant à cette grande chaîne, dont principalement Vincent Kimmes, de la pâtisserie Les trésors de Mélanie à Nellines. Pour la dose de douceur.

Même le dimanche on continue nos actions... 👌

Geplaatst door Association Chefs Carolos Solidaires op Zondag 29 maart 2020

Suivez leur travail au quotidien via la page Facebook des Chefs carolos solidaires

A Bruxelles, Isabelle Arpin

Elle est à Bruxelles, l'une des cheffes les plus dynamiques et reconnues. Elle n'en a pas moins dû fermer boutique le vendredi 13 mars après le service. Sensibilisée aux conditions de travail et sanitaires des personnels hospitaliers par l'intermédiaire de son frère, urgentiste en France, la cheffe a préféré mettre sa force de travail au service de ceux qui sont directement exposé à la pandémie et oeuvrent au quotidien pour en sauver des vies.

"C'est notre façon d'applaudir aux fenêtres"

A peine une semaine après sa fermeture, Isabelle Arpin avait déjà en tête son projet de fournir des repas au personnel de l'hôpital Erasme à Bruxelles, avec qui elle travaille déjà sur des oeuvres caritatives: "On se renseigne autour de nous pour voir si on peut récupérer du surplus alimentaire. Il faut que les gens qui travaillent dans les hôpitaux mangent bien, de façon vitaminée" confiait-elle le 23 mars à nos confrères de l'Echo. Et y lancait aussi un appel à la solidarité des autres chefs. Depuis, sa page Facebook tient sa fan base au courant de son quotidien derrière les fourneaux pour les soignants. Et elle n'a pas l'air de chômer.

Brigandes des villes ... Preparation pour les soignants Hopital Erasme.👊 Merci à Sandrine Cuzon pour les masques un...

Geplaatst door Isabelle Arpin op Donderdag 26 maart 2020

Du coté des chocolatiers

Léonidas met le paquet et distribuera pas moins de 5 millions d'oeufs de Pâques au personnel des hôpitaux, des maisons de repos, mais aussi aux personnes y séjournant, et privées de visites depuis trois semaines, et pour quelques semaines encore. Pour apporter un peu de réconfort à des personnes "forçant notre admiration" et à celles "que nous n'oublions pas".

De son côté, Galler a dès le 23 mars versé la somme de 20.000 euros à la Fondation Roi Baudouin pour l'achat de respirateurs. Et s'engage à verser une partie des bénéfices de ses ventes d'oeufs de Pâques.

Une appli pour mettre donner du travail aux restaurants et de la nourriture aux soignants

Pour soutenir à la fois le personnel soignant et les restaurants impactés par le confinement, l'appli 8pm - en référence au rendez-vous quotidien de 20h où les citoyens témoignent soutien et gratitude à leur fenêtre à ceux qui travaillent pour tous - reprend le principe du café suspendu, appliqué aux repas. Pratiquement, en versant 10 euros sur la plateforme, chacun peut offrir un repas - issu du restaurant de son choix parmi ceux participants - à un membre du personnel hospitalier. Pour le moment, six restaurants ou traiteurs se sont alliés au projet. Et les repas sont à desination du CHU Saint Pierre à Bruxelles. Avec l'amplification des dons, le nombres de restaurants et de destinataires devrait augmenter.

Lien vers l'application 8pm-app

Ayant dû fermer leurs portes dès le 14 mars, les restaurants et les équipes qui les font vivre sont touchés de plein fouet par la crise. Certains trouvent des solutions alternatives pour permettre à leur entreprise de sortir au mieux de cette crise sans précédent, sans entamer la vitalité des équipes. D'autres se mobilisent pour apporter leur soutien aux personnels hospitaliers, confrontés à des conditions de travail très éprouvantes, en leur préparant et offrant des repas vitaminés, dans lesquels ils ont mis toute leur générosité et le talent qu'ont leur connait. Vendredi 13 mars, rideau pour les restaurants. Dès le samedi matin, le chef Longo Costantino, se demande comment continuer à faire ce qu'il aime, cuisiner, dans ce contexte de crise sanitaire. Sa collaboratrice, Géraldine Brangers, évoque alors l'idée de collaborer avec les hôpitaux locaux (GHDC), de leur venir en aide, à eux qui se donnent toute la journée au coeur de cette crise justement. Il sonde ses confrères amis, qui répondent présents. Le GHDC approuve l'idée dès le lendemain. Mais comment faire pour réaliser ce projet, sans utiliser ses fonds propres, déjà mis à mal par la fermeture des établissements. Longo Costantino l'évoque avec ses fournisseurs qui proposent immédiatement de lui ouvrir leurs stocks, gracieusement, offrant ainsi l'élan matériel nécessaire à ce projet. En quelques heures, l'association existait et les premiers repas étaient livrés dès le lundi. Cette brigade de chefs de la région sont bien décidés à faire leur part, dans l'effort demandé au personnel des hôpitaux et médical, à travers l'alimentation. Fabrizzio Chirico (La Table de la Manufacture urbaine), Alain Stennier (Le Substrat), Tienchin (Esprit Bouddha), Tolis Lalos (Fetavie) se sont dès le début joint à cette initiative on ne peut plus concrète, pour continuer cuisiner pour soulager, nourrir de manière optimale et apporter du plaisir à des concitoyens placés en première ligne de la pandémie. Une action simple et efficace, rendue possible grâce à la solidarité quotidienne de nombreux acteurs, et en premier lieu, des fournisseurs à travers leurs dons (la ferme bio de Mautischi, Chasal pour les produits laitiers et salaisons et Jacques Remy à Marcinelle ou encore Le Jardin (bio) de Galinette à Philippeville) et de marchés locaux (Intermarchés, Métro) etc. Rapidement, la page Facebook de l'association s'est donc transformée en véritable réseau qui s'enrichit jour après jour, pour étendre la couverture au-délà des quatre principaux centres hospitaliers de Charleroi. Car désormais , ce sont aussi les pompiers, maisons de repos, services de nettoyage qui profitent de cette générosité. Cette toile s'étend grâce au travail d'autres restaurants qui ont pris le relais dans leur périmètre, à l'instar du Mine de rien à Marcinelle, Il Pastaoi et Le coin brochettes à Châtelet, Portus Cale à Lodelinsart, Le Montigny, à Montigny-Le-Tilleul, et La Brasserie de la Cour à Charleroi. Ainsi, en moins de 10 jours, les chefs sont passés à la livraison d'un site par jour - soit +/- 30 repas - à celle de trois ou quatre sites matin ou soir, desserts compris. Car ce dernier est systématiquement offert par les pâtissiers locaux participant à cette grande chaîne, dont principalement Vincent Kimmes, de la pâtisserie Les trésors de Mélanie à Nellines. Pour la dose de douceur.Suivez leur travail au quotidien via la page Facebook des Chefs carolos solidaires Elle est à Bruxelles, l'une des cheffes les plus dynamiques et reconnues. Elle n'en a pas moins dû fermer boutique le vendredi 13 mars après le service. Sensibilisée aux conditions de travail et sanitaires des personnels hospitaliers par l'intermédiaire de son frère, urgentiste en France, la cheffe a préféré mettre sa force de travail au service de ceux qui sont directement exposé à la pandémie et oeuvrent au quotidien pour en sauver des vies. A peine une semaine après sa fermeture, Isabelle Arpin avait déjà en tête son projet de fournir des repas au personnel de l'hôpital Erasme à Bruxelles, avec qui elle travaille déjà sur des oeuvres caritatives: "On se renseigne autour de nous pour voir si on peut récupérer du surplus alimentaire. Il faut que les gens qui travaillent dans les hôpitaux mangent bien, de façon vitaminée" confiait-elle le 23 mars à nos confrères de l'Echo. Et y lancait aussi un appel à la solidarité des autres chefs. Depuis, sa page Facebook tient sa fan base au courant de son quotidien derrière les fourneaux pour les soignants. Et elle n'a pas l'air de chômer.